Jessie Inchauspé face aux critiques

(Interview, partie 3)

Chère lectrice, cher lecteur,

Comme promis, voici la troisième et dernière partie de l’interview de Jessie Inchauspé, la « déesse du glucose ».

Après nous avoir raconté comment elle a réussi à soulager ses problèmes de santé en stabilisant sa gycémie (première partie), puis après avec dévoilé quatre conseils simple pour agir sur vos taux de glucose (deuxième partie)…

Jessie revient dans cette dernière partie sur les secrets de son succès, mais aussi sur les critiques qui lui sont parfois faites.

Par exemple, certaines personnes lui reprochent parfois de simplifier des mécanismes biologiques complexes.

Mais si elle simplifie, c’est bien pour rendre accessible au grand public ces notions parfois complexes, et permettre à chacun d’en tirer des solutions concrètes pour sa santé et de passer à l’action.

Et rappelons que Jessie est avant tout une chercheuse en biochimie et que ses travaux reposent sur des bases scientifiques solides.

Pour découvrir la réponse de Jessie face à ses détracteurs, je vous invite à découvrir sans attendre la fin de cette interview passionnante.

Partie 3 : les secrets du succès… et faire face aux critiques !

C’est assez impensable, quand on réfléchit, de se dire qu’une biochimiste qui parle de glucose et de glycémie soit suivie par près de 3 millions de personnes sur les réseaux sociaux. Comment expliques-tu ce succès dingue ?

On m’a posé cette question plusieurs fois, et je pense qu’il y a trois raisons qui peuvent expliquer le succès de mon travail.

Premièrement, je pense que c’est assez nouveau.

Bien sûr, le glucose, ce n’est pas nouveau, mais les études que je partage sont assez récentes. Et elles sont assez étonnantes et importantes.

« Au supermarché, il n’y a que des produits qui nous rendent malades. »

Deuxièmement, comme j’adore expliquer de façon simple et visuelle, je pense, en toute modestie, que j’ai un petit talent pour présenter des choses simplement.

c’est sûr, il y a de la chance. Qu’est-ce que tu veux, aujourd’hui, il y a un milliard de personnes dans le monde qui ont un diabète de type 2 ou un prédiabète. Les gens se sentent mal, ils sont fatigués.

Au supermarché, il n’y a que des produits qui nous rendent malade. On est quand même dans une situation un peu urgente d’un point de vue de l’alimentation, de la santé publique.

Voilà, je pense que ce sont ces trois choses.

Mais je remercie ma bonne étoile de m’avoir mise sur cette voie et de me permettre de faire ce travail.

Il y a peut-être aussi la grande accessibilité des conseils que tu donnes. C’est beaucoup plus facile que de suivre un régime drastique qu’on finit par abandonner très vite…

Exactement, parce qu’on n’est pas ici pour faire un régime…

Pour moi, ces conseils, ils sont du même ordre que « brossez-vous les dents », « buvez de l’eau » et « mettez de la crème solaire ».

C’est du bon sens, c’est simple. Si tu ne le fais pas pendant un jour, une semaine, un mois, ce n’est pas grave.

Ce n’est pas binaire. Ce n’est pas : soit tu fais bien, soit tu ne fais pas bien.

Ce sont des conseils qui vont rester avec toi toute ta vie et qui te serviront quand tu en auras envie. Et le reste du temps, tu les auras dans le fond de ta tête, et puis tu les utiliseras quand tu peux.

C’est hyper déculpabilisant.

Beaucoup de personnes te suivent et t’approuvent, notamment des scientifiques. Mais j’ai aussi vu des gens très critiques, qui affirment que ta vision est trop simpliste ou que, de toute manière, les aliments se mélangent dans l’estomac. Que réponds-tu à ces personnes ?

Il y a plein de situations différentes.

Par exemple si on me dit « Ah mais ce n’est pas vrai ce que vous dites, les aliments se mélangent dans l’estomac, et donc ça ne change rien de manger les aliments dans un certain ordre. »

Face à ce genre de critique je réponds « lisez les études, quoi ! », parce que maintenant, on comprend que ce n’est pas aussi simple, que tout ne se mélange pas dans l’estomac.

Je ne le prends donc pas personnellement, parce que ces personnes ne sont juste pas au courant de la littérature scientifique.

Et pour ceux qui estiment que ta démarche, en se focalisant sur la glycémie, ne prend pas en compte tous les paramètres d’une bonne santé ?

Ceux qui affirment que c’est trop simpliste, je comprends ce qu’ils veulent dire, parce que c’est vrai que ce sont des notions hyper compliquées et qu’il y a plein de variables.

Mais je pense qu’il ne faut pas faire du cynisme de l’inaction. Parce que oui, ce ne sera jamais parfait. Et bien sûr, je ne parle pas de tous les éléments qui permettent à quelqu’un d’être en bonne santé. Mais il faut bien commencer quelque part !

C’est un peu facile de critiquer en disant que « ce n’est pas parfait, c’est plus compliqué que ça, etc. » Du coup, on ne fait jamais rien. Il vaut mieux y aller, commencer avec une base sur laquelle on peut tous s’accorder, qui est que la glycémie, c’est hyper important à réguler et à stabiliser.

« Il ne faut pas faire du cynisme de l’inaction. »

Il n’y a pas un médecin honnête qui me dira qu’avoir une glycémie très variable et très déréglée, c’est bon pour la santé.

Après, je comprends que, parce que je suis jeune, que je suis blonde, ils me regardent en pensant probablement que je suis juste une « instagrameuse ».

Ils ne connaissent pas mon parcours.

Mais pour chaque médecin qui me critique, il y en a dix qui adorent mon travail et qui se servent de mes graphiques avec leurs patients.

Si tu vas sur mon site, si tu vas sur glucosegoddess.com et que tu cliques sur l’onglet « science », tu verras des exemples de plein de docteurs super connus, en général anglo-saxons, qui adorent mon travail.

Tu penses que d’une manière générale, ces gens ne te prennent pas au sérieux parce que tu es jeune, parce que justement, tu es sur les réseaux sociaux et que tu n’es pas dans un laboratoire ?

Je ne dirais pas que ce soit le cas d’une manière générale.

Je pense que la plupart des gens sont quand même bienveillants et comprennent que mon intention est bonne et que je suis une scientifique qui essaie de vulgariser des choses pour le plus grand nombre.

« Quand tu es une femme et que tu es jeune et que tu es blonde, tu n’es pas prise au sérieux. »

Mais bien sûr, il y a certaines personnes qui ne me prennent pas au sérieux. Est-ce que c’est du sexisme ? Je ne sais pas, peut-être… On vit dans un environnement où malheureusement, quand tu es une femme et que tu es jeune et que tu es blonde, tu n’es pas prise au sérieux.

Maintenant, je suis brune, donc j’espère que ça va changer (rires !).

Mais ça existe dans tous les milieux. Ce n’est pas juste moi et ma science. C’est comme ça partout.

Je pense qu’il faut continuer à y aller. Il faut continuer à aider les gens.

Je sais très bien que ce que je fais, c’est hyper utile et que ça aide des millions de personnes. Donc voilà, il faut continuer à avancer tous ensemble.

Les réfractaires, soit ils ne changeront pas d’avis, et ce sera dommage pour eux, soit à un moment – et c’est ce qui arrive en général – ils se rendent compte qu’ils avaient tort et qu’ils ont posé un jugement un peu hâtif.

En tout cas, tes conseils sont une bonne porte d’entrée vers une alimentation plus saine…

Effectivement, c’est trop complexe d’aborder tout ce qui se passe au niveau physiologique et tout. On ne s’en sort pas. Quand on veut rentrer trop dans le détail, on ne peut plus donner de conseils aux gens, on ne peut plus être vraiment concret.

Mais ce qui est bien, c’est qu’e, quand tu lisses ta glycémie, il y a plein d’autres choses qui rentrent dans l’ordre. Tu réduis également ton niveau d’insuline. Et naturellement, tu manges moins de sucre et plus de légumes. Tu fais plus de sport. Il y a plein de choses qui se passent.

Les conséquences sont très bonnes en fait.

On le voit bien quand on lit tes livres : en suivant tes conseils, finalement, on est amené à arrêter les plats industriels, à cuisiner… Tu proposes des recettes ultra-saines. On agit donc sur d’autres niveaux qui ne sont pas directement liés à la glycémie, mais qui mènent à un mode de vie plus sain.

Exactement, tu l’as très bien dit.

J’ai vu que tu avais aussi lancé une formation destinée aux professionnels, c’est ça ?

Oui !

C’est pour les personnes qui veulent aller plus loin, qui veulent vivre l’expérience de près, vraiment tester leurs connaissances et pouvoir dire en toute sérénité qu’ils peuvent partager la science du glucose et la méthode.

Pour en savoir plus sur cette formation pro, vous pouvez consulter le site officiel de Jessie Inchauspé (en anglais) : https://www.glucosegoddess.com/ggpro (NDLR)

Est-ce que tu aimerais donner un dernier conseil aux personnes qui lisent cette interview et qui hésitent encore à suivre tes conseils ?

Pour moi, ce qui a vraiment changé ma façon de voir la santé, c’est de me rendre compte que les symptômes que je subissais tous les jours au quotidien – brouillard mental, fatigue, fringales… – ne sont pas des choses à ignorer ou à cacher.

C’étaient des messages qui venaient de mon corps. C’est mon corps qui essaie de communiquer avec moi.

J’aime bien voir les choses de cette façon, me dire que les symptômes que l’on ressent tous les jours peuvent être juste ton corps qui essaie de te dire qu’il y a ces fameux pics de glucose, et qu’en les évitant ça ira mieux.

Et vous, qu’avez-vous pensé de Jessie et de son interview ?

Voilà ! J’espère que cette interview vous aura intéressée.

Dites-moi en commentaire ce que vous en avez pensé et si vous aimeriez avoir d’autres conseils plus approfondis sur la méthode de Jessie Inchauspé.

Et si vous voulez dire « merci » à Jessie, n’hésitez pas. Je lui enverrai vos messages.

Amicalement,

Florent Cavaler





13 réponses à “Jessie Inchauspé face aux critiques”

  1. Marris Shirley dit :

    Bonjour, je trouve cet interview très intéressant. De plus j’ai acheté son livre il y a plusieurs mois. Je n’arrive pas à mettre en place le petit déjeuner salé. Ce que je trouve dommage, c’est son compte de réseau social qui est en anglais

  2. Chantal dit :

    Merci pour ces conseils faciles à suivre pour l Attention que je porte à ce que je mange , moins de sucre très facilement ouf ce n est pas un régime impossible à garder sans frustration
    Exemple et graphisme clair et concret , recette amusante
    Mon mari homéopathe adhère à votre méthode

  3. brigitte Faure dit :

    Bonjour Jessie,
    Je suis médecin homéopathe en retraite.
    J’ai découvert toutes ces informations que je ne connaissaient pas; Cela m’a passionné. J’ai mis un glucomètre et compris beaucoup de choses pour moi, mon mari également. j’observe une amélioration de notre état à tous les deux.
    Un immense merci pour ce magnifique travail que je diffuse largement;
    Juste une question que je me pose. Quel est ce fameux taux de base pour le glucose à partir duquel il vaut éviter de dépasser 50 pour ne pas avoir de pic;
    merci d’avance.
    Cordialement.
    Brigitte

  4. Fayet dit :

    J’applique les conseils de JESSY depuis 6 mois, que du bonheur, plus de fringales, de l’Energie a revendre , un bien être et un mieux être.

  5. Lemmerling dit :

    Merci à Jessie, ses conseils sont pleins de bon sens et simples à suivre. Le résultat est spectaculaire en quelques mois. Je ne pourrais plus revenir en arrière car cela serait un non sens. Je suis si bien dans mon corps désormais.

  6. Veronique FAUVET dit :

    Bonjour, j’ai acheté son 1er livre dès qu’il est sorti. J’ai vraiment aimé : elle y explique beaucoup de choses. Je l’ai suivie un moment sur insta et j’ai arrêté car pratiquement tout est en anglais et il n’est pas tjs possible de traduire-sutout ce qui est oral- et c’est frustrant Merci pour cet article en français. Mais son travail me passionne et elle est brillante. Merci

  7. Patricia Kruth dit :

    Bonjour, Merci pour l’entretient. Je pense que les couvertures françaises des livres ne font pas très sérieux et n’incitent pas à la lecture quand on n’est plus une jeune adulte. OK pour le livre de recettes (c’est ludique et un peu farfelu mais pourquoi pas), mais pour le 1er, Glucose Revolution, on a l’impression en effet d’être sur Instagram ou Tik Tok. Pour ma part, comme on m’a parlé de Glucose Revolution, j’ai commandé l’édition originale en ANGLAIS dont la couverture est beaucoup plus neutre. Je l’attends. A suivre

  8. Gallen dit :

    Bonjour, j’ai lu ces 2 livres suite à des analyses d’hémoglobine glyquée que je trouvais un peu élevée pour une non diabétique (5,9%), je n’ai jamais été accroc au sucre et encore moins depuis que j’ai lu les livres. J’ai suivi les conseils malheureusement ce dosage ne baisse pas, et pour avoir fait quelques dosages moi même après repas j’ai une glycémie qui monte en flèche. Les 3 médecins plus une nutritionniste à qui j’en ai parlé me disent que c’est normal, mais : aucun alcool, jus de fruit, pain blanc, pâtes ou riz blanc, peu de gâteaux, pas de plats industriels, pas de charcuterie, ni viande rouge, petit déjeuner salé,, rarement des fruits sauf myrtilles ou pommes, pas de. compotes ni glaces…est-ce normal malgré ça de ne pas pouvoir faire baisser ce taux malgré tous vos conseils? Merci car ces livres m’ont fait prendre conscience que, malgré une glycémie à jeun normale (aux alentours de 0,84) il peut y avoir des hausses de glycémie qui peuvent s’avérer nocives après les repas

  9. Henriette Mme Lafleurr de laval quebec,Canada dit :

    article très utile très simple, gros merci a Jessie je l’encourage a continuer sa mission.

  10. Dominique CHAUBET dit :

    Bonjour,
    J’ai régularisé ma glycémie grâce au jeûne intermittent,
    16/8, plus de fringale.
    Solution confirmée par des études récentes.
    Très bon aussi pour reposer les émonctoires, foie, reins, …
    Bien cordialement.

  11. Dominique dit :

    Bonjour,
    On sait depuis quelques années qu’en cas de cancer, il faut limiter voire supprimer au maximum les apports en sucre dont les cellules tumorales sont friandes: est ce que Mme Inchauspé a travaillé sur le sujet et est ce que le fait de seulement limiter les hacks de glycemie, pourrait avoir un effet positif sur le ralentissement de cette pathologie ?

  12. Christine Labrot dit :

    Super information, j’adore son energie et sa facon d’expliquer simplement. Je vis au Canada anglais et j’ai commander son liver, j’ai egalement signe pour sa newsletter..
    Je ne suis pas vraiment sur instagram.

  13. josephbourdieu@yahoo.fr dit :

    bonjour,
    Je me suis battu (en vain ) contre un diabète de type 2 pendant plusieurs années.Devant ma glycémie ingérable , une nouvelle analyse a révélé un diabète de type 1 .
    je prends tous les jours metformine, berberine et injection d’insuline.Je prends aussi avant chacun de mes repas du vinaigre de cidre et fait 5 séries de 35/40 pompes chacune.
    auriez-vous une solution pour retrouver une glycémie normale sans trop de contraintes?
    je vous remercie
    jb

Laisser un commentaire