Hypothyroïdie : les « oubliés » de la crise

Chère lectrice, cher lecteur,

C’est un bien triste anniversaire que nous « célébrons » aujourd’hui…

Voilà 4 ans que le laboratoire Merck a changé la formule de son Levothyrox.

Mais pour les personnes qui souffrent d’hypothyroïdie, c’est comme si c’était hier.

En 2017, des milliers de malades s’étaient plaints des effets secondaires de la nouvelle formule.

Et bizarrement, aujourd’hui, plus personne n’en parle…

L’an dernier, en pleine pandémie de covid, la cour d’appel de Lyon a reconnu que le laboratoire avait commis « une faute » et l’a condamné à verser 1 000 euros aux 3 300 personnes qui avaient porté plainte[1].

Malgré cela, l’ancienne formule ne sera plus vendue en 2022… et ceci dans le silence le plus total[2].

D’un côté, on reconnaît une « faute », et de l’autre rien ne change pour les malades. Cherchez l’erreur !

3 millions de malades laissés sur la touche ?

Malheureusement, on dirait que la crise du covid a totalement éclipsé cette affaire.

Depuis une année, plus personne ne parle des problèmes d’hypothyroïdie, qui toucheraient pourtant 3 millions de personnes en France[3].Après ma lettre de dimanche sur la thyroïde (que vous pouvez relire ici), j’ai reçu de nombreux messages de votre part :

 



 

Si c’est votre cas, ne désespérez pas. Demain, je vous annoncerai une bonne nouvelle. J’ai travaillé avec un médecin pour vous proposer une approche douce et respectueuse.

Je vous donne tous les détails de son approche demain.

Mais en attendant, voici déjà quelques conseils alimentaires qui pourraient vous aider à mieux réguler vos hormones thyroïdiennes.

Quelle alimentation faudrait-il privilégier ?

Savoir quoi manger n’est pas simple lorsqu’on souffre d’hypothyroïdie.

Vous savez que votre alimentation compte.

Mais le médecin aborde rarement les questions suivantes avec vous :

  • Quelle quantité d’iode vous conviendrait le mieux ?
  • Faut-il supprimer les laitages ?
  • Devriez-vous éviter de manger des produits animaux ?
  • Le soja et les crucifères sont-ils vraiment mauvais pour votre thyroïde ?

Je vous propose de passer en revue toutes ces questions aujourd’hui.

Mais avant toute chose, veuillez noter que ces conseils ne remplacent pas un traitement pour la thyroïde. La thyroïde est un organe extrêmement sensible. N’arrêtez jamais un traitement sans être suivi de près par un spécialiste.

Iode : que faut-il en penser ?

Vous savez qu’un déficit peut conduire à une hypothyroïdie. Il ne faut donc pas manquer d’iode, mais il ne faudrait pas en avaler trop non plus.

Plusieurs études ont trouvé que certaines hypothyroïdies, notamment celle d’Hashimoto, pourraient être déclenchées lorsqu’on consomme trop d’iode.

Dans une étude chinoise de 2006 publiée par le New England Journal of Medicine, des chercheurs ont donné de l’iode à trois groupes de personnes : un groupe qui manquait d’iode, un qui avait des apports adéquats, et un dernier qui en consommait trop.

Les personnes qui consommaient suffisamment d’iode et celles qui en consommaient trop avaient un risque plus élevé de développer une hypothyroïdie infraclinique et une thyroïdite auto immune.

Ce risque concernerait toutes les personnes ayant au départ une TSH légèrement (plus de 2) à modérément élevée (plus de 6) et des anticorps anti thyroïdiens[4].

Une étude coréenne a trouvé́ qu’en réduisant à 100 μg/j la consommation d’iode d’un groupe de patients atteints de thyroïdite de Hashimoto, 80 % des malades allaient mieux après 3 mois[5].

La supplémentation en iode n’est donc pas forcément recommandée en cas d’hypothyroïdie d’origine auto immune. Dans tous les cas, il est important de surveiller votre taux d’iode pour éviter une carence ou un excès.

Faut-il arrêter les crucifères ?

Les crucifères sont une vaste famille de légumes dont les membres les plus éminents sont le brocoli, les choux, mais aussi le radis, le navet, le cresson ou encore le raifort.

On conseille souvent aux personnes à risque d’hypothyroïdie ou à celles qui en souffrent d’éviter la consommation de ces légumes, car les crucifères renferment des composés goitrogènes appelés isothiocyanates et thiocyanates.

Ces composés sont libérés lorsqu’on coupe ou qu’on mâche des crucifères, et ils pourraient réduire la fonction thyroïdienne par blocage de l’activité́ de certaines enzymes.

En réalité́, il n’y aurait pas de raison de se priver de crucifères à condition de ne pas avoir de déficit en iode, comme le montre un essai clinique qui utilisait des glucosinolates et des isothiocyanates issus de pousses de brocoli[6].

Ce serait même le contraire !

À dose modérée (ce qui se passe quand vous incorporez des crucifères dans votre alimentation), les thiocyanates stimuleraient même la synthèse de T4.

Cela signifie que la consommation de ces légumes étiquetés comme goitrogènes pourrait en réalité́ soutenir la fonction thyroïdienne, en synergie avec d’autres nutriments comme le sélénium[7].

Devriez-vous bannir le soja ?

Le soja contient des isoflavones qui pourraient perturber la fonction thyroïdienne, mais les études sont contradictoires. Comme pour les crucifères, un déficit en iode serait un facteur favorisant. En revanche, il ne semble pas qu’une consommation modérée de soja sous ses formes traditionnelles comme le tofu, le tempeh, ou le miso pose de problème particulier.

Pour les produits transformés par l’industrie – protéines de soja (prises par les sportifs), extraits – c’est-à-dire les produits apportant des quantités relativement importantes d’isoflavones, la question d’un effet sur la thyroïde n’est pas tranchée.

Il faut bien sûr éviter les déficits en iode (tout comme les excès). Si vous souffrez d’hypothyroïdie, si vous avez des anticorps antithyroïdiens, soyez prudents avec les formes de soja les plus riches en isoflavones.

Par précaution, évitez de consommer du soja dans les trois à quatre heures qui suivent la prise d’un traitement thyroïdien.

Quel que soit votre état de santé, certains médecins proposent de limiter la consommation d’isoflavones de soja à un maximum de 30 mg/jour, ce qui représente environ 100 grammes de tofu.

Faut-il éviter les produits animaux ?

Les régimes alimentaires sans produits animaux (végétariens, végétaliens) semblent protéger contre les maladies auto immunes.

Des chercheurs se sont donc demandé si ce type d’alimentation s’accompagnait d’un moindre risque d’hypothyroïdie. Ils ont suivi une population d’adventistes californiens, qui sont végétaliens[8].

Résultat : un tel régime a tendance à être associé à une protection contre ce trouble de la thyroïde même si des confirmations sont nécessaires : il s’agit d’une étude d’observation qui ne permet pas d’établir une relation de cause à effet.

Les laitages sont-ils mauvais pour la thyroïde ?

Dans la thyroïdite de Hashimoto, de nombreux patients ont un problème avec les protéines laitières et/ou le lactose.

Une étude a montré́ que l’élimination du lait et d’autres sources de lactose (le sucre du lait) s’accompagnait d’une diminution très nette de la TSH, au point que certains patients sont passés d’un état d’hypothyroïdie infraclinique à un statut normal[9].

Et même dans les autres formes d’hypothyroïdie, le médecin doit soupçonner un trouble de l’absorption chez les patients qui ont besoin de doses élevées de médicaments. Chez ces derniers, les médecins devraient faire pratiquer un test d’absorption de LT4.

Parmi les causes de mauvaise absorption, il peut y avoir : intolérance au lactose, mais aussi maladie cœliaque, gastrite atrophique, infection à Helicobacter pylori, maladie intestinale inflammatoire, parasitose…

Demain : les conseils d’un médecin pour votre thyroïde

Demain, je vous présenterai l’approche naturelle d’un médecin pour aider les personnes qui souffrent de thyroïde.

Je reviendrai aussi sur les différents traitements actuels (avantages, inconvénients, effets secondaires…).

Aujourd’hui, je constate qu’il y a un sérieux manque d’informations pour toutes les personnes malades de la thyroïde.

Il m’a donc paru urgent de combler ce manque et de vous offrir des conseils fiables pour vous ou pour vos proches.

Le but est que vous ayez toutes les cartes en main pour agir le plus efficacement possible sur votre hypothyroïdie… et avec le moins de désagréments possibles.

Si vous souffrez d’hypothyroïdie, je vous conseille donc de ne pas rater pas mon message de demain.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Levothyrox : le laboratoire Merck condamné à verser 1 000 euros chacun à 3 300 plaignants », Le Monde.fr,‎ 25 juin 2020

[2] Paul Leboulanger, Levothyrox : l’ancienne formule disponible jusqu’à fin 2021, LeLynx.fr, août 2020.

[3] Agathe Delepaut, Hypothyroïdie: des experts recommandent moins de traitements, Le Figaro, mai 2019.

[4] Teng W, Shan Z, Teng X, Guan H, Li Y, Teng D, Jin Y, Yu X, Fan
C, Chong W, Yang F, Dai H, Yu Y, Li J, Chen Y, Zhao D, Shi X, Hu
F, Mao J, Gu X, Yang R, Tong Y, Wang W, Gao T, Li C. Effect of iodine intake on thyroid diseases in China. N Engl J Med. 2006 Jun 29;354(26):2783-93. 

[5] Yoon S-J. The effect of iodine restriction on thyroid function in patients with hypothyroidism due to Hashimoto’s thyroiditis. Yonsei Medical Journal. 2003;44(2):227-235. 

[6] Shapiro TA, Fahey JW, Dinkova-Kostova AT, Holtzclaw WD, Stephenson KK, Wade KL, Ye L, Talalay P. Safety, tolerance, and metabolism of broccoli sprout glucosinolates and isothiocyanates: a clinical phase I study. Nutr Cancer. 2006;55(1):53-62.

[7] Juliette Pouyat, Hypothyroïdie : les aliments à éviter, Lanutrition.fr, mai 2015.

[8] Tonstad S, Nathan E, Oda K, Fraser G. Vegan diets and hypo- thyroidism. Nutrients. 2013 Nov 20;5(11):4642-52.

[9] Asik M, Gunes F, Binnetoglu E, Eroglu M, Bozkurt N, Sen H, Akbal E, Bakar C,Beyazit Y, Ukinc K. Decrease in TSH levels after lactose restriction in Hashimoto’s thyroiditis patients with lactose intolerance. Endocrine. 2013 Sep 28. 

37 réponses à “Hypothyroïdie : les « oubliés » de la crise”

  1. CAZAUBON dit :

    Bonjour,
    mon médecin m’a prescrit depuis plusieurs années du THYROIDEA 9Ch(5 granules par jour) pour combattre mon hypothyroïdie. Depuis que je suis correctement ce traitement et que de temps en temps je mange du tartare d’algues ma thyroïde fonctionne mieux .
    J’espère que cette expérience pourra aider certaines personnes. Cordialement

  2. Marie dit :

    Bonjour
    Je suis en hyperthyroïdie et j’ai toujours eutyrox

  3. Tixier Sylvie dit :

    Je viens de lire votre article concernant le soja. Je ne mange pas de viande mais des produits à base de soja, des huitres. Beaucoup de produits de la mer. Comment savoir maintenant si c’est bon pour ma thyroîdie

  4. Veronique dit :

    Bonjour
    Sensible aux problèmes liés à la thyroïde, j’ai lu votre lettre.
    Qu’en est il des régimes alimentaires pour les hyperthyroïdies ?
    Merci de votre réponse
    Cordialement

  5. Julenot dit :

    Je souffre d’hyperthyroïdie votre courrier ne m’est pas destiné
    Merci

  6. Sonia dit :

    Bonjour,
    Je ne suis pas de traitement (et j’espère…. jamais), cependant je fais un suivi de surveillance de mes nodules chaque année, qui ont tendance à grossir pour certains 😔.
    Dois-je limiter ma consommation de brocolis et autres crucifères ? Je ne consomme plus de lait d’origine animale. Je prends également du plasma marin hypertonique pour mes baisses de régime à raison d’une ampoule seulement par jour, dois-je continuer ?
    Et comment puis-je savoir si mon hypothyroïdie est d’origine auto immune? Merci
    Sonia

  7. Cornet chantal 68 ans dit :

    Merci d’évoquer le problème des malades de la thyroïde. Je souffre depuis 20 ans d hypothyroïdie (Hashimoto) et on a détecté il y a 6 ans une insuffisance en iode. Sous levothyrox 100 , ancienne formule , je n’ai pas supporté la nouvelle ni les autres médicaments proposes sauf Euthyrox !! J ai peur du jour où il va disparàître…Merci de vos conseils précieux.

  8. Marie-helene Halmel dit :

    Depuis que je prends le nouveau Levothyrox 50 mes cheveux se cassent énormément. je ne suis pas la seule dans ma famille il y a ma sœur et ma nièce qui sont dans le même cas que mois à doses différentes.

  9. Dahan dit :

    Attention de ne pas opposer systématiquement Hyper et Hyppo thyroïdie.
    C’est mon cas. je suis en hyper Et j’ai Hachimoto en même temps.
    Ça complique tout. Faut être suivi par un Endocrinologue..
    Pas de simplification SVP.

  10. nicole mailhou dit :

    mon mari souffre d’une Hashimoto qui est équilibrée avec
    Hypothyrocalm (Bimont)
    Oromodulo (oronalys)
    Sélongénine (Labo CRP)
    Euthyral
    Il n’a jamais pris de Levothyrox

  11. Colette LEDOUX dit :

    bonjour – je n’ai pas supporté la nouvelle formule du lévothyrox mais en revanche ça va très bien avec T-caps

  12. Marie-Annick BOUCHER dit :

    Bonjour,
    Depuis plus de 6 mois, en vous lisant, j’ai arrêté tout traitement et je prends les gélules Thyroïde de Nouvelle page nutrition.
    Pourriez-vous me dire dans combien de temps de traitement (2 gélules par jour) ma thyroïde va se réguler ?
    Si je dois faire autre chose.

    Je vous remercie.

  13. A.D dit :

    Bonjour,
    Personnellement, j’ai entendu parler des apports d’iode. Ceci dit, cette approche « douce » me semble très aléatoire pour les gens en déficit permanent – l’apport peut varier suivant nourriture, etc… Alors contrôle tous les 15 JOURS ??? Pour moi, invivable et pas SÛR ! Je suis une des « victimes » du changement de formule, et comme je m’étais fâchée très fort, beaucoup de gens m’ont demandé conseil. Après essais divers, je suis resté au T CAPS ( antérieurement TIROSINT en Italie), dont la commercialisation en France, sous le nom de T CAPS, a été « arrachée » à BUZIN la traîtresse… Pas encore (?) remboursé, mais pas cher. Une capsule molle, quasi sans excipients. Comme il semble que le produit ait du succès, et que cette capsule « molle » n’est donc pas sécable, le laboratoire a fabriqué tous les grammages intermédiaires ( par exemple : 75, 88, 100, 113, 125 etc). AUCUN EFFET SECONDAIRE. A savoir : le produit semble un peu plus fortement dosé, à grammage équivalent. Par ex je prends du 88 en T CAPS, alors que j’étais à 100…

  14. alicia dit :

    hypothyroide c’est un fléau en France , et cela ne changera pas car; le pays est quasiment couvert par les centrales nucléaires , mal entretenues (manque d’argent ) donc il y a des fuites !! Et , en plus , toute la nourriture empoisonnées par la chimie. BIZARREMENT ??? le terre a tremblé avant Noel 2020 et 2021 en Alsace , et près de Poitiers il y a 2 semaines à proximité de centrales nucléaires ….. vous devinez la suite ?

  15. Filali dit :

    Bonsoir Monsieur,
    J’adore vous lire tous les jours, vous abordez toujours des sujets aussi épineux les uns que les autres, et avec le sujet le Hypothyroïdie, vous touchez un point très sensible.
    Opérée d’une Thyroïdectomie Totale depuis 12 ans, et la descente aux enfers commence……je ne vais pas vous raconter mon parcours du combattant pour ne pas bloquer votre messagerie :-), mais j’en souffre jusqu’à maintenant, je n’ai plus de vie, le moindre petit effort me demande beaucoup d’énergie; meme prendre une simple douche devient impossible, j’ai du quitter mon travail, je ne vois plus mes enfants grandir tellement je ne quitte plus le lit………. bref, je désespère…..
    Vos conseils seront les bienvenus.

    Je resterai une fidèle lectrice de vos publications, moi qui suis une passionnée des remèdes naturels et de naturopathie.

  16. de LEPINE dit :

    bonjour je suis fidèle abonnée vos conseils me sont très utiles. Thyroïde rhumatisme inflammatoire etc… J ai des traitements à vie
    Pouvez vous nous donner des conseils pour trouver un Naturopathe afin que nous soyons bien épaulé et Conseiller. Je suis de PARIS. Cela est très important d avoir peut être des critères pour le Choisir. Je pense qu il y a beaucoup de personnes dans l attente de ces conseils pour être bien orienter. Afin de profiter d une vie au naturel
    Merci. Cordialement

    • Florent dit :

      Bonjour,
      Trouver un bon naturopathe près de chez soi n’est pas toujours facile. Le mieux est souvent de suivre le bouche-à-oreille : un ami vous parle d’un bon naturopathe et vous le recommande… Ensuite, le mieux est de rencontrer la personne et de faire confiance à votre feeling. Le statut n’étant pas protégé en France, assurez-vous que celui-ci soit bien diplômé d’une école de naturopathie.
      Amicalement,
      Florent

  17. Joëlle dit :

    Thyroïdectomie totale en 1997 traitée par Levothyrox jusqu’en septembre 2017 très très fatiguée trou rétinien traitée ensuite avec L Thyroxin 100 trou rétinien résorbé tout seul bizarrement. Puis je me passer du traitement ? J’ai 68ans. J’ai consommé dans les années 90 du lait de soja durant 3 mois, le taux de Tsh est monté en flèche à 6,2. L’endocrinologue m’a interdit cette boisson.
    A vous lire. Merci

    • Florent dit :

      Bonjour Joëlle,
      Je ne peux pas répondre à cette question. Mais dans tous les cas, n’arrêtez pas votre traitement sans l’accord de votre médecin. La thyroïde est un organe sensible. Tout changement doit être fait en douceur et suivi de près par un spécialiste.
      Amicalement,
      Florent

  18. Joëlle dit :

    Thyroïdectomie totale en 1997 suite à cancer sur les parathyroïdes traitement Levothyrox jusqu’en septembre 2017 très très fatiguée, trou rétinien…… Prise de L-thyroxin de Sanofi, le trou rétinien s’est résorbé tout seul.
    Y a t il pour une possibilité d’arrêter le traitement ?
    Merci pour votre réponse

    • Florent dit :

      Bonjour Joëlle,
      Je ne peux pas répondre à cette question. Mais dans tous les cas, n’arrêtez pas votre traitement sans l’accord de votre médecin. La thyroïde est un organe sensible. Tout changement doit être fait en douceur et suivi de près par un spécialiste.
      Amicalement,
      Florent

  19. Farah dit :

    Bonsoir,
    cela fait maintenant 14ans que j’ai une hypothyroïdie Ss Levothyrox 125mg,depuis peu je prends je me suppléante en iode; vit C et D ; en Zinc et Sélénium acheté en pharmacie et alimentations riche en oméga 3 etc pratique du sport ; pourriez vous me dire comment doser mon iode .
    J attends avec impatience votre approche et respectueuse.
    En début d’année je vois apparaitre quelques douleurs musculaires et articulaires .

    PS: 2020 suite à un malaise ma fille a été diagnostiquée diab t1 et une Hypothyroidite de Hashimoto , ss Levothyrox bien évidemment ,les deux sont-ils lies? Ya t-il un espoir pour que sa thyroide refonctionne comme avant?
    Merci d’avance .

    • Florent dit :

      Bonjour,
      Le mieux est de commencer par vérifier vos niveaux d’iode. En cas de déficit, il existe des compléments pour se supplémenter. Dans le doute, parlez-en d’abord à votre médecin.
      Amicalement,
      Florent

  20. An dit :

    Bonsoir,
    Quand on a plus de thyroïde, ablation cause de goître avec Thyroïdite d’hachimoto’s avec intolérance au lactose, problèmes gastriques, helicobacter pilori et autres….. aujourd’hui je prends toujours du levothyrox ancienne formule car je ne supporte pas la nouvelle formule. Qu’est-ce que je peux faire pour améliorer ma santé.
    Merci pour votre réponse

  21. Gopal dit :

    Bonsoir moi je suis en hyperthyroidie avec tremblements, l’hypertension, tachycardie, palpitations, crise d’angoisse, de panique , j’ai eu une dose d’iode, il y a 2 ans ma tsh est limite donc pas de médicaments, au début j’avais perdu 32 kg en 1 mois et demi maintenant c’est le yoyo ,j’aurais besoin de conseils

  22. Laurence dit :

    Bonjour,
    Je suis hypo depuis 1999 ainsi qu’ Hashimoto.
    J’en avais assez d’être très fatiguée tous les jours et ai voulu me reprendre en main en 2020.
    Ai le traitement classique depuis tout ce temps (lévotyrox) …..
    J’ai diminué fortement le pain et les laitages. Remplacés par des yaourts au lait d’amande et de coco. Certaines marques sont abordables, il faut chercher chez certains distributeurs .. Pas au lait de soja……pas de lait de vache….. Un peu de fromage quand même.
    Je prends aussi Phosphorus 30 ch et Iodum 30 ch remèdes homéopathiques que j’ai testé d’une manière personnelle, donc ces derniers me correspondent personnellement…. Car j’ai lu que Iodum est plutôt destiné au hyper qu’aux hypo ……
    Je suis en bien meilleur forme depuis l’année passée et je n’ai plus que ponctuellement ces descentes d’énergie qui se répercutaient grandement sur mon moral. Je suis donc plus que contente !
    Ah oui, ai repris depuis 2020, l’huile de tournesol première pression à froid dans mes assaisonnements et beaucoup plus de crudités. Cette huile procure une meilleure barrière intestinale (Dr Kousmine).
    Éprouvé d’ailleurs en 1992, quand ma fille, bébé à l’époque était toujours malade (j’habitais à proximité de l’étang de Berre) zone très polluée au niveau de l’atmosphère …. J’ai eu plus de 50 % d’amélioration l’a concernant (ORL).
    Je l’avais abandonnée pour de l’huile d’olive que j’adore mais maintenant, j’alterne. Il faut juste se faire au goût, on y arrive au bout de 2 à 3 semaines. J’assaisonne mes crudités qu’avec l’huile de tournesol 1ère pression à froid bio.
    Dommage que le stress joue également énormément sur cette pathologie et la période actuelle y contribue à fond ….. et ça c’est une autre paire de manches.

  23. Phyllis dit :

    Oui bonjours , merci tellement beaucoup
    Dans mon cas j’etais hyper thyroide et la glande etais reduit ou detruit avec….. iodine radioactive
    Il me reste a peu pres 5% de la glande thyroide….J’ai beaucoup de symptomes qui vien avec hypothyroide…
    Je prends la synthroide .Est ce que vous pouvez suggerer quelque chose ?
    merci

  24. Mercier E dit :

    Je vous remercie énormément pour cette lettre d’information sur l’hypothyroïdie . Je n’ai plus de thyroïde, donc traitement à vie et je souffre comme tous , des effets indésirables. Mon médecin est fermé à toute solution et je ne sais pas ce que je peux prendre qui m’aiderai sans me mettre en danger sur d’autres effets. Je vais suivre vos lettres avec beaucoup d’attention et j’ai espoir d’avoir des conseils . Encore merci.

  25. DANIEL Marie dit :

    Bonjour,
    J’ai eu ablationde la glande thyroïde il y a 20 ans. Depuis, mon de TSH varie sans arrêt, par conséquent je change régulièrement de dosage de LThyroxine Hening. J’étais à 187,50 et je viens de passer à 200. Je trouve ce dosage excessif pour une femme. Mon médecin m’a dit qu’un dosage l’iode ne sert à rien. (je grossis et ne me sens pas bien,), j’ai comme des bouffées de chaleur au niveau du cuir. Pouvez-vous me conseiller, je ne sais plus quoi faire. je suis un régime sans gluten, sans lactose, consomme très peu de sucre et la base de mon alimentation est légumes, fruits, viande blanche, poisson, crustacés. merci à l’avance (j’ai 73 ans)

  26. Sabine Hofstetter dit :

    Bonjour,
    Je suis consciencieusement vos lettres d’information.
    Il est question d’hypothyroïdie mais j’aimerai, en ce qui me concerne, des informations au sujet de l’autre exrême, l’hyperthyroïdie.
    Bien cordialement,
    Sabine Hofstetter

  27. Belhomme Andrée dit :

    Je suis intéressée par les conseils concernant l’hyperthyroïdie (maladie de Basedow) car sur vos articles on parle surtout d’hypothyroïdie.
    Merci par avance .

  28. Gauthier Ghislaine dit :

    Moi aussi j’ai eu l’ablation de la thyroïde en 2017 et paralysie du nerf récurrent gauche qui me fait faire des fosses routes ensuite on m’a mis de la graisse ça vas beaucoup mieux sauf que les glaires reste coincé et m’étouffe ont me dit de toute façon vous ne pourrez plus vivre comme tout le monde je ne peut plus rien faire trop essoufflé j’en ai même des idées noires tellement je vie mal et sans espoirs je prends du poids en ne mangeant presque pas S’il vous plaît aidez-moi j’ai 65ans et ma vie c’est arrêter Merci d’avance Je suis Hashimoto

  29. Denise Bernal dit :

    Quoi faire quand on nous a enlevé la thyroïde !!!!

  30. Nice dit :

    Les maladies auto immunes et notamment de la thyroïde sont effectivement trop peu étudiées et c est bien dommage
    La naturopathie et un régime peut aider à éviter des traitements à vie mais ilfaut être bien épaulé et conseillé

  31. Thierry Begon Thierry Begon dit :

    bonjour, je désirerais savoir par quel élément naturel pour remplacer le lévothyroxe

    CORDIALEMENT

  32. Sophie dit :

    Merci et oui moi qui a une thyroïdite d achimoto je suis très intéressé par vos article.
    Cordialement

  33. MASSÉ dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour vos recherches sur la thyroïde.
    J’ai moi-même une Thyroïdite de Hashimoto diagnostiquée il y a bientôt 4 ans : mais d’après tous les spécialistes rencontré.e.s et suite aux échographies, il semble qu’elle soit très ancienne (j’ai 62 ans) et ait évolué à « bas bruit » (je suis très sportive ce qui a sans doute freiné un peu l’évolution), avec une symptomatologie que je peux aujourd’hui identifier mais qui ne m’a jamais amenée à m’en « plaindre  » auprès de médecins… ce qui explique- peut-être ! – que personne ne m’a jamais prescrit d’examens concernant la thyroïde avant l’âge de 58 ans et des grosses puisque j’ai 3 enfants.
    J’ai fait bcp de recherches ces dernières années autour de toutes les pathologies de la thyroïde, et évité les médicaments jusqu’il y a 1 mois 1/2 grâce à un complément alimentaire d’un laboratoire belge (l’Actyr) prescrit par mon acupunctrice et à une alimentation qui est en accord avec vos préconisations sur votre dernière lettre. Toutefois à l’automne dernier une forte « poussée » (avec une TSHà 33) m’a amenée à accentuer mes recherches et à aller encore plus dans la mise en place d’activités autour de la méditation etc. (que je pratiquais déjà). la TSH est bien descendue en 4 mois mais pas suffisamment au regard des risques et j’ai fini par me décider à prendre de la L-Thyroxine de chez Henning… tout en espérant pouvoir peut-être ne pas en prendre « ad vitam eternam » !
    Après cette longue introduction, mais qui pose un peu le contexte, voici am question du jour :
    Visiblement, la TSH étant pourtant produite par l’hypophyse, avec des effets de feedback de la thyroïde, je ne trouve nulle part dans les études sur les approches « naturelles » ou « alternatives », non plus d’ailleurs que dans les articles de médecine allopathique, d’éléments qui pourraient expliquer un peu comment intervenir non pas sur la thyroïde seulement, mais aussi sur l’hypophyse… Comment expliquer cela ? connaissez-vous des livres ou des personnes susceptibles d’aborder ces liens entre les deux : sachant bien sûr combien ces liens sont à la fois complexes, probablement difficiles à évaluer dans des pathologies auto-immunes par ex (dans lesquelles on peut aussi travailler fortement au niveau psychologique et/ou dans le sens d’une médecine du sens au sens où l’a développée Olivier Soulier par exemple).
    Merci pour l’attention que vous porterez à cette lettre
    Bien cordialement,
    Hélène Massé

Répondre à Marie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *