La valeur du silence

Chère lectrice, cher lecteur,

Le confinement aura au moins permis une chose : le retour au calme.

L’organisation Acoucité a mesuré les niveaux sonores avant et pendant le confinement : ils ont relevé une réduction globale de 4 à 6 décibels[1]. Dit comme ça, cela peut paraître peu…

Mais en réalité, c’est énorme ! Cela représente entre 60 et 75 % de l’énergie sonore totale[2].

Les quelque 185 capteurs sismiques répartis aux quatre coins du monde auraient même capté le plus long et le plus profond silence jamais enregistré. Les sismologues ont ainsi réussi à « entendre » des microséismes d’habitude imperceptibles[3].

Je ne sais pas si vous avez senti la différence. Mais pour moi qui vis en ville, je peux vous dire que c’était le jour et la nuit : moins de circulation sur la route devant chez moi, moins d’avions dans le ciel, moins de chantiers bruyants…

Quand on vit au quotidien avec du bruit autour de soi, on a tendance à ne plus y faire attention. Mais quand ça se calme, on redécouvre la vraie valeur du silence.

Et n’allez pas croire que ce n’est qu’une question de confort…

Sur le long terme, la pollution sonore peut avoir des conséquences négatives sur la santé. Et à l’inverse, le silence aurait beaucoup de bienfaits.

« Séance de calme » pour votre cerveau

Quand votre cerveau fonctionne, il consomme du glucose. Ce processus produit de grandes quantités de déchets, notamment des protéines.

En 2012, on a trouvé que le cerveau évacue ces toxines grâce aux cellules gliales, par le biais du liquide céphalo-rachidien. C’est une découverte très importante, je vous en reparlerai dans une prochaine lettre.

Mais ce qu’on sait aujourd’hui, c’est que ce nettoyage se fait plus efficacement quand le cerveau se repose, et donc dans les moments de sommeil, de calme et de silence.

C’est d’ailleurs une des pistes étudiées pour la maladie d’Alzheimer, qui est liée à l’accumulation de protéines dans le cerveau : des « séances de calme » pourraient aider à mieux évacuer ces protéines chez les malades[4].

En 2013, des chercheurs ont aussi découvert que des souris adultes exposées à deux heures de silence par jour développaient de nouveau neurones, en particulier dans l’hippocampe, la zone de la mémoire et des nouveaux apprentissages[5].

2 minutes par jour de silence pour votre cœur

De nombreuses études ont montré qu’il existait un lien entre une exposition au bruit et l’augmentation des maladies cardiovasculaires (en particulier l’hypertension)[6].

Mais d’autres travaux ont aussi prouvé qu’à l’inverse, le silence était à bénéfique pour la santé cardiaque.

Le calme aiderait à diminuer la tension artérielle et fluidifierait la circulation sanguine[7]. Il contribuerait aussi à prévenir la formation de plaques dans nos artères[8].

Et surtout, il agirait sur notre rythme cardiaque : en 2006, un article publié dans la revue scientifique Heart a découvert que deux minutes de silence par jour suffiraient à ralentir nos battements de cœur[9].

Selon Michel Le Van Quyen, chercheur à l’Inserm spécialisé dans les effets du silence sur la santé, ces deux minutes de silence permettraient d’activer le système parasympathique[10].

Or le système parasympathique est justement en charge de ralentir notre rythme cardiaque et l’activité respiratoire. Il agit aussi sur la régénération de notre système vital, la digestion, la détente ou encore le sommeil…

Stress et insomnie : à cause du bruit ?

L’effet positif le plus connu du silence, c’est bien sûr son action sur la détente.

Pas besoin de vous faire un dessin : vous vous détendez plus facilement chez vous au calme plutôt que dans un supermarché bondé.

D’ailleurs quand vous êtes stressé, vous sentez que vous avez besoin de calme. Ce n’est pas un hasard si les moines font vœu de silence dans les monastères.

Le bruit stimule la production d’hormones « excitantes » comme le cortisol ou l’adrénaline[11].

Une exposition prolongée augmente alors votre niveau de stress, avec toutes les conséquences que cela implique (baisse de l’immunité, troubles cardiovasculaires, dépression…).

Bien sûr, vous ne pouvez pas empêcher les voitures de passer devant chez vous, ou aller méditer dans une grotte perdue dans la montagne.

Mais vous pouvez vous créer chaque jour un « espace de silence ».

Avoir un moment de calme avant de se coucher permettrait par exemple un meilleur endormissement et un sommeil plus réparateur.

Une publication de 2015 montre qu’après 6 semaines de méditation, les personnes âgées souffrant d’insomnie s’endormaient plus facilement[12].

Voici un petit exercice que je peux vous conseiller ces temps-ci pour retrouver un peu de silence intérieur.

Faites vos « exercices de silence »

Une fois par jour, trouvez un endroit, posez-vous quelques instants… et prenez le temps de vous recentrer.

Respirez tranquillement, sans forcer, en suivant votre rythme naturel :

  • À l’inspiration, visualisez l’air qui chatouille vos narines, qui monte à la hauteur du troisième œil et qui redescend le long de votre colonne vertébrale jusque dans votre bas-ventre, un peu en dessous de votre nombril.
  • À l’expiration, l’air remonte paisiblement. Vous l’imaginez s’en aller très loin devant vous. En même temps que vous expirez, vous chassez toutes les mauvaises choses à l’extérieur de vous, et vous vous purifiez.
  • Maintenez votre attention sur votre respiration pendant deux ou trois minutes, et même plus longtemps si vous en ressentez le besoin.

C’est ce que je fais quand j’ai besoin de retrouver un peu de silence à l’intérieur de moi… et je peux vous dire que l’effet est immédiat !

J’espère que ça vous aidera, vous aussi, à vous sentir apaisé après une journée dans le bruit et l’agitation.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Confinement suite à la pandémie Covid-19, Conséquences sur l’environnement sonore, Acoutié. 8 juin 2020.

[2] Idem.

[3] Nathalie Mayer, Le silence, la bonne nouvelle du reconfinement ?, Futura Santé, novembre 2020.

[4] Pourquoi notre cerveau a besoin de silence ?, France Inter, mars 2019.

[5] Kirste, Imke et al. « Is Silence Golden? Effects of Auditory Stimuli and Their Absence on Adult Hippocampal Neurogenesis. » Brain Structure & Function 220.2 (2015): 1221–1228. PMC. Web. 17 Jan. 2013.

[6] Pollution de l’air et pollution sonore : des facteurs d’hypertension ?, Ouest France, octobre 2016.

[7] Bernardi L, Porta C, Sleight P. Cardiovascular, cerebrovascular, and respiratory changes induced by different types of music in musicians and non-musicians: the importance of silence. Heart. 2006;92(4):445-452. doi:10.1136/hrt.2005.064600

[8] Nathalie Mayer, Les 4 bénéfices du silence pour votre santé : les connaissez-vous ?, Futura Santé, novembre 2020.

[9] Les bienfaits du silence, Printemps, octobre 2020.

[10] Michel Le Van Quyen, interview dans « 2 minutes de silence permettent de régénérer nos fonctions vitales », MMJ, novembre 2019.

[11] Sudo, A., Nguyen, AL, Jonai, H., Matsuda, S., Villanueva, MB., Sotoyama, M., Nguyen, TC., Le, VT, Hoang, MH, Nguyen, DT, et al. (1996). Effects of earplugs on catecholamine and cortisol excretion in noise-exposed textile workers. Industrial health, 34, p. 279-286.

[12] Heidi A R Jensen, Birgit Rasmussen, Ola Ekholm, Neighbour and traffic noise annoyance: a nationwide study of associated mental health and perceived stress, European Journal of Public Health, Volume 28, Issue 6, December 2018, Pages 1050–1055,

9 réponses à “La valeur du silence”

  1. Leroux dit :

    Il m’est très difficile d’assister aux conférences le soir. S’il était possible de les écouter en replay cela serait super.

  2. Saidoun dit :

    Et en même temps recrudescence de chiens !
    Aboiements excessifs et répétés !

    Des enfants qui courent dans les appartements !
    On a un bruit présent…. encore plus proche….
    Tout ça dû au confinement
    Et pourtant j’ai tellement apprécié de ne plus entendre les voitures, Les avions, les travaux en face de chez moi !
    J’entendais le chant des oiseaux
    Mais aussi aboiements des chiens !

  3. Vincent Basabé dit :

    Vous avez raison merci simplement, je suivrai la méthode
    Bonne continuation 2021

  4. berthelot dit :

    Meillleurs Voeux de bonne santé , notre unique trésor qui nous porte merci de recommander des conseils efficaces, gratuits pour aider le plus grand nombre de personnes motivées !
    La respiration est un moyen naturel, pour se concentrer sans difficulté , qui apporte des bienfaits énormes !
    Trop simple , comment y croire ? essayez c’est l’adopter ! tout votre organisme vous remerciera !

  5. CHARDAYRE dit :

    Bonjour , le lien pour s’inscrire à la conférence de lundi soir ne marche pas…. Suis-je la seule à ne pas pouvoir accéder à l’inscription ????
    Merci our votre réponse
    Cécile

  6. René Labelle dit :

    Monsieur Florent Cavaler,

    Excellent article sur le silence…mais…vous avez oubliez de parler de Dieu : il est dans le silence ! Beaucoup de scientifiques; d’incroyants, d’écrivains parlent de Dieu mais vous…vous avez oublié. C’est triste !

    Le silence est souvent le « lieu » où Dieu nous attend, pour que nous soyons capables de l’écouter, lui, plutôt que d’entendre le bruit de notre propre voix.

  7. DEUF dit :

    Et les bouchons d’oreilles!

  8. Valeria Pagani dit :

    Merci pour vos conseils👌
    Bonne Année

  9. Robillard dit :

    Bonjour,
    Et vivre à 500m des aéro générateurs de 180m de haut à la campagne même pendant le confinement, cela vous dit comme « silence » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *