Vaccin et femmes enceintes : un risque pour le bébé

Chère lectrice, cher lecteur,

Je ne sais plus où donner de la tête…

Après la suspension du vaccin Moderna chez les jeunes dans de nombreux pays européens[1]

Après les résultats inquiétants d’une récente étude française, qui pousse la Haute Autorité de Santé à déconseiller elle aussi le vaccin Moderna chez les moins de 30 ans[2]

Après la fraude de grande ampleur sur l’étude du vaccin Pfizer, révélée par une lanceuse d’alerte dans une prestigieuse revue scientifique[3]

Après l’arrêt des deuxièmes doses avec le vaccin Pfizer chez les 12-17 ans à Taïwan[4]

Et après les révélations stupéfiantes d’une médecin de l’armée américaine sur les effets graves des vaccins chez les soldats[5]

Une nouvelle bombe vient de tomber.

Le vaccin devrait être contre-indiqué chez la femme enceinte selon une étude

Des chercheurs mettent en garde contre l’utilisation des vaccins à ARNm chez les femmes enceintes.

Selon eux, ils devraient être contre-indiqués en cas de grossesse[6].

Vous le savez, nos autorités (et celles de la plupart des pays) recommandent la vaccination pour les femmes enceintes, et cela dès le premier trimestre[7-8].

Selon l’ANSM, les recherches auraient montré que cela ne présente pas de risque particulier[9].

En réalité, cette affirmation ne repose que sur une seule étude du CDC, parue en avril dernier dans la revue New England Journal of Medicine[10].

Sauf que…

En octobre, cette étude a été corrigée.

7 à 8 fois plus de risques de fausses couches

Les auteurs de l’étude ont reconnu que l’estimation des risques de fausses couches n’était pas fiable à cause du manque de données de suivi qu’ils avaient à l’époque[11].

Depuis, deux chercheurs néo-zélandais, Aleisha Brock et Simon Thornley, ont recalculé le risque de fausse couche sur la base des chiffres complets de l’étude du CDC[12]… et leur conclusion est inquiétante.

Chez les femmes qui ont été vaccinées durant les 20 premières semaines de gestation, le risque de fausse couche serait ainsi 7 à 8 fois supérieur à la norme :

« Notre nouvelle analyse indique une incidence cumulée des avortements spontanés 7 à 8 fois supérieure aux résultats des auteurs originaux et à la moyenne typique des fausses couches au cours de cette période[13]. »

Selon les deux scientifiques, les décisions politiques sur la vaccination des femmes enceintes seraient basées sur des « données peu fiables et douteuses ».

Ces décisions ne seraient donc pas justifiées et devraient être revues en urgence.

Les chercheurs sont très clairs : il faudrait stopper immédiatement la vaccination à ARNm chez les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants et les personnes en âge de procréer :

« Nous suggérons le retrait de l’utilisation du vaccin à ARNm pendant la grossesse et l’allaitement, parallèlement au retrait des vaccins à ARNm pour les enfants ou des personnes en âge de procréer dans la population générale, jusqu’à ce que des données plus convaincantes relatives à la sécurité et aux impacts à long terme sur la fertilité, la grossesse et la reproduction soient établies dans ces groupes[14]. »

2 433 fœtus perdus aux USA… et on prône la 3e dose chez les femmes enceintes en France ?!

En France, nous ne disposons pas de chiffres précis sur le nombre de fausses couches qui ont suivi la vaccination.

Mais aux États-Unis, la VAERS, l’organe officiel de signalement des effets secondaires des vaccins, publie avec transparence ces chiffres.

Selon la VAERS, 2 433 cas de fausses couches ont été signalés avec les vaccins contre le covid[15] !

En 11 mois, il y a eu plus de cas reportés que durant les trente dernières années[16] !

Et on ne compte pas ici toutes les fausses couches qui n’ont jamais fait l’objet d’un signalement.

C’est d’autant plus inquiétant qu’en France, les gynécologues recommandent désormais la troisième dose pour les femmes enceintes.

Dans un récent communiqué, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français appelle les autorités à ouvrir la dose de rappel aux femmes enceintes et aux femmes en âge d’avoir une grossesse[17]

Alors qu’on vient tout juste de découvrir que la seule étude portant sur cette tranche de la population montre en réalité un risque significatif de fausse couche ?!

Cherchez l’erreur !

Une gestion de crise à deux vitesses

Ces révélations sur les risques des vaccins, en plus d’être une mise en garde sérieuse pour les femmes enceintes, témoignent de deux problèmes majeurs dans la gestion de cette épidémie :

  1. D’un côté, la précipitation de nos autorités à valider des traitements malgré le manque de données fiables sur leur sécurité
  2. D’un autre, la lenteur de ces mêmes autorités à réagir quand une alerte survient

L’ANSM a approuvé la vaccination des femmes enceintes, et cela dès le premier trimestre, en se basant sur des données très fragiles.

Même Pfizer, sur son site officiel, reste extrêmement prudent sur la question à cause du manque de garanties[18] :

Et quand une alerte est lancée par les scientifiques, en s’appuyant cette fois-ci sur un travail complet et rigoureux, nos autorités tardent à réagir.

Voilà une semaine que l’étude néo-zélandaise a été publiée, et l’ANSM n’a même pas pris la peine de la commenter.

AstraZeneca, Moderna… l’histoire se répète !

Vous souvenez-vous du temps de réaction de nos autorités lorsqu’il a fallu suspendre le vaccin AstraZeneca chez les moins de 55 ans, alors que de nombreux cas de thromboses avaient été signalés[19]?

Pareil pour Moderna : il a fallu attendre que de nombreux pays d’Europe le suspendent chez les jeunes pour que la HAS le déconseille enfin chez les moins de 30 ans[20].

Et l’affaire n’est pas terminée, puisque Moderna vient de faire une demande d’autorisation de son vaccin pour les 6-11 ans[21] !

À chaque fois, le gouvernement agit à la va-vite quand il faudrait faire preuve de prudence, et trop tardivement quand il faudrait réagir promptement.

Et cela se fait malheureusement aux dépens des patients…

N’a-t-on rien appris du Mediator et des autres scandales sanitaires ?

Ce n’est pourtant pas la première fois que les autorités tardent à réagir. On se rappelle le scandale du Mediator, utilisé par 5 millions de Français depuis 1976[22].

Il aura fallu plus de trente ans et des milliers de morts pour que ce médicament soit enfin retiré du marché !

En France, il est retiré seulement en 2009, grâce à la lanceuse d’alerte Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest qui a enquêté pendant 10 ans sur ses effets cardiaques.

Pourtant, les effets négatifs graves de son principe actif avaient été découverts dans les années 1990 et certains pays, comme l’Italie, avaient déjà interrompu sa commercialisation en 1999 à cause de ses risques.

En mars 2021, l’ANSM, jugée pour négligence et pour avoir tardé à réagir, a été condamnée à 303 000 euros d’amende.

Quant au laboratoire Servier, qui commercialisait le Mediator, il a été condamné à payer 2,7 millions d’euros pour « tromperie aggravée ». « Malgré la connaissance qu’ils avaient des risques encourus depuis de très nombreuses années », le laboratoire aurait privilégié ses intérêts financiers aux dépens de la « santé des consommateurs du médicament[23] ».

2,7 millions, une broutille pour un scandale qui a permis au laboratoire de vendre des millions de pilules !

Mais ce procès a tout de même le mérite de révéler au grand jour les dérives de l’industrie pharmaceutique et du système de surveillance des médicaments…

Comment est-ce possible qu’un médicament puisse être commercialisé pendant 30 ans, avant qu’on ne reconnaisse enfin officiellement sa dangerosité ?

Aujourd’hui, l’histoire ne fait que se répéter.

Les scandales du passé semblent avoir déjà été oubliés, au profit d’une confiance aveugle dans les laboratoires et nos autorités de santé.

Espérons au moins que la crise actuelle nous permettra de prendre conscience de la défaillance du système médical actuel et de le réformer.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Emilie Benech, Covid-19. Pourquoi le vaccin Moderna est suspendu pour les plus jeunes dans quatre pays européens, Ouest France, 8 octobre 2020.
[2] Nicolas Berrod, Covid-19 : le vaccin Moderna désormais déconseillé pour les moins de 30 ans par la Haute Autorité de santé, Le Parisien, 8 novembre 2021.
[3] Paul D Thacker, Covid-19: Researcher blows the whistle on data integrity issues in Pfizer’s vaccine trial, BMJ 2021;375:n2635.
[4] Michael Walter, Taiwan pauses second doses of Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine for older children due to myocarditis, Cardiovascular Business, 12 novembre 2021.
[5] Theresa Long, médecin de l’armée américaine, alerte sur la vaccination contre le Covid-19, France Soir, 8 novembre 2021.
[6] Lalaina Andriamparany, Des chercheurs contre-indiquent les vaccins anti-Covid chez les femmes enceintes, Le Courrier des Stratèges, 5 novembre 2021.
[7] Clarisse Martin, LE CHEF DU SERVICE MATERNITÉ DE L’HÔPITAL NECKER APPELLE LES FEMMES ENCEINTES À SE FAIRE VACCINER « DÈS LE PREMIER TRIMESTRE », BFMTV, 27 juillet 2021.
[8] rss Vaccination contre la Covid-19 recommandée pour les femmes enceintes, CHU Grenoble Alpes, 30 septembre 2021.
[9] COVID-19 – Vaccins et femmes enceintes, ANSM, 22 octobre, 2021.
[10] Tom T. Shimabukuro & al., Preliminary Findings of mRNA Covid-19 Vaccine Safety in Pregnant Persons, N Engl J Med 2021; 384:2273-2282.
[11] Lalaina Andriamparany, Des chercheurs contre-indiquent les vaccins anti-Covid chez les femmes enceintes, Le Courrier des Stratèges, 5 novembre 2021.
[12] AR Brock , S Thornley, Spontaneous Abortions and Policies on COVID-19 mRNA Vaccine Use During Pregnancy, IPAK PHPI, Science, Public Health Policy, and the Law Volume 4:130–143 November, 2021.
[13] Idem.
[14] Idem.
[15] Found 2,433 cases where Vaccine is COVID19 and Symptom is Aborted pregnancy or Abortion or Abortion complete or Abortion early or Abortion incomplete or Abortion induced or Abortion late or Abortion missed or Abortion of ectopic pregnancy or Abortion spontaneous or Abortion spontaneous complete or Abortion spontaneous incomplete or Foetal cardiac arrest or Foetal death or Premature baby death or Premature delivery or Stillbirth, National Vaccine Information Center Your Health, 29 octobre 2021..
[16] 2,433 Dead Babies in VAERS as Another Study Shows mRNA Shots Not Safe for Pregnant Women, Health Impact News, 7 novembre 2021.
[17] Hugues Garnier, COVID-19: LES GYNÉCOLOGUES RECOMMANDENT UNE TROISIÈME DOSE DE VACCIN POUR LES FEMMES ENCEINTES, BFMTV, 17 novembre 2021.
[18] COMIRNATY Informations Cliniques (vaccin à ARNm contre la COVID‑19), Pfizer : https://www.pfizermedicalinformation.fr/fr-fr/pfizer-biontech-covid-19-vaccine?section=informations-cliniques&tab=faq
[19] Solveig Godeluck, Covid : le vaccin AstraZeneca est désormais réservé aux plus de 55 ans, Le Echos, 19 mars 2021.
[20] Nicolas Berrod, Covid-19 : le vaccin Moderna désormais déconseillé pour les moins de 30 ans par la Haute Autorité de santé, Le Parisien, 8 novembre 2021.
[21] Covid-19. Moderna demande à l’Union européenne d’autoriser son vaccin pour les 6-11 ans, Ouest France, 9 novembre 2021.
[22] Anaïs Thiébaux, Mediator : affaire, effets du médicament, nombre de morts, Le Journal des Femmes, 28 octobre 2021.
[23] Idem.

6 réponses à “Vaccin et femmes enceintes : un risque pour le bébé”

  1. Angie dit :

    Malheureusement, ses chercheurs se sont rétracté, sûrement par pressions faites par les plus haut placés….

  2. massin dit :

    Un grand merci pour ces sources. Le plus difficile est de les diffuser à ceux qui n’entendent plus rien, ne voient rien, ou ne veulent rien savoir. Cependant, persistons, grâce à vos articles basés sur une recherche scientifique fiable.

  3. CONAN dit :

    Au vu de tous les effets secondaires et leurs conséquences mortelles pour les VACCINES, pourquoi rien ne filtre aux infos et dans les médias, et pourquoi toutes les chaînes de TV font-elles l’apologie de ces soi-disant vaccins ? Qu’attend-on pour faire connaître cette catastrophe au plan national et international ?

  4. Manuela dit :

    Bonjour, j’aurais aimé avoir votre opinion personnelle sur ma question ; quel est d’après vous le but final recherché par les laboratoires mais aussi les politiciens, médecins,… et cela dans de nombreux pays notamment Russie, Chine,…
    Il y a plusieurs hypothèses mises en-avant ….mais il me plairait d’avoir la vôtre ..
    Merci pour l’intérêt que vous portez à l’humain, l’humanité
    Vous souhaitant une belle journée

  5. Colin dit :

    Bonjour
    Pas possible de partager sur facebouc
    Seriez vious censuré
    Cordialement

  6. Julius K. dit :

    Therapie génétique a but final d’extermination des 3/4 de la pop. mondiale sous 2 ans ……la revanche des nazeees dilués dans la mondialisation a la tete du NWO (Schwab,Soros,Gates) ….. qui ont infiltre tous ces labos et calibrent des doses avec des Algos [AI] pour perturber les Stats des scientifiques et enbrumer les poltiques presque tous corrompus ……..Armageddon retour de l’AnteChrist…….. 💀🛰️🛸💀🛰️🛸💀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *