Prise de sang « normale »

qu’est-ce que ça veut dire ?!

(partie 2)

Chère lectrice, cher lecteur,

Combien de fois vous a-t-on dit : « votre prise de sang est normale tout va bien ».

Que faut-il comprendre ?

Comme promis, voici la suite de ma dernière lettre sur la fameuse prise de sang (que vous pouvez lire ou relire ici).

Sur votre feuille de résultats, vous regardez sans doute si vous vous situez entre les valeurs minimales et maximales qui sont données entre parenthèses.

Mais que signifient vraiment ces valeurs ?

Car il faut savoir qu’un grand nombre de celles-ci ne reflètent en réalité pas les seuils pathologiques.

Ainsi, la médecine a énormément progressé depuis les premiers dosages. Nous avons parfois des personnes qui se trouvent dans ces valeurs de référence, mais qui sont tout de même malades sans le savoir.

Il y a aussi des variations des valeurs biologiques en fonction des âges.

Il faudrait donc commencer par se demander si ce dosage qui apparaît « normal » est véritablement normal.

Et ce n’est pas tout.

Si la prise de sang est véritablement normale alors que vous êtes malade et que vous avez des symptômes, ne devrait-on pas considérer que le médecin n’a pas fait les bonnes analyses ?

Car le but des prises de sang, c’est bien de compléter ce qui a été trouvé par l’examen clinique et l’interrogatoire du malade, afin de confirmer l’existence d’une maladie et d’en préciser sa nature.

Par exemple, dans le cas d’une pathologie du foie : si vous faites un dosage des paramètres de la fonction rénale plutôt que celui de la fonction hépatique, le fait qu’il soit normal ne voudra rien dire.

Pourquoi vous devez garder toutes vos prises de sang

Beaucoup de patients pensent que la prise de sang perd son intérêt aussitôt après qu’elle a été faite.

Mais c’est faux.

Prenons un exemple.

Vous venez me voir car vous souffrez de douleurs abdominales intenses, avec de la constipation ou de la diarrhée, et des glaires dans les selles.

Je suspecte alors une atteinte de l’iléon, c’est-à-dire de la partie de l’intestin grêle où se situe la maladie de Crohn. Je dose donc la vitamine B12, car une baisse du taux de cette vitamine reflétera une anomalie d’absorption à ce niveau.

Imaginons maintenant que le dosage revienne totalement normal, pas seulement par rapport aux chiffres entre parenthèses, mais aussi aux valeurs reconnues dans les études scientifiques !

On se dira alors que tout va bien à ce niveau et qu’il n’y a pas d’anomalie d’absorption de la vitamine B12…

Grossière erreur !

Car sur une prise de sang d’il y a trois mois, quand vous n’aviez pas encore de douleurs digestives, le taux de vitamine B12 était peut-être deux fois plus élevé (tout en restant dans les valeurs normales).

Ainsi, votre taux aura chuté de 50 % en 3 mois.

C’est donc l’évolution de vos dosages dans le temps plus que le dosage en tant que tel qui est ici révélateur d’une maladie de Crohn.

Il est donc très utile d’avoir des éléments de comparaison pour détecter l’existence d’un problème.

Avez-vous un ver dans l’intestin sans le savoir ?

Si vous consultez pour de l’urticaire, il est vraisemblable que la cause soit la présence de vers dans l’intestin, qu’on appelle des helminthes.

Tous les médecins savent que les vers dans l’intestin laissent leur empreinte sous la forme d’une augmentation de certains globules blancs : les polynucléaires éosinophiles.

Imaginez que vous faites cette prise de sang et que le résultat revienne normal. Le médecin risque alors de conclure que tout va bien.

Le problème, c’est que les polynucléaires éosinophiles se trouvent dans les organes où se situe le parasite et ne sont donc pas forcément présents dans le sang.

Par ailleurs, c’est surtout au moment où le parasite entre dans l’organisme que le taux de polynucléaires éosinophiles augmente. C’est ce qu’on appelle la courbe de Lavier : un nombre élevé de ces globules blancs au moment de l’entrée du parasite puis un nombre normal par la suite.

Si vous êtes infecté depuis longtemps, vous ne verrez donc pas cette augmentation, à moins de consulter les résultats de vos prises de sang d’il y a cinq ans, huit ans, voire quinze ans.

En cas d’urticaire, l’analyse des polynucléaires ne permettra donc pas d’éliminer la présence d’un parasite, à moins de pouvoir consulter les résultats des dix ou quinze années précédentes.

Elle perd son mari et son travail à cause d’un parasite

Voici l’histoire terrible, tirée de mon livre Avez-vous un bon médecin ?, d’une pauvre femme qui souffre d’urticaire depuis 15 ans.

C’est un enfer pour elle et pour ses proches qui ne peuvent plus la supporter. Son mari demande le divorce et son employeur la met à la porte.

Elle consulte tous les médecins pour trouver la cause et le traitement de son urticaire…

Et c’est seulement parce qu’elle fait l’effort de mettre la main sur la prise de sang d’il y a 15 ans que je m’aperçois qu’à cette époque, elle avait eu un taux de polynucléaires éosinophiles très élevés.

Elle se trouvait alors en Thaïlande et elle a attrapé là-bas un parasite, une opistorchiase.

Vous lirez toutes les explications sur cette histoire dans mon livre.

De l’intérêt de faire une analyse des selles

Pourquoi demander une analyse des selles ?

On a longtemps pensé qu’on retrouverait des parasites dans les selles des personnes qui en ont.

Or quels autres êtres vivants que les bactéries vivent dans les matières fécales ?

La réponse est simple : aucun.

Les vers ont besoin de tissus vivants pour survivre. Ils ne sont pas dans les selles, mais sont collés sous les plis de la paroi intestinale, ce qui fait que la quasi-totalité des analyses de selles sont négatives.

En médecine il faut savoir se dire qu’un examen négatif n’élimine pas la maladie.

En fait, tout dépend de la qualité de l’examen.

Pêcher des poissons dans le lac avec une cuillère à soupe

Si vous allez à la pêche avec une cuillère à soupe et que vous ne ramenez pas de poisson, direz-vous qu’il n’y a pas de poisson dans le lac ?

Ainsi, le fait que la plupart des parasitologies des selles soient négatives conduit à une erreur d’interprétation des résultats.

C’est pourquoi très peu de médecins font ce dosage. Pour eux, cette analyse est toujours négative.

À l’inverse, le médecin qui fait la triste expérience de rechercher en vain des parasites dans les selles d’un patient souffrant de démangeaisons à l’anus risque de conclure faussement à des hémorroïdes.

Il ignorera toute sa vie que ce symptôme est pourtant bien en relation avec des parasites (des helminthes), et qu’il faut traiter le malade sans attendre un résultat positif.

Maladies intestinales : ce que la coloscopie ne révèle pas

Je suis toujours étonné que certains médecins se contentent de déclarer que les souffrances de tel ou tel malade résultent d’un processus de stress, ou que « c’est dans leur tête ».

Il en est ainsi de la plupart des douleurs abdominales qu’on continue encore à appeler colopathie fonctionnelle, ou côlon irritable, alors qu’il s’agit dans la plus grande majorité des cas soit d’une entéropathie inflammatoire (de type maladie de Crohn), soit d’une forme particulière d’intolérance au gluten appelée NCGI (non cœliac gluten intolérance).

Alors que le patient a la quasi-totalité des symptômes d’une maladie de Crohn :

  • Des aphtes…
  • Des douleurs dans le ventre comme des coups de poing, comme des déchirements…
  • Des diarrhées avec des glaires…
  • De l’anxiété et un comportement dépressif…
  • a mal aux articulations…

…certains médecins refuseront pourtant de retenir ce diagnostic même en présence de résultats biologiques (comme les anticorps anti-saccharomyces ou un dosage de la calprotectine, une protéine inflammatoire dans l’intestin), sous prétexte que la coloscopie et d’autres examens morphologiques auront répondu : « colon normal ».

Il est étonnant que ceux-ci ne s’interrogent pas sur les anomalies biologiques observées qui sont à l’évidence en relation avec les symptômes.

Or on sait que dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la coloscopie est normale dans 50 % des cas !

Pourquoi ?

Car la coloscopie n’explore que la partie terminale du tube digestif et qu’il reste encore au moins 3 mètres d’intestin qui ne sont pas visualisés.

Et même si on faisait une exploration plus complète de l’intestin avec une vidéo capsule ou une entéro IRM, ne peut-on pas concevoir qu’il puisse y avoir une sorte de rhumatismes de la paroi intestinale responsable des symptômes ?

Ce n’est pas parce qu’on ne voit rien qu’il n’y a rien

Prenons cette personne qui a mal au ventre, qui a fait plusieurs cystites et soi-disant mycoses et qui de surcroît a fait des entorses…

Pourquoi faut-il autant de temps pour établir le diagnostic d’intolérance au gluten non cœliaque ?

Tout simplement parce que tous les médecins connaissent la maladie cœliaque, mais peu d’entre eux ont lu les articles médicaux depuis 2015.

Or ceux-ci ont identifié une nouvelle forme de maladie due au gluten : l’intolérance non cœliaque.

Dès lors qu’on peut poser le diagnostic, il suffit d’en faire la démonstration en supprimant le gluten. On sait de plus que cette intolérance survient le plus souvent chez les personnes qui ont une laxité articulaire, notamment les femmes qui font régulièrement ce qu’elles croient être des cystites.

Mais en faisant des analyses d’urine, on s’apercevrait qu’il y a en effet beaucoup de microbes, mais pas ou très peu de globules blancs.

Ce n’est donc pas une infection, mais une fausse cystite.

Il en est de même de la soi-disant mycose, c’est-à-dire des démangeaisons vulvaires.

Celles-ci ne sont souvent pas dues à des champignons vaginaux mais bien à des helminthes intestinaux qui se sont installées parce que la muqueuse est chaude, suintante, et cela à cause du gluten.

Voilà comment il faut raisonner en présence de symptômes : il faut utiliser les analyses biologiques comme des outils, mais non pas comme des marqueurs absolus.

Le classeur du bon patient

Je ne peux qu’encourager les patients à suivre de près l’évolution des mesures qui sont faites au cours du temps.

Si vous avez des parasites, il est vraisemblable que le taux des anticorps immunoglobulines E, mode de réponse immunologique à la présence des vers, sera élevé.

Et si vous voulez savoir si vous avez été efficacement traité, il suffira de contrôler le taux de ces anticorps qui restera encore pathologique, mais dont la valeur aura diminué de façon importante.

Mais pour cela, je vous le dis encore (quitte à me répéter) : gardez précieusement les résultats de toutes vos analyses.

Imprimez-les pour les avoir non pas sur Internet, mais dans un classeur.

Faites une analyse comparative dans le temps des différents dosages, et apportez à chaque consultation la totalité des examens complémentaires.

C’est ce que vous pouvez faire de mieux pour aider votre médecin à vous prendre en charge efficacement.

Bien à vous,

Pr Philippe Humbert





7 réponses à “Prise de sang « normale »”

  1. doris tranvanloc dit :

    merci beaucoup de toutes ces explications et c’est vrai, il semble
    logique d’avoir un historique pour toute variation
    Je continuerais vous lire avec grand intérêt et vos explications concernant les recherches basiques comme la sédimentation etc sont bien venues

  2. Thérèse Veillette dit :

    J’aimerais bien que vous soyez mon médecin.
    J’ai depuis des années des problèmes de digestion et en plus depuis 2 ans de l’ urticaire et beaucoup beaucoup d’intolérance alimentaires.
    Je prie pour un jour rencontrer un médecin qui sache me soigner.
    Si vous prenez des patients par Face time je suis intéressée.
    Thérèse du Québec
    Merci de toutes vos découvertes.
    Ça fait du bien de lire que ce n est pas pas dans notre tête mais si je sais depuis 20 ans que c est dans mon corps. Mais que je ne sais pas comment le soigner.

  3. MALIQUE sylvie dit :

    Bonjour, mon mari a depuis bientôt 3 mois des brûlures dans tout le corps, il y a un peu plus d’un mois il s’est fait enlevé le rein gauche , cancer, tout s’est bien passé, pas besoin de chimio ni radiothérapie. On pensait qu’après l’ablation du rein cela irait mieux, mais non , c’est même passé à une douleur intolérable. Coloscopie et endoscopie nickel. Mais il a toujours mal surtout après mangé, lorsque la digestion se fait. Nous envisageons de faire une vidéo capsule, mais c’est compliqué pour le faire. Pouvez vous m’aider. Merci cordialement sylvie

  4. Bellino dit :

    Je souhaiterai prendre un RDV avec vous
    J’ai toutes mes prises de sang depuis des années
    Je souffre de douleurs articulaires depuis plus de 10 ans
    Mes prises de sang montrent des disfonctionnements dans mes globulas blancs et rouges mais tout va bien selon les medecins

  5. Gisèle dit :

    Bonjour, sujet qui me passionné car je suis une patiente dans cas. Hormis l’urologue, la gastroenterologie est une de mes pathologies. Et je suis entièrement d’accord av ce que vous dîtes.

  6. AMAVI dit :

    De tres bonnes alternatives à suivre grâce à votre compétence un GRAND MERCI. si tous pouvaient resonner comme vous on vivrait plus longtemps.

  7. Jérôme Gouron-Boutet dit :

    Bonjour Docteur,

    Je m’appelle Jerome j’ai 38 ans, je suis séropositif indétectable depuis quelques années et pas d’autres problèmes de santé et pas de allergies particulières à ma connaissance.
    En revanche j’ai 2 soucis réguliers Depuis plusieurs années à savoir :

    – Des douleurs digestives extrêmement violentes après certains repas, qui durent de très longues heures sauf si je vomis auquel cas la douleur s’arrête quasi immédiatement.

    – Le second soucis, dermatologique cette fois, depuis 2/3 ans, ce sont des boutons qui restent pendant des semaines, voir des mois, principalement situés au niveau du visage à causes de comédons inflammatoires, très douloureux, qui tant que je ne les retirent pas, restent sous la peau. La douleur cesse à l’endroit même où je retire ces comédons parfois nombreux sur une zone de 1 cm2. J’ai vu le dermatologue tu m’as donné des crèmes cela n’a rien fait ensuite il m’a donné un autre produit appliquer sur la zone idem cela n’a rien fait du tout et depuis aucune solution.

    Bonjour Docteur,

    Je m’appelle Jerome, j’ai 38 ans, je suis séropositif indétectable depuis quelques années, a priori pas d’autres problèmes de santé et pas d’allergies particulières (à ma connaissance).

    En revanche j’ai 2 soucis réguliers depuis plusieurs années à savoir :

    – Depuis presque 10 ans, douleurs digestives extrêmement violentes après certains repas, qui durent de très longues heures sauf si je vomis auquel cas la douleur s’arrête quasi immédiatement. Des examens ont été réalisés et à part la vésicule biliaire qui serait enflammé rien d’autre n’a été détecté…

    – Le second soucis, dermatologique cette fois, depuis 2/3 ans, ce sont des boutons qui restent pendant des semaines, voir des mois, principalement situés au niveau du visage à causes de comédons inflammatoires, très douloureux, qui tant que je ne les retirent pas, restent sous la peau. La douleur cesse à l’endroit même où je retire ces comédons parfois nombreux sur une zone de 1 cm2. J’ai vu le dermatologue tu m’as donné des crèmes cela n’a rien fait ensuite il m’a donné un autre produit appliquer sur la zone idem cela n’a rien fait du tout et depuis aucune solution.

    Par ailleurs je fais également des examens sanguins tous les quatre ou six mois et idem rien de particulier on a été détecté ou suspecté…

    Je rêverais de pouvoir obtenir un rendez-vous avec vous malheureusement je crois qu’il faut attendre plus d’un an…ce qui me décourage.

    Si vous aviez une solution à proposer rapidement je serais preneur avec plaisir.

    dans l’attente de votre retour, je suis joignable aux 06 15 08 46 73 ou par mail gouronjerome@gmail.com

    Dans l’attente de votre retour, je suis joignable aux 06 15 08 46 73 ou par mail gouronjerome@gmail.com

    Je vous souhaite une bonne fin de journée.

    Merci infiniment,

    Jérôme Gouron-Boutet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *