Sa majesté la « reine » des terrains vagues

Chère lectrice, cher lecteur,

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une plante magnifique… et pourtant injustement mal aimée.

Cette plante a été longtemps pourchassée et bannie de tous les espaces verts… Mais récemment, elle a réussi parfaitement la « modernisation de son image », comme on dit aujourd’hui.

À croire qu’elle s’est adjoint les services des meilleurs conseillers en communication, car de plus en plus de gens redécouvrent ses propriétés étonnantes.

Cette plante, c’est l’ortie.

Saviez-vous qu’il existe une « confrérie de l’ortie » où chaque membre doit faire un serment d’allégeance au moment de son intronisation : « Ortie ! Toi qui as su piquer ma curiosité et me révéler tes vertus, je te jure fidélité et assistance en tout lieu et en toute heure… » ?

L’ortie est la reine des plantes sauvages.

Une légende raconte qu’à l’origine, elle était tellement célèbre pour ses vertus que tout le monde la cueillait. Menacée de disparaître, elle se fit pousser des piquants pour décourager les hommes… et pour réserver ses bienfaits aux seuls connaisseurs.

Si vous ne deviez cueillir qu’une seule plante, ce serait celle-là.

Articulation, foie, vessie… Un petit « miracle de la nature » à portée de tous

Chacune de ses parties est utile : racine, tige, feuilles, fleurs et graines. L’ortie est un vrai petit « miracle de la nature ». Quant aux piqûres d’ortie, elles seraient utiles en cas d‘arthrite ou de rhumatismes. On pose les feuilles pendant 30 secondes, on serre les dents et on les retire. L’efficacité a été établie en 2000 par des chercheurs britanniques Bon courage quand même !

Personnellement, je préfère l’utiliser en tisane ou en baume. L’ortie contient des minéraux essentiels : soufre, zinc et cuivre, calcium et potassium, mais aussi de la silice… autant de minéraux qui feront du bien à vos articulations et à votre ossature.

Elle est également antioxydante, c’est-à-dire qu’elle freine l’oxydation dans notre corps, responsable du vieillissement de nos cellules.

À savoir en cas d’anémie : l’ortie contiendrait 3 fois plus de fer que les épinards et 7 fois plus de vitamines C que l’orange (cette vitamine intervient dans la fixation du fer) !

Elle est aussi connue pour ses effets drainants et dépuratifs, notamment pour le foie et la vessie.

C’est donc LA plante à prendre au printemps.

Je conseille aussi son utilisation pour tous les problèmes liés aux voies urinaires. Si vous souffrez de cystites à répétition, je vous recommande par exemple une cure de tisanes d’orties.

Bon à savoir si vous souffrez de cellulite aqueuse ou de problèmes de circulation : l’ortie agirait aussi sur la rétention d’eau.

Bref, quand on lit ça, on se dit que l’ortie est tellement bonne pour la santé que nous devrions en manger au moins une fois par semaine.

Et puis il y a quelque chose de magique avec l’ortie : en cas de piqûre, lorsque vous ramassez vos orties, vous pouvez vous frotter avec des feuilles d’oseille, de mauve ou de plantain. D’ailleurs il n’est pas rare qu’on trouve ces plantes à proximité même de l’ortie. N’est-ce pas la preuve que la nature est bien faite ?

Reconnaître et cueillir l’ortie (pas besoin de vous faire un dessin, quoique…)

Je pense que vous n’aurez aucun mal à la reconnaître (si vous avez un doute, il vous suffira de serrer quelques feuilles entre vos mains pour en être sûr).

Mais voici tout de même quelques précisions avant de partir en cueillette :

  • L’ortie a tendance à absorber ce qui se trouve dans le sol, aussi bien les bons nutriments que les substances néfastes comme les métaux lourds. Soyez bien attentif à l’endroit où vous la cueillez. Évitez les zones polluées (anciennes décharges, usines désaffectées ou à proximité avec une route)
  • Ne cueillez que les jeunes pousses encore vert clair (les quatre premières feuilles au sommet de la tige). Celles-ci sont plus tendres et plus intéressantes pour la santé.
  • Vous pouvez cueillir les orties à main nues sans vous piquer (si si je vous assure) Les piquants de l’ortie sont orientés vers l’extérieur. Si vous « caressez l’ortie dans le sens du poil », elle ne vous piquera pas. Mais si vous avez peur, il vous suffira de mettre des gants.
  • Avant de partir en cueillette, pensez à prendre un panier ou un sac en tissu (jamais de plastique) ainsi qu’un couteau ou une paire de ciseaux. Prévoyez aussi des manches longues et des pantalons, c’est plus sûr.
  • Et encore une astuce pour avoir de jeunes pousses toute l’année : les jeunes pousses apparaissent au printemps, mais si vous les coupez à mesure qu’elles poussent, vous en aurez toute l’année. Malin !

Baume à l’ortie pour vos articulations

Pour conserver vos orties, le plus simple consiste à les faire sécher au sec pendant 3 à 4 jours (sans les exposer au soleil), puis de les mettre dans un bocal hermétique à l’abri de la lumière.

Vous aurez ainsi des réserves pour faire vos tisanes tout au long de l’année.

Pour une cure d’ortie, faites infuser une poignée de feuilles séchées (20-30 g) dans un litre d’eau et buvez trois tasses par jour (avant chaque repas) pendant trois semaines.

Par précaution, mieux vaut éviter cette tisane en cas de tension basse car son effet diurétique peut provoquer un effet hypotenseur. Elle doit également être évitée en cas de prise d’anticoagulants, en cas d’insuffisance rénale et d’excès de fer.

Pour masser vos articulations douloureuses, je vous propose de réaliser un baume. Voici une recette simple qu’une naturopathe m’a transmise :

  1. Faites fondre de l’huile de coco à feux très doux dans une casserole.
  2. Ajoutez une bonne poignée d’orties fraîches hachée, et laissez infuser au moins 30 minutes, en remuant régulièrement (toujours à feu très doux).
  3. Filtrez (avec un filtre en papier ou un tissu fin), versez dans un bocal et laissez refroidir.

Mon muffin à l’ortie

Si vous avez des feuilles fraîches, profitez-en pour les intégrer à vos plats.

Pas besoin d’être cuisinier professionnel pour utiliser l’ortie. L’ortie est simple à préparer et peut être intégrée à de nombreux plats. Pour éviter de vous piquer la langue, il vous suffit de la cuire entière ou hachée, soit dans de l’eau bouillante, soit en la faisant revenir dans un peu d’huile d’olive.

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à la déguster, en potée, en quiche, en gratin ou en soupe avec des pommes de terre. Les feuilles d’ortie se cuisinent à toutes les sauces. Comme elles ont un goût très proche de celui des épinards, c’est ainsi qu’elles sont le plus souvent consommées.

Pour l’apéro à Pâques, j’ai testé des muffins à l’ortie et au parmesan. C’était délicieux !

La recette est très simple :

  • Hachez deux grosses poignées d’orties fraîches et faites-les revenir quelques minutes dans un peu d’huile d’olive
  • Mélangez-les avec deux œufs, 100 g de parmesan, 150 g de crème végétale (soja, avoine ou riz), 40 g de farine au choix (j’ai choisi un mélange de riz et de petit épeautre) et une pincée de sel
  • Versez dans un moule à muffin en silicone et enfournez à 180 degrés pendant 15 minutes (en surveillant de temps en temps)

Et voilà, fin de la promenade !

Si vous voulez en savoir plus sur la cueillette sauvage, rechercher d’autres plantes dans la nature et apprendre à les utiliser, j’organise mardi soir à 20h30 un entretien vidéo avec Marlène Galletti, une herboriste spécialisée dans la cueillette.

Cet entretien sera gratuitement accessible pour l’ensemble de mes lecteurs.

Si cela vous intéresse, vous pouvez réserver votre place en cliquant ici (l’inscription est obligatoire).

J’espère vous retrouver mardi pour cette soirée qui s’annonce passionnante.

Amicalement,

Florent Cavaler





Sources :

[1] Alternative Medicine Review 2007. American Herbal Pharmacopoeia. 2010. « American Herbal Pharmacopoeia and Therapeutic Compendium » (Consulté le 05 janvier 2015)

[2] Gülçin I., O. Irfan Küfrevioglu, Münir Oktay, et Mehmet Emin Büyükokuroglu. 2004. ~ 214 ~ « Antioxidant, Antimicrobial, Antiulcer and Analgesic Activities of Nettle (Urtica Dioica L.) ». Journal of Ethnopharmacology 90 (2-3): 205̻15.

Toldy A., K. Stadler, M. Sasvári, J. Jakus, Kyung J. Jung, Hae Y. Chung, István Berkes, Csaba Nyakas, et Zsolt Radák. 2005. « The Effect of Exercise and Nettle Supplementation on Oxidative Stress Markers in the Rat Brain ». Brain Research Bulletin 65 (6): 487̻93.

Cetinus E., Kilinc M., Inanc F., Kurutas E.B., et Buzkan N.. 2005. « The Role of Urtica Dioica (urticaceae) in the Prevention of Oxidative Stress Caused by Tourniquet Application in Rats ». The Tohoku Journal of Experimental Medicine 205 (3): 215̻21.

[3] Moutsie. 2002. L’ortie: une amie qui vous veut du bien. Utovie éd.

Tissier, Y. 2011. Les vertus de l’Ortie. Tredaniel. Le Courrier du Livre. France

Delvaille, A. 2013. Toutes les vertus d’un produit miracle: l’ortie. Artemis. Losange.

[4 et 5] – Kirchhoff HW. Brennesselsaft als Diuretikum. Z Phytother 1983, 4: 621-6

Wichtl M., et R. Anton. 2003. Plantes thérapeutiques: Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. TEC & DOC Lavoisier.

[6] Michal Castelman. Conseiller médical : Dr Sheldon S. H, docteur en biochimie. 1991. Les plantes qui guérissent. Ortie (pages 329- 333). Éditions Rodale.

[7] Anne-Charlotte Fraisse, Ortie : un trésor caché dans le jardin, Révélations Santé & Bien-Être N°48, septembre 2020.

3 réponses à “Sa majesté la « reine » des terrains vagues”

  1. Josette Luce dit :

    Bonjour
    Merci pour ces informations sur les orties
    Personnellement je n’ai jamais mangé d’orties mais pas plus tard que ce matin j’ai fait un repas de coquillettes avec des orties toutes fraîches pour mes poules sans avoir lu votre mail et elles aiment ça. Je vais essayer de faire des tisanes avec les orties de mon jardin.
    Merci beaucoup
    Cordialement

  2. ROSSI DANIELA dit :

    Bonjour , Je souhaitais vous remercier pour vos messages riches de connaissances et astucieux , qui m ‘aident au quotidien . BIEN A VOUS .

  3. Chopin sylvie dit :

    Super cet article et les conseils sur les orties. Merci beaucoup, cela fait vraiment apprécier la nature autrement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *