3 remèdes pour ne pas passer Noël au fond du lit

Chère lectrice, cher lecteur,

Chaque année, c’est la folie à la maison.

Dès le mois de décembre, vos enfants s’impatientent. C’est la course à celui qui se lèvera le premier pour ouvrir le calendrier.

Peut-être êtes-vous réjoui par cette atmosphère festive…

Mais entre le froid et le stress des préparatifs, cette période peut aussi être très épuisante.

Et le risque, c’est que votre système immunitaire finisse par craquer : nez qui coule, tête dans le coton, fièvre de cheval, grippe carabinée…

Résultat : vous passez Noël au fond du lit, avec une bouillotte et 40° de fièvre.

En général, quand je sens que je vais tomber malade, je me prépare des infusions de thym et de romarin que je bois tout au long de la journée. Ces deux plantes sont connues pour stimuler l’immunité et protéger contre les virus. Je peux vous dire que c’est très efficace.

Mais si cela ne suffit pas, voici encore 3 remèdes naturels pour éviter que les infections hivernales ne viennent gâcher la fête.

Comment créer des anticorps… dans votre nez

L’astragale de Chine est utilisée en médecine chinoise pour fortifier l’organisme. La plante a attiré l’attention des chercheurs pour ses effets immunostimulants, notamment chez les patients atteints de cancer.

Elle est également intéressante pour les personnes sujettes aux refroidissements car elle a la capacité d’augmenter la résistance au froid et la formation d’anticorps (IgA et IgG) dans la muqueuse nasale.

  • En poudre : 4 à 7 g de racine par jour en 2 ou 3 doses
  • En extrait sec : 250 mg, 2 à 3 fois par jour
  • En décoction : portez à ébullition entre 15 et 30 g de racines séchées dans 1 litre d’eau. Laissez tremper les racines pendant 10 à 15 minutes et buvez entre 500 ml et 1 litre par jour.

L’astragale peut s’utiliser pendant quelques semaines ou quelques mois, dès le début de l’hiver. Elle est déconseillée aux personnes atteintes par des pathologies auto-immunes ou qui prennent des immunosuppresseurs.

Les abeilles ont créé ce remède étonnant

La propolis est une substance produite par les abeilles à partir de la résine qu’elles trouvent sur les bourgeons ou l’écorce des arbres.

Des chercheurs chinois ont trouvé dans ce produit 25 flavonoïdes capables de prévenir l’infection par les virus de la grippe. Ces molécules possèdent la particularité de détruire certaines enzymes du virus grippal qui participent à leur prolifération.

Posologie : choisissez de préférence de la propolis bio, fraîche et récoltée en France. Prenez entre 200 et 400 mg par jour, pendant 3 mois, à la fin de l’automne.

La spécialiste des infections (aussi bien en prévention qu’en traitement)

L’échinacée, plante originaire d’Amérique, vous sera d’un grand secours tout au long de l’hiver. De nos jours, elle est surtout utilisée pour ses propriétés anti-infectieuses et stimulantes immunitaires.

Une étude compilant les résultats de trois recherches a démontré qu’une personne qui prenait de l’échinacée avait 55 % de risques en moins d’attraper un rhume[1].

Mais l’échinacée n’est pas seulement utile en prévention, elle est aussi une spécialiste pour s’attaquer aux virus. Une étude[2] a même montré qu’elle était aussi efficace que l’Oséltamivir, médicament antiviral.

Posologie : prenez un extrait sec standardisé ou une teinture-mère matin et soir, 10 jours par mois, pendant 2 ou 3 mois, au tout début de l’hiver.

En cas de grippe, prenez 1 cuillerée à café d’EPS (Extrait phyto standardisé) toutes les 2 heures, les 2 premiers jours de l’infection. Passez ensuite à 3 cuillerées à café par jour jusqu’à disparition des symptômes.

Évitez l’échinacée si vous souffrez de maladie auto-immune.

Et si vous tombez quand même malade ?

Avec ces trois remèdes, vous mettez toutes les chances de votre côté pour rester en pleine forme cet hiver.

Et si, malgré toutes vos précautions, vous tombez quand même malade ?

Ne vous inquiétez pas, il existe aussi des plantes très utiles en cas de rhume, toux, maux de gorge…

Je vous présenterai ces solutions dans une prochaine lettre.

À bientôt !

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Roland Schoop, Peter Klein, Andy Suter, Sebastian L Johnston, « Echinacea in the prevention of induced rhinovirus colds: a meta-analysis », Clinical Therapeutics, 28(2), 2006, pp. 174-183.

[2] Raus K, Pleschka S, Klein P, Schoop R, Fisher P, « Effect of an Echinacea-Based Hot Drink Versus Oseltamivir in Influenza Treatment : A Randomized, Double-Blind, Double-Dummy, Multicenter, Noninferiority Clinical Trial », Current Therapeutic Research Clinical and Experimental, avril 2015, pp. 66- 72.

4 réponses à “3 remèdes pour ne pas passer Noël au fond du lit”

  1. Dempsey Peter dit :

    Mes salutations matinales 😁,
    Voyez vous je suis une de ces personnes d’une santé relativement bonne (je pense qu’en 2019 jai du prendre 3aspirines, nayant pas de saule pleureur dans le jardin. Pour l’hiver, et je ne sais si c’est efficace ou juste ma bonne fortune, je mange une quantité de soupe d’ail assez impressionnante et je ne suis pas malade… si toute fois j’ai les symptômes de la grippe (douleurs musculaires et sensation de testicules en béton) j’avale 2-3gousses d’ail au petit déjeuner et je n’ai pas eu de grippe depuis fort longtemps. Pensez vous que ce «remède chevalin» y est pour quelque chose ou serait-ce «juste» ma chance avec ma bonne santé?
    Respectueusement votre,
    P.Dempsey

  2. MONAGO dit :

    Est-ce que d’avoir des plaquettes basses est considéré comme une maladie auto-immune ? Merci

  3. Robert dit :

    Ou trouver ces produits ,,,,,robert

  4. Demare dit :

    Je vous remercie de nous donner gratuitement toutes ces explications c est super gentil. Ou peut on trouver poudre et extrait sec ? Encore merci et à bientôt .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *