La science en crise ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Nouveau tremblement de terre autour de la chloroquine !

Hier, la revue The Lancet a retiré la fameuse étude qui mettait en cause l’hydroxychloroquine.

Et avec elle, comme des dominos, c’est tout le système scientifique actuel qui s’effondre…

Tremblement de terre dans le milieu scientifique

Pour rappel, des chercheurs du monde entier avaient critiqué l’étude parue dans The Lancet, notamment à cause de certaines zones d‘ombre sur les données utilisées.

Les données, provenant de 671 hôpitaux différents, avaient été collectées par la société américaine d’analyse Surgisphere, dont le fondateur, Sapan Desai est l’un des quatre auteurs de l’étude.

Le problème, c’est que l’étude omettait de fournir de nombreuses informations sur ces données (critères d’inclusion, pays, hôpitaux…), comme l’a notamment mentionné Carole Dufouil, directrice de recherche à l’Inserm à Bordeaux[1].

Face aux critiques, les auteurs avaient demandé un examen indépendant par des pairs, pour s’assurer de la fiabilité de leur étude.

Problème : Surgisphere, en raison d’un accord de confidentialité avec ses clients, a refusé de partager sa base de données avec les experts mandatés[2]. Ainsi, ceux-ci « n’ont pas pu conduire une revue indépendante. »

Cela a amené les trois des quatre auteurs (à l’exception de Sapan Desai) à se rétracter et à demander à The Lancet le retrait de leur étude : « Nous ne pouvons plus nous porter garants de la véracité des sources des données primaires », ont-ils écrit dans un texte publié hier dans The Lancet et dans lequel ils présentent publiquement leurs excuses[3].

Badaboum !

Ce tremblement de terre a été suivi par une réplique quelques heures plus tard…

Le New England Journal Of Medicine (NEJM) qui, comme The Lancet, fait partie des revues les plus respectées de la communauté scientifique, a également retiré son étude parue le 1er mai sur le lien entre hypertension et Covid-19[4].

Cette étude, menée par la même équipe que celle parue dans The Lancet, s’appuyait également sur une base de données fournies par la société Surgisphere.

Comment deux des plus prestigieuses revues scientifiques ont-elles pu publier des études comme celles-ci ? Peut-on encore faire confiance aux publications scientifiques ?

À défaut de nous en apprendre plus sur la réelle efficacité de la chloroquine, cette histoire permet au moins de faire la lumière sur les dessous de la science.

Malheureusement, ce n’est pas nouveau. Cette affaire n’est que le symptôme d’un monde scientifique en crise.

Mais l’épidémie de coronavirus a eu le mérite de focaliser l’attention du monde entier sur l’univers de la recherche. Et le public commence enfin à se rendre compte des limites de ce système, ainsi que de ses dérives.

La science est « polluée » par la politique, l’argent et le sensationnalisme

Aujourd’hui, la science n’est plus au service de la vérité (ou de quelque chose qui s’en rapproche). L’étude scientifique sert presque toujours quelque intérêt plus ou moins caché – et ceci à tous les niveaux.

1. Les grandes revues ne sont plus fiables

Avec cette affaire, on se rend compte que même les revues scientifiques les plus réputées, comme The Lancet, publient des informations non vérifiées. On peut se demander si elles ne cherchent pas surtout à faire parler d’elles en publiant des « bombes médiatiques », quitte à ce que ces articles soient de qualité discutable.

Les grands journaux scientifiques (Nature, Science, The Lancet, British Medical Journal…) possèdent toutes un comité de lecture. C’est-à-dire qu’un groupe d’experts évalue la qualité d’une étude afin de décider si celle-ci est assez fiable pour être publiée.

Le processus prend généralement du temps, et les auteurs doivent parfois revoir leur copie avant d’obtenir le feu vert de la revue.

Cette évaluation par des pairs est le garde-fou qui permet d’éviter que des études de mauvaise qualité soient publiées.

Avec cette récente publication sur la chloroquine, on se rend compte que cette vérification est insuffisante. Cela est en partie dû à l’urgence de la situation, qui nécessite une validation rapide.

Mais pas seulement.

De plus en plus, les travaux ne sont pas jugés uniquement sur la qualité, mais aussi sur leur « potentiel médiatique », ou encore sur des intérêts très personnels.

Un ami chercheur m’expliquait que les relecteurs, sous couvert d’anonymat, demandaient parfois aux auteurs de citer leurs propres publications dans les sources de l’étude pour améliorer leur réputation.

En 2005, le professeur américain John P. A. Ioannidis, avait d’ailleurs écrit un article cinglant sur le problème de la fiabilité des études : « Pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux[5] ».

Ce n’est pas parce qu’une étude est parue dans une grande revue que celle-ci fait forcément office de preuve indiscutable.

2. C’est l’argent qui décide de ce qui est vrai

Vous avez peut-être lu ces citations désormais célèbres d’anciens rédacteurs en chef du New England Journal of Medicine (NEJM), l’une des revues scientifiques les plus réputées au monde.

L’anthropologue suisse Jean-Dominique Michel les a partagées à plusieurs reprises sur son blog[6] :

« Il n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie des recherches cliniques qui sont publiées, ni de se fier au jugement de médecins de confiance ou à des directives médicales faisant autorité. Je ne prends aucun plaisir à cette conclusion, à laquelle je suis parvenu lentement et à contrecœur au cours de mes deux décennies de travail de rédactrice en chef. »

(Marcia Angeli, ancienne rédactrice en chef du NEJM)

« La profession médicale est achetée par l’industrie pharmaceutique, non seulement en termes de pratique de la médecine, mais aussi en termes d’enseignement et de recherche. Les institutions académiques de ce pays se permettent d’être les agents rémunérés de l’industrie pharmaceutique. Je pense que c’est honteux. »

(Arnold Relman, ancien rédacteur en chef du NEJM)

Encore plus parlant, l’aveu de Richard Smith, qui a été rédacteur en chef du prestigieux British Medical Journal jusqu’en 2003 : « La plupart des études scientifiques sont erronées, et elles le sont parce que les scientifiques s’intéressent au financement et à leurs carrières plutôt qu’à la vérité[7]. »

La recherche coûte extrêmement cher. Certaines études sont financées par des fonds publics ou par des universités. Mais les plus importantes, faites sur un grand nombre de personnes, ont souvent besoin de financement extérieur.

Voilà pourquoi autant d’études et de chercheurs sont financés par des laboratoires pharmaceutiques, qui seuls peuvent investir autant d’argent dans la recherche.

Sauf que l’industrie ne fait évidemment pas cela de façon désintéressée : les études doivent permettre de prouver l’efficacité et l’innocuité de leurs molécules, ou même parfois de montrer les dangers des médicaments concurrents.

Aussi, les labos sont parfois prêts à tout pour cela : rémunérer grassement les auteurs (soit directement, soit indirectement en organisant des colloques ou des conférences), suspendre les travaux si les résultats sont décevants, mettre en avant ce qui les arrange, faire pression sur les grandes revues, médiatiser les études qui vont dans leur sens, ou même fausser les résultats…

Aujourd’hui, pour qu’un scientifique obtienne un financement, il doit justifier l’intérêt de son étude et annoncer à l’avance ce qu’il va démontrer dans ses travaux.

Sinon, pas d’argent…

Mais ce n’est pas pareil d’avoir une équipe de scientifiques qui travaille sans savoir ce qu’ils vont trouver et des chercheurs payés pour prouver quelque chose.

En fonction de ce qu’on cherche à montrer, il est facile de faire dire tout et n’importe quoi à des chiffres. On finit toujours par trouver un moyen de présenter les données sous un jour plus avantageux.

Comment peut-on encore tenter d’être objectif dans un tel système ?

3. Les politiciens agissent dans la précipitation

Vous n’avez pas trouvé bizarre, que tout de suite après la parution de cette fameuse étude, les autorités se soient sont empressées de stopper leurs travaux sur la chloroquine ?

Le Ministre de la santé Olivier Véran suspend les recherches sur la chloroquine dans son grand essai européen Discovery sans attendre l’avis des spécialistes.

Idem pour l’OMS, qui suspend subitement ses recherches sur ce médicament dans le cadre de l’étude Solidarity… avant de les reprendre quelques jours plus tard quand l’étude du Lancet est critiquée[8].

Le ministère de la Santé retire aux médecins le droit de prescrire la chloroquine à leurs patients, même en hôpital[9].

Pourtant, aucun problème n’avait été signalé lors de ces deux études. Les chercheurs n’avaient pas constaté de graves effets indésirables, sans quoi ils auraient interrompu ces études plus tôt. Cette décision semble avoir été prise sur un coup de tête, en se basant uniquement sur l’étude rétrospective parue dans The Lancet.

Pourtant, même les auteurs de l’étude, dans leurs conclusions, ne déconseillaient pas la chloroquine dans le cadre d’essais cliniques, mais seulement en dehors de ceux-ci[10].

Les membres du gouvernement agissent-ils comme des enfants impulsifs par souci de soigner leur image auprès des électeurs ?

Ont-ils peur qu’un scandale de type Mediator salisse leur carrière ? Agissent-ils sous la pression de lobbies pharmaceutiques ? Y a-t-il d’autres enjeux financiers qui les motivent ?

4. Les grands médias cherchent à attirer l’attention à tout prix

La presse grand public ne fait plus son travail de vulgarisation scientifique. Quand on voit les articles parus ces dernières semaines (raccourcis grossiers, prises de position extrêmes, manque de rigueur…), on peut même se demander s’il existe encore de vrais journalistes scientifiques dans les grands médias officiels.

Je veux dire : des journalistes qui connaissent vraiment le sujet et qui lisent les études au lieu de se contenter des résumés fournis par l’AFP.

Quand l’étude du Lancet est parue, presque tous les grands médias se sont jetés sur le Pr Raoult comme des fauves affamés. On a vu un peu partout des phrases assassines à l’encontre de la chloroquine.

Et depuis quelques jours, c’est tout le contraire : les journaux font les gros titres en pointant du doigt les failles de cette étude.

C’est à n’y rien comprendre ?!

Les médias ne se donnent même plus la peine d’informer le lecteur avec un minimum de connaissances et d’objectivité. Ils cherchent seulement à « surfer sur la vague » du moment en trouvant des titres accrocheurs pour vendre leurs journaux.

Cela amène énormément de confusion. On ne sait plus quoi penser de toutes ces informations contradictoires.

On nous pousse alors à prendre parti entre deux camps totalement imaginaires.

Il n’y a pas les gentils d’un côté et les méchants de l’autre

Avec le débat autour de la chloroquine, on a tendance à penser qu’il y a le bon Pr Raoult et les méchants qui s’en prennent à lui.

La presse aime quand les choses sont simples : elle a ainsi l’habitude de séparer les gens en deux camps qui s’affrontent : les pro-vaccins VS les antivax, la médecine classique VS les charlatans de la santé naturelle, les gens instruits VS les complotistes… On peut en trouver facilement des dizaines sur à peu près toutes les thématiques abordées par la presse.

Je suis triste de voir que certaines personnes qui prétendent informer sur la santé se servent de cela pour endoctriner les gens et les diviser.

Car la réalité est beaucoup plus complexe.

La plupart des chercheurs sont de bonne foi. Quand ils défendent ou non la chloroquine, ils s’appuient généralement sur des arguments solides.

Comme l’a expliqué récemment le Dr Raoult, il n’y a pas de consensus scientifique[11].

On a des études scientifiques qui disent que la chloroquine est efficace, d’autres qui disent le contraire. Toutes ont été faites dans l’urgence, avec des protocoles différents, des méthodes variées, et ont étudié le médicament sous des angles divers.

On ne peut pas dire que certaines sont vraies et d’autres fausses.

Chacune d’elles représente une part de la réalité. Une certaine perspective sur le monde, qui peut entrer en contradiction avec d’autres…

Il ne faut pas croire qu’il existe une réalité du monde que la science découvre peu à peu. Les découvertes sont sans cesse remises en question. Notre compréhension du monde d’aujourd’hui ne sera pas celle de demain.

Méfiez-vous de ceux qui se servent de la science pour justifier des idéologies ou pour dénigrer des approches de soin qui n’entrent pas dans le système actuel, comme l’homéopathie, la médecine chinoise, ou les techniques énergétiques…

Bien sûr, quand de nombreuses études montrent que telle plante ou tel médicament agit sur une maladie, il y a de fortes chances que celle-ci soit vraiment intéressante.

Mais ce n’est jamais une certitude indéboulonnable. Même si les êtres humains se ressemblent beaucoup, nous sommes tous différents et une substance peut être utile à l’un et pas à l’autre.

Les résultats des études scientifiques doivent donc toujours être validés par l’expérience et être ajustés au cas par cas.

Je ne suis pas un fervent défenseur du Pr Raoult ni de la chloroquine. Mais je défends l’honnêteté intellectuelle et une recherche scientifique sérieuse et sans conflits d’intérêts.

Le système actuel est malade. Il ne permet plus d’apporter des réponses fiables sur ce qui soigne vraiment.

Le monde de la santé doit aussi retrouver une certaine humilité, admettre qu’on ne sait pas tout et que la réalité ne repose pas uniquement sur les études scientifiques, mais aussi sur le terrain, dans les cabinets des médecins de famille, chez les naturopathes…

Heureusement, des personnes bien informées essaient de défendre cette vision plus large de la santé et pointent du doigt les faiblesses actuelles.

C’est ce que j’essaie de faire à travers la lettre PureSanté, en révélant la face cachée du monde de la santé et en vous faisant découvrir des approches de soin dont les grands journaux ne parlent pas.

Aussi, si vous avez des proches qui pourraient être intéressés par ces informations, n’hésitez pas à leur partager ma lettre.

Amicalement,

Florent Cavaler

PS. Vous pouvez commenter cette lettre en cliquant ici. Je serais heureux de connaître votre regard sur la situation actuelle de la science.





[1] Chloroquine : de nouvelles failles pointées du doigt dans l’étude de « The Lancet », La Dépêche, 30 mai 2020.

[2] AFP, Trois des auteurs de l’étude du «Lancet» sur l’hydroxychloroquine se rétractent, Le Temps, 5 juin 2020.

[3] Idem.

[4] Hervé Morin, « The Lancet » annonce le retrait de son étude sur l’hydroxychloroquine, Le Monde, 4 juin 2020.

[5] https://paid.santenatureinnovation.info/covid-19-samedi30mai-article-1/

[6] Jean-Dominique Michel, Hydroxychloroquine : The Lancet dans de sales draps…, Anthropo-logiques, blog de La Tribune de Genève, 24 mai 2020.

[7] Richard Smith: Time for science to be about truth rather than careers, The BMJ opinion, 9 septembre 2013.

[8] Daniel Schneidermann, THE LANCET, ET LES TURBULENCES DE LA CONFIANCE, Arrêt sur Images, 4 juin 2020.

[9] La France interdit l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, Le Temps, 27 mai 2020.

[10] Mandeep R Mehra, Sapan S Desai, Frank Ruschitzka, Amit N Patel. « Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis ». The Lancet 22 mai 2020.

[11] https://www.youtube.com/watch?v=zUbiYhknaK0&feature=youtu.be

87 réponses à “La science en crise ?”

  1. NoNo dit :

    la médecine n’est pas comme les mathématiques, pour un essai clinique de même type et de même nature avec les mêmes médicaments sur des échantillons semblables, les résultats ne seront jamais identiques comme en physique ou en mathématique.
    Et cela, parce que en médecine, la probabilité pour que les résultats soient différents n’est pas nulle. Donc les essais cliniques même randomisés ne donnent pas toujours les résultats fiables parce que le plus souvent les biais existent. alors que les études observationnelles sur une importante population donnent des résultats plus fiables.

  2. Mr. In. Phiz dit :

    Bonjour.
    Avec tout mon respect, vos articles semblent intressants et même utiles. MAIS… pour l’amour de vos lecteurs, concentrez vous et limitez vous sur l’ESSENTIEL ! Soyez bref et precis. Evitez ces literatures longues et infinies! C’est impossible de lire toute cette longitude des expressions et phrases « non lieu » – au lieu de reçevoir l’essentiel de vos articles! On n’a même pas envie de se lancer lire !

  3. Husson Dominique dit :

    Monsieur j’aurai aimé votre point de vue sur les biopsies ciblées

  4. Fournier dit :

    Bonjour, je suit votre lettre avec plaisir mais je me permets de revenir sur votre mail. Je comprends que vous restiez sur une réserve quant à trancher sur pour ou contre le protocole Raoult, mais je pense que dans l’urgence du moment, une étude randomisée ne se justifie pas, un médecin se doit de soigner d’abord, de discuter ensuite. A l’heure actuelle les faits lui donnent raison, ses prévisions s’avèrent exactes. Honni soit qui mal y pense. Salutations respectueuses.

  5. claudine Costes dit :

    Merci d’avoir abordé et parler de l’homéopathie qui est pour ma famille indispensable mais aussi il y a la critique sur les huiles essentielles qui n’ont permis de me débarrassée d’une grippe virale en 2 jours alors que j’étais sous traitement allopathique depuis plusieurs jours sans aucune amélioration.

  6. Michka1111 dit :

    Bonjour, Cette lettre me laisse un peu sur ma faim. Si elle est objective et pose quelques questions intéressantes à la fin des sections, j’aurais aimé lire des prises de positions sur l’inconséquence, l’irresponsabilité des décisionnaires, sur la manipulation préméditée des population et les scénarios de sortie possible, sur les voies de recours, sanctions, modifications institutionnelles, législatives et constitutionnelles possibles pour que nous puissions dire avec soulagement, joie voir liesse, « plus jamais ça ! » plus jamais de manipulation intéressée, plus jamais de génocides sous entendus, plus jamais d’autoritarisme infantile dictatorial, pour une vie saine et sereine en société !

  7. MarsolleJocelyne dit :

    Comment peut-on commander vos produits surtout le Hakko pour les intestins !
    Merci de votre réponse ! C’est urgent
    Livrez vous sur la Guadeloupe ?

  8. Francis Devigne dit :

    Je vous donne raison et vous remercie vivement pour vos positions; tranchées. Enfin quelqu’un qui parle!
    Nous savons que les médicaments chimiques ne sont pas faits pour la vie du corps humain; ils « traitent » la maladie mais ne la soigne pas; Ils se substituent ou même détruisent (peut-être volontairement de la part des labos) notre système immunitaire; la médecine officielle le néglige ou l’ignore, comme elle ignore les soins alternatifs. C’est donc un système principalement financier nocif à repenser entièrement.

  9. pacteau dit :

    merci pour cet article ;j essai de faire comprendre autour de moi que je ne prends partie ni pour Raoult , ni pour ses détracteurs mais pour une recherche indépendante , qui a le temps d un travail de fond avec des moyens et qui ne s interdit rien (inclusion de l hydroxicloroquine dans l essai non retenue au début …)et qui doivent être validées par l expérience des personnels soignants formés et sur le terrain (je ne parle pas d experts bien que certains soient compétents°

  10. Caragiorgio Claude dit :

    Bon message et malheureusement c’est bien ce qui se passe. On subit les Médias c’est le progrès……faut faire le tri….difficile de se faire une opinion. Les Curie, Becquerel,Mendeliev et bien d’autres c’était un autre époque.

  11. MONNET PIERRE dit :

    J’ai bien apprécié cette lettre et je suis d’accord sur la plupart des propos. Mais j’aurais aimé lire une synthèse qui soit plus abordable au commun pour faire circuler verbalement l’essentiel du sujet.
    un résumé pour mettre en valeur les idées les plus importantes me conviendrait
    Merci

  12. Reuter dit :

    Une seule phrase très bien écrit, ça fait longtemps que les scandales éclatent et que les lanceurs d’alerte se font lincher par les labo et tout ça à cause du fric c’est exaspérant et les politiques ça ne vaut même pas le peine d’ans parler, continuez d’être honnête

  13. Josette Mondino dit :

    Vous avez parfaitement relaté les faits , il nous faut être très attentif a ce qui s est passé et nous ne pouvons accepter être manipulés de quelque façon que ce soit … La gestion de cette épidémie a été très mal organisée cela est inacceptable. Quelle qu en soit l l’étiquette politique de chacun et dans un esprit de l intérêt général l executif a été hélas en dessous de tout .. il faut oser en convenir pour que des corrections soient apportées

  14. Jean-Luc dit :

    Pourriez-vous avoir l’honnêteté de m’indiquer pourquoi mon commentaire d’hier n’a pas été publié, s’il vous plaît ?
    Le scandale est surtout que des pseudo-scientifiques comme le professeur Raoult osent faire de la science politique, je dirai même plus de la science populiste où il se sert des réseaux fascisant pour faire valoir sa vérité avec des études trafiquées. La chloroquine est un médicament utile mais elle n’a jamais fonctionné sur des maladies respiratoires. Cela fait des décennies qu’elle a été testée sur toutes sortes de grippes, SARS, etc… et les études ont toujours prouvé son inefficacité. L’approche scientifique fonctionne, si elle était suivie par tout le monde correctement et surtout ouverte à la reproductibilité, cela permettrait de faire des analyses et découvertes sérieuses. Le problème est que tout le monde veut tout, tout de suite. Et Raoult l’a bien compris. Il a vendu du rêve très vite, afin de garantir le financement de son institut. Mais il dénonce les scientifiques alors que lui-même ne suit pas les méthodes scientifiques éprouvées et validées sur des décennies. Pour donner des leçons, il faut déjà être irréprochable, ce que Raoult n’est pas. Et son approche anti-système est ridicule car il est le système et a su en profiter pendant des dizaines d’années. Il doit espérer un prix Nobel. C’est totalement ridicule et ceux qui le portent aux nues sont encore pires, des ignorants ridicules prêts à boire la science trop infusée d’un Raoult populiste.

    • Florent dit :

      Bonjour Jean-Luc,
      Votre commentaire a bien été mis en ligne. Je reçois de nombreux messages et je prends à chaque fois le temps de tous les lire et les publier individuellement. Cela prend du temps, et c’est pour cette raison qu’il faut parfois attendre quelques jours avant que votre commentaire apparaisse. Je fais au plus vite, désolé pour l’attente.
      Amicalement,
      Florent

  15. Ghiati dit :

    Ce que j’ai compris de l’hydoxicloroquine, c’est qu’elle peut être, selon le Pr Raoult, efficace si elle était administrée au tout début de l’attaque du Codiv 19 . Pourquoi cette affirmation n’est pas toujours soulignée dans les commentaires ?

  16. chermat dit :

    y’a urgence pour sauver l’humanité des griffes des scientifiques aveuglés par l’argent au détriment des personnes

  17. olivereau-richard dit :

    Merci pour cette analyse de la situation ! Je suis complètement d’accord avec vous.
    Résultat la presse scientifique ne fait pas son travail ! Les cabales contre l’un ou l’autre me semblent tout de suite suspectes. Les informations contradictoires, les politiques qui donnent leur avis sans vérifier le bien fondé de leur information. Tout ce « brouillon » fini sur le web en continu et à la télé et la radio. A celui qui aura le plus d’audience. Les complotistes s’en mêlent sinon ce serait moins drôle ! Quel bazar !

  18. Pierre VIDAL dit :

    Les membres du gouvernement agissent-ils comme des enfants impulsifs par souci de soigner leur image auprès des électeurs ?

    Ont-ils peur qu’un scandale de type Mediator salisse leur carrière ? Agissent-ils sous la pression de lobbies pharmaceutiques ? Y a-t-il d’autres enjeux financiers qui les motivent ? BEN OUI…

  19. Camelia dit :

    Personnellement, je ressens un profond dégoût vis à vis dee la profession médicale qui ne SOIGNEplkus mais qui ne fait que VENDRE3 DES MEDICAMENTS. Visite de 1/4 d’h, un symptôme pas 2 pour une seule visite (certains l’affichent même dans leur salle d’attente!) et l’on se retrouve avec des médicaments qui ne correspondent même pas à la pathologie faute pour le patient d’avoir pu s’expliquer longuement….. Et j’en passe….
    Primes diverses versées par la SS, labos généreux, adieu les médecins de familles qui « cherchaient » avant de prescrire !

  20. claude Riberdy dit :

    excellente information

  21. Nicolas dit :

    Bonjour, votre excellent texte devrait être diffusé dans tous les médias, enfin la vérité sur ce drôle de monde.
    Comment peut-on avoir confiance à ceux qui nous gouvernent et à certains médecins ?

    Merci

  22. Gerard CROSNIER dit :

    Merci Monsieur Cavaler, votre article apporte un réel soulagement à tous les « sans voix » de bon sens qui commençaient à se sentir un peu seuls.

  23. Christian Arzur dit :

    Bonjour à tous,
    Nous ne pouvons n’être que d’accord avec le développement logique de la rédaction de ce rapport.
    Dans toutes choses il y a un coté positif et négatif, ce qui pourrait être traduit avec ce fameux « bénéfice/risque » utilisé par tous les laboratoires pour vendre du poison.
    C’est le moment de faire sauter cette bombe à retardement et de mettre les points sur les i et les barres sur les t.
    Nous sommes des êtres humains, il n’y a même pas besoin de tester un produit qui contient du « borate de sodium » (mort aux rats) pour interdire le « Gardasil » et combien d’autres pour l’aluminium ou le mercure….
    nous sommes peut-être entrés dans le temps où tout ce qui est caché ou déformé doit être dévoilé….
    Bien sure ceux qui liront ces quelques lignes sont convaincus, mais comment le faire savoir à ceux qui prennent les décisions; il suffirait de prendre 24 h de recule et lire « le crime vaccinal » de Michel Dogna et Anne Françoise L’Hôte pour côtoyer la réalité et arrêter le massacre de millions d’êtres humains, dont de futures femmes et d’hommes
    une dernière questions que font les associations « les droits de la femmes » « les droits des enfants » et tout simplement « les droits des êtres humains » ex droit de l’homme (diviser pour mieux régner, c’est bien connu…)

  24. CATTET dit :

    dommage de recourir à l’anglicisme  » versus » au lieu de « contre » en français !

  25. Tirvert dit :

    Bonjour à vous – retrouvé superbe votre article et plein de vérité il me semble sur les tiraillements scientifiques , médiatiques et pour le profit recherché pour un vaccin ou un médicament pour soigner le Coronavirus
    lE professeur Raoult a, je pense, sauvé des vies avec la chloroquine, médicament peu cher, sans danger lorsqu’il est suivi (pour les cardiaques). preuve, les médecins le prescrivait sans soucis. J’ai 75 ans aucune formation particulière, j’aime les médecines natures, alternatives etc
    et un médecin,

  26. Viel dit :

    Bonjour, je suis pleinement en accord avec les propos de l’article. Nous vivons dans une société manichéenne qui regroupe tout ceux qui cherchent l’argent, le pouvoir, le savoir, la notoriété, être le premier quoi et qui ne veulent surtout pas que l’on sache ce s’ils savent. Et il y a nous les citoyens qui ne savons rien. Si on cherche à savoir on devient un dangereux complotiste.
    On est une société behavioriste ou on ne traite que le symptôme et jamais la cause, mais cela est normal car la cause relève essentiellement de l’environnement de l’individu, va à l’encontre du système en place et met en péril les bigentreprises

  27. Marc2959 dit :

    Les chercheurs ont besoin de publier pour faire avancer leur carrière. Ils ont donc tendance à publier pour tout et n’importe quoi. Nombre de publications n’apportent rien car elles ne montre qu’une partie d’un travail détude qui devra être complété par une autre étude et un autre article. They spread thin.
    Plus grave sont les conflits d’intérêts non déclarés ou non pris en compte pour écarter une publication biaisée.
    Pour arrêter d’être intrumentalisée, les consommateurs doivent exiger le développement par une ONG indépendante financée en participatif citoyen une application de notation de chaque auteur selon plusieurs critères: 1, indépendance, 2. qualité substancielle.
    Une sorte de Scienti-Score et Publi-Score qui s’appuieraient sur le big-data et l’IA.
    C’est avec ce genre d’instrument que l’on pourra retrouver confiance dans les publis scientifiques et imposer plus d’éthique à nos scientifiques.
    Le lobbying aussi doit être mieux régulé en étant rendu transparent et totalement public, sinon interdit.
    C’est dans les couloirs des parlements qu’il faut mettre des caméras de surveillance et pas dans la rue. C’est là que sont les plus grands malfrats.

  28. docteur darquin dit :

    cher monsieur
    il est évident que cette crise sanitaire due en grande partie à l’incompétence crasse des pouvoirs publics de ce pays a entrainé un florilège d’informations toutes aussi contradictoires les unes que les autres. Les journalistes n’ayant pas de culture scientifique en règle générale sont totalement incompétents pour juger et même commenter. Les sciences sont totalement dévoyées dans leur objet initial qui est la recherche d’explications de l’univers dont nous sommes à la fois subjet et objet. Le tintamarre actuel sur un médicament classique et ancien est le reflet de l’absurdité du système fondé sur le marketing à outrance et la prise de contrôle de la population par les multinationales pharmaceutiques via les pouvoirs publics.
    La question fondamentale est comment un ministre peut se permettre à des réanimateurs dont c’est le métier, la réanimation étant une discipline particulière et stressante (ils cotoient la mort tous les jours) de leur signifier quels médicaments prescrire dans ce qui est une approche clinique immédiate (vie ou mort) alors que les réanimateurs connaissent les effets secondaires de ce produit depuis longtemps (c’était un mode de suicide redouté des samu)!
    Les réanimateurs savent ce qu’ils font ils n’ont pas à tenir compte des propos de bobos parisiens qui font de la politique afin de cacher leur incompétence professionnelle.

  29. docteur darquin dit :

    cher monsieur
    il est évident que cette crise sanitaire due en grande partie à l’incompétence crasse des pouvoirs publics de ce pays a entrainé un florilège d’informations toutes aussi contradictoires les une que les autres. Les journalistes n’ayant pas de culture scientifique en règle générale sont totalement incompétents pour juger et même commenter. Les sciences sont totalement dévoyées dans leur objet initial qui est la recherche d’explications de l’univers dont nous sommes à la fois subjet et objet. Le tintamarre actuel sur un médicament classique et ancien est le reflet de l’absurdité du système fondé sur le marketing à outrance et la prise de contrôle de la population par les multinationales pharmaceutiques via les pouvoirs publics.
    La question fondamentale est comment un ministre peut se permettre à des réanimateurs dont c’est le métier, la réanimation étant une discipline particulière et stressante (ils cotoient la mort tous les jours) de leur signifier quels médicaments prescrire dans ce qui est une approche clinique immédiate (vie ou mort) alors que les réanimateurs connaissent les effets secondaires de ce produit depuis longtemps (c’était un mode de suicide redouté des samu)!
    Les réanimateurs savent ce qu’ils font ils n’ont pas à tenir compte des propos de bobos parisiens qui font de la politique afin de cacher leur incompétence professionnelle.

  30. Josiane JALINIER dit :

    Merci pour vos lettres explicatives qui peuvent ouvrir les yeux des personnes trop crédules ! En principe les laboratoires ne devraient pas travailler pour augmenter leurs bénéfices coûte que coûte. Peut-être devrait-on faire confiance ‘seulement’ à de petits laboratoires discrets…

  31. Glady dit :

    Bonjour,
    Vos réflexions sont judicieuses et bien documentées et décrivent une dérive déjà ancienne du monde scientifique, et c’est très bien d’attirer l’attention du grand public sur cette dernière.
    Mais je crains que ça ne mène pas bien loin, car deux principes bien connus vont rapidement entrer en jeu: celui des moutons de Panurge qui explique que les gens finissent toujours par adhérer à la pensée du plus grand nombre, et celui de la méthode Coué lié à la répétition quasi illimitée d’une idée présentée sous sa forme la plus simplifiée possible. BigPharma et les médias qui lui sont inféodées connaissent l’un et l’autre de ces principes universels et les exploitent sans vergogne.

  32. Crouzet guy dit :

    Remarquable article, merci de retablir la vérité sur les pratiques actuelles, beaucoup les denoncent mais peu les ecrivent avec objectivité et simplicité comme vous l’avez fait.
    Merci.

  33. Dominique Dallaire dit :

    Bonjour,
    je suis en accord total avec votre article sur la science ayant fait des études et me référent à G.Bachelard qui avait écrit « La formation de l’esprit scientifique » en 1938 !
    Dernièrement, j’ai pu constater que nombre de pays avaient fait paraitre des ouvrages de Biologie marine en langue de leur pays mais la francophonie n’a RIEN ! Les anglais sont favorisés mais il y a aussi des ouvrages en espagnol, portugais brésilien, allemand, mais nous, rien.
    Pourtant ayant eu une formation de journaliste indépendant, j’ai pu rassembler tout ce qu’il faut à partir de chercheurs francophones, pour constituer la table des matières d’un ouvrage de Biologie marine en français. Mais aucun éditeur n’a voulu lancer le projet et j’en suis désespéré? D’autant que la situation est analogue pour la vie des eaux douces (rivières, lacs)
    Voilà, merci de votre regard lucide sur la science !
    Bien cordialement, Dominique.

  34. MAX JANNON dit :

    Merci,merci mille fois.
    La verite’ commence a apparaitre et le mensonge,le profit,la politique et le prestige commencent a perdre du terrain..
    continuons le combat mais en faisant tres attention de ne pas sous estimer l’enorme arsenal des ennemis de la verite’

  35. Bruno Saurel dit :

    Bonjour Monsieur Cavalier,

    Votre message me dérange. Et ce n’est pas la première fois qu’un de vos messages, au final publicitaire, me derange.

    J’adhère à votre analyse des dérives des médias en proie à la dictature du sensationnel, de l’idealisation ou diabolisation des positions de certains acteurs de la santé, d’un manichéisme aveugle au détriment d’un regard critique objectif et d’une déontologie scientifique.

    Sauf que le caractère des publicités qui suivent votre article mérite complètement les critiques que vous formulez à l’égard des medias que vous denoncez.
    Elles ne souffrent d’aucune nuance en vantant à chaque fois des produits ou solutions miracles qui guérissent une longue liste d’affections. Ceci sans prendre soin de rappeler qu’une maladie peut relever de plusieurs facteurs et sa guérison aussi.

    Vos articles veulent réveiller la conscience de leurs lecteurs qui devraient ensuite la perdre face aux publicités pour des produits à priori miracles pour lesquels vos intérêts ne sont pas clairement énoncés

    Je comprends que vous soyez contraints par des enjeux économiques et pas uniquement d’informations mais faites preuve d’une déontologie dans votre communication, car vous vous discréditez, à mes yeux en tout cas.

    Cordialement

  36. Rieg dit :

    J ai entendu parler de l artemisia Annua pour guérir du covid….. Je pense que l on peut se soigner avec les plantes et au mieux que tous ces médicaments..

  37. Tuoliber dit :

    MERCI!

  38. Pierre Fabry dit :

    J’ai été très suspect de la rapidité de la reaction du ministre et de l’OMS pour arrêter l’étude sur la chloroquine suite à l’article de Lancet.
    C’est comme s’ils n’attendaient que cela, je ne sais si la chloroquine est bonne ou mauvaise mais je sais qu’elle emmerde tout le monde car si elle s’avérait intéressante elle dévaluerait fortement les autres solutions cherchées par de très très nombreuses sociétés pour d’immenses montants . . . .

  39. Huguette Goyette dit :

    Suite ;à toutes les nouvelles infomrations venues de différents milieux dont certains en qui j’ai une grande confiance me permet, avec votre message, de conclure qu’ils sont dans la bonne direction. Mon préféré est M. Jean-Jacques Crèvecoeur, que je suis depuis quelques années et que vous connaissez sans aucun doute. Pour utiliser un terme québécois, il ne mâche pas ses mots.
    Merci pour votre sincérité.

  40. Damokrane dit :

    Une lettre franche.
    Des phrases correctement écrites.
    Il faut être plus Humains que Matérialiste.
    La Santé à tous les Humains.
    Vive la Science Vive la Clarté
    Vive la Science Vive la Vérité.
    Restons Scientifique Restons Humains et Restons Unis.
    Damokrane Algérie.

  41. Jean dit :

    Certains reprochent à ceux qui ne sont pas dans le domaine de n’avoir rien à dire. Ingénieur de formation, je suis passionné par la science, la vraie, celle qui essaye d’expliquer le monde dans lequel on vit pour pouvoir interagir en bonne intelligence. Force est de constater que dans le milieu médical, la corruption est importante et que bien que non expert, il faut bien faire le tri dans cette pseudo-science médicale. Le monde s’accélère mais le temps pour la vraie science est plus lent. Vu sur un porte-clé: « ne roule pas plus vite que ton ange gardien ne peut voler ». L’image est belle que l’on soit croyant ou non. Le coronavirus est rapide, mais la Suède a démarré à temps et sa courbe épidémiologique est atypique et n’a pas connu ce pic si affolant. Le 3 mars en Belgique, j’ai demandé à deux médecins hospitaliers si on se serrait encore la main, ils m’ont dit oui. L’ingénieur a fait confiance à ceux qui auraient dû lui répondre non. Le 1er février en Suède les hautes autorités sanitaires avaient compris qu’il fallait prendre ce nouveau virus au sérieux. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. C’est ce mauvais départ qui a clairement rendu nécessaire le confinement drastique que nous avons connu. C’est l’erreur principale du monde politique, ne pas avoir voulu voir la réalité de Chine bien en face et quand l’Italie flambait, ce n’était pas encore suffisant pour comprendre. Ensuite ils ont fait ce qu’ils ont pu pour rattraper le retard et je n’aurais pas voulu être à leur place devant l’ampleur de la tâche avec des arbitrages difficiles à faire. Beaucoup de conclusions trop rapides ont été tirées sur des petits nombres. L’exemple de contagiosité des enfants est criant: de très contagieux à peu contagieux; Et si quelques uns mourraient, ce qui est toujours un drame, c’était reporté dans la presse comme gravissime, comme si plusieurs milliers allaient mourir. Le coronavirus a révélé bien des fragilités de notre système économico-social qui est profondément inégalitaire et non éthique. Il a également révélé la corruption scientifique médicale de manière éclatante. Pour en revenir à la chloroquine, il est pour moi évident que du côté du groupe test traité il fallait confier le traitement à la personne qui défendait ce traitement en étant supervisé par des scientifiques d’autres pays. Car pour démolir une solution il suffit de ne pas respecter à la lettre le protocole supposé efficace. D’un autre côté il fallait le groupe témoin assisté au mieux. Et évidemment pour chapeauter l’étude, il fallait quelqu’un qui n’avait aucun lien avec des entreprises commerciales. On ne peut pas confier la science médicale, la vraie, à des personnes corrompues par des sociétés commerciales. Le débat sur la vaccination est muselé alors que se faire vacciner n’est pas un acte anodin et mettre plusieurs maladies à affronter dans la même seringue n’est peut-être pas sans conséquence pour tous les systèmes immunitaires. Il est possible qu’il y aie un lien entre l’hypervaccination et les maladies auto immunes. Mais quel état oserait faire une étude indépendante de tout a priori à ce sujet? Je ne peux pas considérer que l’hypervaccination soit sans risque. Ce n’est pas pour cela que je suis anti-vaccin. En médecine les convictions profondes sont parfois sources de bien des problèmes. Qui a parlé OFFICIELLEMENT dans cette crise du renforcement du système immunitaire par la nutrithérapie… personne et pourtant dans certains hôpitaux le personnel recevait sa vitamine D… ils auraient sans doute du prendre quelques nutriments en plus. Il faut quitter la logique une maladie, un médicament. Le préventif, c’est renforcer la santé de base de la population. En ce qui concerne l’immunité… gros débat également, anticorps égale pour moi immunité au moins partielle. Episode bénin au premier tour rend probablement la rechute, si elle arrive moins grave. Je n’ai pu atteindre aucune information sur la gravité des rechutes ni sur la proportion des rechutes, était-ce une personne pour mille primo infection? Les médias auraient dû se renseigner sur les chiffres avant de faire des gros titres et des articles creux.. 30% de faux négatifs en test PCR, 13% de patients non fiévreux… oui se baser sur ces tests peut aider à détecter et à freiner mais ce n’est pas absolu Les pourcentages seront peut-être sujet à révision, qu’importe s’ils ne sont pas proches de zéro. Et après cela non vous ne pouvez pas faire tester vos anticorps, vous êtes tellement stupides que vous pourriez avoir des comportements dangereux. Maintenir la psychose face à cette maladie a des conséquences psychologiques non négligeables pour beaucoup de gens. Il est urgent de déconfiner la liberté de penser et de rassurer la population tout en l’invitant à rester prudente.

  42. regine theodorides dit :

    Plus le temps passe et plus on se rend compte que la santé de nos concitoyens importe peu ; ce qui compte c’est de gagner de l’argent et au lieu de nous soigner on nous empoisonne ou au mieux, on nous vend des médicaments inéfficaces à grand renfort de publicité !!!!
    VIVE LA MEDECINE NATURELLE, laquelle a fait ses preuves depuis longtemps !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  43. Asterie dit :

    Bonjour
    Après la lecture de cette lettre ,je trouve que c est humiliant pour un médecin qui accepte l argent en toute conscience et connaissance que la recherche est erronée ,je dirai que ce médecin est un bandit qui vend des malades.
    Heureusement que je suis membre de la SNI.

  44. LIVOLANT dit :

    C’est triste ces luttes, ce manque de débats constructifs.
    Hélas il y a probablement bien des enjeux en cours derrière tout ça. Comme pour l’industrie alimentaire le bien-être humain n’est pas le sujet mais l’argent que tout cela brasse…

  45. Elodie mathieu dit :

    Je suis ravie de constater qu’il va bien y avoir le monde d’après. Effectivement les mensonges ne peuvent plus être considéré comme des vérités. Nous le sentons depuis longtemps au fond de nous, cela nous mets dans des états de colères et de frustrations à peine supportable,. Merci grâce à votre travail à votre ténacité, cela nous aide a faire le notre. C’est à dire à utiliser la «  »médecine alternative », de garder la main mise sur notre santé, et ne pas ceder. La science dogmatique, les pdgs s’euthansient. Continuons à croire en notre bon sens.

  46. Louis dit :

    Le problème avec la chloroquine est qu’elle n’a pas été expérimentée avec une méthode scientifique afin d’obtenir une preuve expérimentale mais dans l’urgence faute de médicaments reconnus efficaces associée à un macrolide, avec une prise charge précoce. Ce médicament ancien était utilisé contre la paludisme avec des doses moindres et présentait des effets secondaires comme la quinine dont il est dérivé.

  47. bernard delattre dit :

    Bonjour, j’ai transféré votre lettre que je trouve concise et de bon sens.Une chose m’étonne cependant:l’apathie des médecins generalistes, indifférents àu mépris et au manque de confiance que les gouvernants leur manifeste.Ils sont sensés avoir des bases scientifiques solides,assorties d’une expérience du soin(qui reste un art : une connaissance au service d’une intuition).De quel droit leur refuse t on d’exercer leur intelligence et de pratiquer ce calcul bénéfice/risque qu’il font à longueur de journée pour ld’ autres pathologies.?

    • Marc2959 dit :

      C’est parce qu’ils sont fliqués par l’Ordre des Médecins qui est une institution mafieuse instituée par l’Etat paternaliste de la Révolution Nationale de Vichy, et qui perdure toujours malgré les nombreuses critiques dont elle fait l’objet par nombre de praticiens de santé, médecins ou autres, ainsi que par la Cour des Comptes qui les épinglent en permanence sur l’opacité de leur gestion.

    • camelia dit :

      Les diverses primes accordées par la SS aux médecins font qu’ils ne travaillent plus que pour les avoir !
      prime pour la prescription de génériques
      prime pour la prévention,, etc……. plus les petits avantages des labos et nos médecins, qui ont profité de la générosité des anciens pour payer leurs études, ne sont même plus capables d’utiliser leur capacité de diagnostic.
      Oubli de prendre la tension, oubli de palpation, etc……. au cours de visites raccourcies pour tjrs gagner plus, arrêt de leur travail parce qu’au-delà d’un certain gain, ils paient trop d’impôts……… Où est passé le vrai médecin de famille ?

    • Caragiorgio Claude dit :

      Entièrement d’accord pour ( de quel droit leur refuse t’on d’exercer……….

    • Camellia dit :

      Vous rêvez encore ! Du droit qu’on leur impose en achetant leur silence et leur servilité en leur donnant des primes diverses pour qu’ils se taisent. Avec l’argent, on obtient TOUT ! Bizarre que certains n’acceptent pas d’ouvrir les yeux.
      Où sont passés nos médecins qui prenaient leur temps pour un diagnostic et les recherches nécessaires ?……Ceux-là partent épuisés, les nouveaux se servent de leur ordinateur, avec des programmes fournis par les labos, pour faire un diagnostic et décider en 1/4 d’heure du suivi de votre visite !Et prennent des vacances quand leur « quota » est fait afin de ne pas payer trop d’impôts!
      Vérifiez.

  48. Pagnucco dit :

    Bonjour, vous présentez les choses de manière objective, bravo! Cette crise montre que les médecins ne peuvent plus soigner leurs malades comme ils ont appris et c’est grave. Grave aussi que le malade n’ait pas le choix de son traitement. Restez chez vous et attendez…(de mourir? ) Ce n’est plus de la médecine. C’est au médecin de proposer son traitement en son âme et conscience et même s’il n’a qu’un placebo à offrir, ce sera mieux que rien. Que l’état impose le non usage d’un médicament me paraît déplacé.

  49. Jean-Luc dit :

    Le scandale est surtout que des pseudo-scientifiques comme le professeur Raoult osent faire de la science politique, je dirai même plus de la science populiste où il se sert des réseaux fascisant pour faire valoir sa vérité avec des études trafiquées. La chloroquine est un médicament utile mais elle n’a jamais fonctionné sur des maladies respiratoires. Cela fait des décennies qu’elle a été testée sur toutes sortes de grippes, SARS, etc… et les études ont toujours prouvé son inefficacité. L’approche scientifique fonctionne, si elle était suivie par tout le monde correctement et surtout ouverte à la reproductibilité, cela permettrait de faire des analyses et découvertes sérieuses. Le problème est que tout le monde veut tout, tout de suite. Et Raoult l’a bien compris. Il a vendu du rêve très vite, afin de garantir le financement de son institut. Mais il dénonce les scientifiques alors que lui-même ne suit pas les méthodes scientifiques éprouvées et validées sur des décennies. Pour donner des leçons, il faut déjà être irréprochable, ce que Raoult n’est pas. Et son approche anti-système est ridicule car il est le système et a su en profiter pendant des dizaines d’années. Il doit espérer un prix Nobel. C’est totalement ridicule et ceux qui le portent aux nues sont encore pires, des ignorants ridicules prêts à boire la science trop infusée d’un Raoult populiste.

  50. Philippe R dit :

    Merci pour ce bel article. Je partage votre vision.
    Cette période aura été un formidable révélateur des fragilités de notre société, des conflits d d’interet, des mensonges répétés et d ampleur…je m en doutais mais pas du tout dans ces proportions.
    Il semble qu il y ait une prise de conscience importante de la population.
    Je ne regardais déjà pas la télévision, je n ecoute désormais quasiment plus la radio qui est vu de moi totalement discreditee
    Bien à vous

  51. Monique Boropert dit :

    Tres bon commentaire. Simplement la vérité et chacun peut se l approprier. Merci.

  52. Miggy Mavrommatis dit :

    J’ai trouvé cette lettre excellente. La meilleure depuis pas mal de temps!

    Merci pour votre regard indépendant et qui ne pousse pas à la consommation!

  53. Hélène Maheux dit :

     »Mais ce n’est jamais une certitude indéboulonnable. Même si les êtres humains se ressemblent beaucoup, nous sommes tous différents et une substance peut être utile à l’un et pas à l’autre. » Votre citation me rappelle justement mon rapport avec la  »SPIRULINE » tant publicisée. Elle aide sûrement bien des personnes sur notre planète mais pour ma part, je l’ai essayé 3 fois, à des périodes différentes, et malheureusement, nous avons identifié que j’avais une allergie qui devenait de plus en plus sévère la 2e et la 3e fois: étourdissements, vomissements, grande fébrilité, maux de tête. Mon cas m’a fait comprendre à quel point il faut faire attention à ce qui est publié et bien choisir dans les recommandations. Je suis entièrement d’accord avec votre article, sans doute parce que je suis une personne âgée (74 ans: un enfant m’a dit que j’étais une personne usagée…) et que j’ai acquis une certaine forme d’expérience. Je suis d’accord avec vos citations des  »responsables » de ce tremblement scientifique et aussi de votre mise au point lors de la conclusion de votre article. J’ajouterais que chaque citoyen(ne) a aussi la responsabilité de vérifier les diverses publicités. Je crois que si un code éthique majeur et précis était respecté par tous, dont les journalistes, il y aurait plus de netteté dans les publications tant qu »écrites que visuelles. Hélène Maheux du Québec, Canada

  54. Yvette Brossier dit :

    Personnellement je soutiens le Pr Raoult, si j’avais été
    infectée par le Covid 19, j’aurais aimé être soignée par Lui à Marseille, Au moins Il a essayé quelque chose, il avait des connaissances sur la chloroquine plus zinc et antibiotique, et il a eu de bons résultats, Mais comme d’habitude ce remède ne rapportant pas beaucoup d’argent, aux labos. voilà le hic !!!

  55. Sylvie Latorre dit :

    Le pouvoir l’argent la politique ont tout perverti grandeur et décadence. …Si l’humanité ne revoie pas sa copie c’est le chaos . Fin des derniers dinausores et retour à la case départ. ….La nature nous a envoyé un premier signe et d’autres s’en suivront et l’argent ne sauvera pas ce monde c’est sur.

  56. Piette Leon dit :

    C’est dramatique !

  57. thomas dit :

    Personne ne parle du brouillard électro magnétique
    qui règne dans notre environnement. C’est une
    légère sinuothérapie permanente.

  58. Georges dit :

    Très bonne analyse de la situation de la recherche
    avec beaucoup de lucidité
    Merci

  59. Marie Christine Giovannelli dit :

    Bonjour,
    Je partage malheureusement votre avis.
    Le monde de la recherche est vicié par le pouvoir ,la politique et l’argent.
    Ce constat est affligeant et inquiétant.
    Une lueur persiste heureusement car il reste encore des chercheurs médecins etc qui se respectent et qui osent dénoncer cette pratique minable inacceptable.
    Mon humble avis
    Bien cordialement
    MC Giovannelli

  60. Benoit Lacombe dit :

    Merci pour voyre analyse respectueuse et ce constat malheureusement cruel, tres bon article que je vais partager aupres de ma famille et amis.

  61. Jourdan dit :

    Vos positions sont les miennes aussi

  62. JOST dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec votre approche. Le monde est pourri par les lobbyings quels qu’ils soient. Et les mondialistes ne cherchent qu’à se remplir les poches aux travers de fausses informations et de mensonges en arrosant financièrement nos décideurs, les politiques.
    C’est ainsi que notre ancienne ministre de la santé a mis fin au remboursement de l’homéopathie prétextant que l’efficacité n’a pas été prouvée. Comment expliquer que les enfants voire les nouveau-nés réagissent « aux petits bonbons sucrés » eux qui ne peuvent encore pas être influencés par l’effet placebo ? Même mieux je soigne mon chien avec l’homéopathie et j ai un ami agriculteur qui soigne ses vaches à l’homéopathie. Nos amis les bêtes sont elles aussi influencées par l’effet placebo ?
    Moi je m’en soigne personnellement à l’homéopathie après avoir subi un triple pontage et je m’en porte pas plus mal. Je ne subis aucun effet indésirable des médicaments protocolaires qui sont généralement donnés dans cette pathologie.
    Pour preuve que ça marche j’ai du diminuera les doses car mon sang était devenu trop fluide. Alors je peux vous dire que je vous rejoins totalement dans votre démonstration. La preuve scientifiquement a-t-elle encore un sens ?
    A un moment il faut arrêter de nous prendre pour des lapins de six semaines.
    Cordialement

  63. Joelle Bonnet dit :

    Le scandale n’est pas le Pfr Raoult qui a utilisé dans certaines conditions déontologiques des molécules sures et qui avaient apparemment une certaine efficacité, mais le fait que la seule potion magique ait été du paracétamol qui n’a jamais soigné si ce n’est faire baisser la fièvre, en attendant que la situation empire et vous conduise en réanimation si vous n’avez pas l’immunité suffisante.
    Le scandale c’est que des journaleux de presse people se moquent de scientifiques qui essayent de soigner au lieu d’envahir les plateaux de télé en les accusant de ne pas faire de recherches et en ne soignant pas une partie de la population.
    Quand l’approximation règne dans la science, on en arrive à la catastrophe de Boeing avec le Boeing 737 Max et tout ceci au nom de Saint Profit.
    Le charisme et la déontologie ont quitté notre société pour le paraître et la comptabilité des « suiveurs ».

    • louisdeparis@orange.fr dit :

      Pour Boing ce n’est pas la science qui est responsable mais la prédominance au fur et à mesure du commercial et du marketing sur l’ingénierie aéronautique., le savoir faire et la sécurité.

  64. Christine Rocher dit :

    Bon résumé de ce qui se passe. Lorsque l’étude du Lancet est parue, j’ai été choquée de voir que beaucoup de commentateurs étaient presque ravis de voir qu’un médicament ne fonctionnait pas. Comment peut on se réjouir de cela ? Cela corrobore ce que vous dites : on se moque pas mal de la vérité, tout ce qui compte c’est le sensationnel. S’il faut trouver une raison d’être optimiste, on pourrait penser qu’à force de ne plus pouvoir faire confiance à rien, nous serons obligés de NOUS faire confiance, de faire appel à notre intuition pour démêler le vrai du faux dans le domaine de la santé comme dans d’autres. Je ne peux m’empêcher de comparer ce qu’il se passe à la santé à ce qui s’est passé dans la politique : il y a de moins en moins de personnes qui votent même dans les élections dites importantes, les syndicats ont de moins en moins d’adhérents etc..mais bon, contrairement aux apparences, ce n’est peut-être pas si mal, il nous faut découvrir une autre façon de fonctionner. En tous cas, les infos que vous nous communiquez nous sont très utiles et il y a fort à parier qu’elles seront même essentielles dans l’avenir, alors merci ! Et bon courage.

    • Moira dit :

      Excellente remarque ! ( vous dîtes : j’ai été choquée de voir que beaucoup de commentateurs étaient presque ravis de voir qu’un médicament ne fonctionnait pas. Comment peut on se réjouir de cela ? )
      Remarque qui résume bien toute cette affaire et prouve que c’est bien l’argent qui est derrière toute cette polémique ….

  65. Albert Ntumba Mukenyi dit :

    Je comprends vos reserves et vous en felicite. Mais il y a un mais, il y a mort d’homme. Que l’on pouvait éviter si le goût exacerbe du lucre n’avait pollué le système.
    En ce qui concerne le gouvernement je ne suis nullement surpris de ses volte-face, souvenez vous que le premier ministre a peine investis n’avait pas trouver mieux que de rendre visite à d’industrie pharmaceutique. Allégeance ou pas. La question demeure

  66. Martin dit :

    Regroupez vous pour défendre la vérité car en face vous avez des voyous avides d’argent et très puissants, mais 80 % des gens ne sont pas dupes, c’est le moment pour vous de crier haut et fort pour que les consommateurs réalisent et agissent en conséquence. L’honnêteté finit toujours par payer mais il faut se battre !!! Tous nos vœux vous accompagnent….

  67. Michel Masure dit :

    Bonjour,
    Comment peut-on échanger quelques idées et commentaires sur vos lettres sans passer par cette page dont la phrase ci-dessous m’interdit d’aller plus avant ?
    Cordialement,
    Michel

    • Florent dit :

      Bonjour Michel,

      Je comprends votre crainte mais je vous rassure, je n’ai pas l’intention de réutiliser vos commentaires. Il s’agit d’une formule imposée par la nouvelle loi sur la RGPD pour avoir le droit d’afficher vos textes sous cet article. Toutes mes excuses pour la confusion. Je vais voir si je peux utiliser une phrase moins problématique.
      Amicalement,
      Florent

  68. Danoy dit :

    Sciences sans conscience,… car obscurcie par les besoins de fonds qui proviennent de ceux qui en ont -des fonds pas de la conscience – et ne cesseront pas d’en vouloir plus, quitte à cultiver les pathologies jusqu’à l’extrême, l’indicible, l’indigne ! Une socité dont l’économie la plus propère est celle de LA MALADIE (non de la santé) est une société délétère … D’ailleurs, elle n’en a quasiment plus de délai …notre Terre. Politiciens sans consciences car, eux aussi confrontés aux mêmes exigences en sus de leurs ambitions égocentrées, « déconnectées » de plus en plus « hors sols »qui délabrent nos santé et toute salubrité au niveau de notre planète … et pourtant, ne doit-il par appartenir aux poloticiens et autres élus de nos démocraties de plus en plus privées de leurs souveraineté, de remettre la charrue à sa place ? Si des fonds sont nécessaires, n’est-ce pas a eux de les « quêter » auprès de ceux qui font les choux gras de nos obésité, diabète et autres joyeusetés cultivées par un mode de vie consumateur ? Ne sont-ce pas eux qui doivent récupérer au sein des énormes bénéfices réalisés sur notre dos et celui de la sécu, les « sommes » nécessaires – impôts sur l’hubris – pour financer le combat contre les abus des sciences, sans consciences, des économies sans consciences, des finances sans consciences, des industries agroalimentaires ou autres… sans conscience ! Il y a un combat à mener. Un combat pour l’avenir de nos enfants, pour défendre les valeurs que nous ont inculqué nos parents, pour régénérer celles de la France et des droits de l’homme…Un combat pour que lendemains ne déchantent pas plus … Vous avez des contacts avec des résistants, des futurs élus potentiels, droits, honnêtes, irréductibles (comme ces anciens gaulois), incorruptibles et prêt à faire de leurs engagement citoyens d’élus en France un sacerdoce … et se bouger, plutôt que de rester des corps et cerveaux utilisés, exploités au sein du Corps d’un pays qui lui aussi, comme toutes les nations sait que sa vraie valeur, sa vraie richesse c’est NOUS, êtres humains dénaturés voire anaturés … tout NOUS, tout ça …ça sert d’os, à ronger jusqu’à la moëlle. Ils se foutent de nos bien-être, de nos santés, de nos équilibres … de notre Terre et de notre sens du vivant. Ils ne vivent pas sur la même planète … et ils semblent l’ignorer. Nous n’avons plus besoin de leur couper la tête, juste en trouver d’autres. Dignes, honnêtes, pugnace et droits dans leurs bottes, ayant en eux cette vision qu’eux n’ont pas, et cette ambition collective qui ne fait pas non plus partie de leurs panoplie … Il devrait être possible de trouver ça, non, sur environ 40 millions d’adultes, ici, chez nous, parmi les fraçais. Même si il nous faut les former et introduire en eux cette notion d’empathie, indispensable à la survie de toute démocratie. Il ne s’agit pas de prendre la tête du gouvernement, mais de préparer le futur nouveau gouvernement, une gouvernance au service des gouvernés. Montrer l’exemple, nos « français ». Montrer à la face du monde qu’il est possible de changer la donne ! D’aucun nous suivrons, quand il sera bien établi que toutes les richesses qui sont censées ruisseler pour rembourser la dette, viennent de nos milliards d’heures de travail… et que leurs répartitions n’est ni juste, ni justifié, ni justifiable. Fiables, ils ne le sont pas non plus. Cinquante années de crises à répétitions, des guerres un peu partout essaimées pour préserver un équilibre mondial qui n’en est pas un, voire qui part de plus en plus en co….es, ça suffit. Changeons la donne en France, devenons au maximum autonome et partageons le reste ou échangeons le ! Biens, services, expérience, cerveaux, humanité et fraternité, solidarité et vie en commun … ,ous avons les bonnes valeurs en stock. Pourquoi ne pas créer un fonds français d’investissement pour un équilibre salutaire au niveau mondial. La France peut-être le berceau d’une nouvelle Humanité. Non ? Répondez moi, si sur ce sujet, vous avez des billes. J’y ai joué étant petit, mais là trop, c’est trop. C’est NOUS qu’ils prennent pour des billes ! Et pourtant, pendant le confinement, heureusement qu’ils étaient là nos petits français invisibles d’habitude. Merci à eux. Pierô.

  69. Maflor dit :

    Mes plus vives félicitations pour cet article qui expose très bien les différents paramètres de la situation actuelle.
    Il y a une dynamique très marquée actuellement, c’est celle de se précipiter sur un élément pour prendre une décision globale avec des conséquences dont les portées de sont pas du tout examinées rigoureusement.
    Que ce soit le confinement imposé à toute la nation ou les revirements suite à un seul article, nous avons là des exemples énormes de la mode de simplifier une réflexion à outrance.
    De plus, l’ambiance actuelle est sans doute là pour rendre les dirigeants malades! Que reste-t-il par exemple au Ministre de la Santé, Olivier Véran, de son bagage et de sa sensibilité de médecin praticien?

  70. Aubert dit :

    Merci pour votre article sur la science! Question médicale nous avons fait plusieurs fois l’expérience de la vue bien trop étroite et biaisée de cette médecine « officielle »! Avoir simplement la liberté de se tourner vers la médecine qui « marche » quelle qu’elle soit!
    Merci

  71. haertenstein irene dit :

    JE NE SUIS PAS D ACCORD QUE VOUS UTILISIEZ MON COMMENTAIRE A DES FINS COMMERCIALES
    CELA CONTREDIT CE QUE VOUS DITES DANS VOTRE MESSAGE…

    • Florent dit :

      Bonjour Irène,

      Je comprends votre crainte mais je vous rassure, je n’ai pas l’intention de réutiliser votre commentaire à des fins commerciales. Il s’agit d’une formule imposée par la nouvelle loi sur la RGPD pour avoir le droit d’afficher vos textes sous cet article. Toutes mes excuses pour la confusion. Je vais voir si je peux utiliser une phrase moins problématique.
      Amicalement,
      Florent

  72. haertenstein irene dit :

    sans compter l’homéopathie
    quid d’ailleurs d’autres méthodes que ladite « scientifique » qui entend tout régéter (mais certains font partie du sérail et pas d’autres, comme vous le soulignez, les bons d’un côté et les méchants de l’autre, sic) mais le monde ne se réduit pas au « scientifique » et pourquoi laisse t on la planète alors dans ce sale état planète qui essaie de rétablir l’homéostasie ?
    A+ plus plus de vérité qui a du mal à émerger
    qui peut le dire ?

  73. Marc Blasband dit :

    La science n’est pas en crise. La science médicale est en crise. Les citoyens sont en crise.

    Au sujet du dernier point. L’intuition des humains des statistique est mauvaise. Mais bien peu l’étudient à l’école. Et beaucoup d’intellectuels disent avec coquetterie ne rien connaître en math. Ceux-la ne peuvent rien dire au sujet de la science. Ils n’y peuvent rien comprendre. Tant qu’on ne le dira pas haut et fort. Tant que les cours de math ne seront pas obligatoire a un niveua important, la science restera un sujet d’émerveillement, de films, d’histoires, de belles images, mais que l’on essaie pas de la comprendre, de la juger, ni même de l’utiliser.

    Amitiés

    Marc.

  74. Jourdan Serge dit :

    Bravo , vous dites tout haut ce qui se passe dans ce milieu pourri par l’argent avec la complicité de tous ces hommes politiques, notre santé ne les concerne pas, juste l’argent leurs convient, quelle honte.

  75. Marie duc tolfo dit :

    Bonjour la piqûre contre la grippe fait son boulot moi je l’ai fait je n’ai pas attrapée le corona virus et pour temps J’ai ds problème chronique coeur hydrocephalie chronique stabilisé pas des médicament. Donc arrêter de dire que la chloroquine ne fait rien ou n’ai pas compatible C’est nul anti grippal + hydrochoroquine ça peux fonctionné

  76. patrick pioud dit :

    bravo Florent , bonne analyse même si vous êtes assez sympa , car ne nous trompons pas : ce système est pourrie jusqu’ à l’ os…..

  77. SMOLDERS dit :

    Bravo pour cette lettre. Elle devrait être diffusée à plus grande échelle médiatique. Peut-être que cela ferait bouger les choses.Merci à vous !

Répondre à Marie Christine Giovannelli Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *