L’exercice du carré de chocolat : comment méditer quand vous mangez

Chère lectrice, cher lecteur,

Comme je vous le disais dans ma dernière lettre, je vous propose une série de messages pour vous aider à vous recentrer sur vous et ne plus subir la crise sanitaire.

Dans la première lettre de cette série, je vous proposais une méditation en forêt ou en parc pour vous reconnecter à la nature qui nous entoure (vous pouvez la relire ici).

Aujourd’hui, j’aimerais vous proposer un autre exercice, pour remettre de la conscience dans ce que vous faites, et en particulier quand vous mangez.

Sur l’île d’Okinawa, célèbre pour être l’un des endroits au monde avec le plus de centenaires en bonne santé, les anciens ont pour règle de ne jamais s’asseoir à table stressés[1].

Ils considèrent que cela perturberait leur relation aux aliments.

« Ridicule ? ». À voir…

Un repas est un voyage

Un repas, ce n’est pas juste balancer quelque chose (n’importe quoi) au fond de notre bouche.

C’est le temps d’une méditation centrée sur l’appréciation de ce qui existe, sur la beauté de la nature et la puissance de la relation qui lie l’homme à l’environnement.

Regardez vraiment ce qu’il y a dans votre assiette. Imaginez ce qu’il a fallu comme énergie, comme travail, comme talent, comme génie humain pour qu’une délicieuse huile d’olive arrose votre salade ou qu’un vin rouge au goût puissant coule le long de votre gosier.

Humez, mâchez lentement (chaque bouchée doit être mastiquée au moins 20 fois, idéalement 35 fois), gardez la première bouchée un petit moment avant d’avaler, posez votre fourchette régulièrement.

Faites de petites bouchées.

En un mot : pro-fi-tez-en !

Et on peut aller encore plus loin…

Exercice du carré de chocolat

Je vous propose maintenant de faire un exercice : nous allons manger ensemble un carré de chocolat.

Je vous préviens : il ne s’agit pas de se jeter sur la plaquette pour s’enfiler un-à-un les petits carrés jusqu’au dernier. Nous partons pour un voyage, avec la sophrologue Laurence Roux-Fouillet[2]. Vous allez voir que manger un carré de chocolat, si l’on s’en donne la peine, ça peut ressembler à une aventure presque aussi fabuleuse que celles du Baron de Munchausen. C’est parti :

« Installez-vous pour ne pas être dérangé. Posez devant vous votre chocolat et regardez-le. Contemplez-le : taille, forme, couleur… Vos yeux ont déjà repéré ce petit éclat de noisette qui vous renseigne sur son praliné, même si votre cerveau intègre qu’un carré de cette taille, ça ne suffira jamais… »

« Prenez-le ensuite entre le pouce et l’index et appréciez son poids, son contact froid. Examinez-le sur toutes ses faces. Sentez qu’il se liquéfie doucement contre la pulpe de vos doigts, que vous aimeriez bien lécher. »

« Approchez-le de votre nez et respirez. Les effluves de cacao montent vers vos narines et chatouillent votre bulbe olfactif. Votre cerveau décode cette information et vous envoie déjà un sentiment de joie ! Respirez-le ainsi à plusieurs reprises, pour vous imprégner de son odeur. »

« Posez-le à présent sur votre langue, sans rien faire d’autre que de constater son volume entre votre langue et votre palais, sentir son contact un peu froid…Réalisez qu’il commence à fondre. Et là, vos papilles reçoivent les différents goûts : l’amertume du chocolat noir, le sucré du praliné… Interrogez-vous : sur quelle partie de votre langue ces goûts sont-ils le plus présents ? Prenez conscience de la modification de la structure de votre bouchée de chocolat, qui de « dure » devient « molle », voire « liquide »».

« Croquez doucement, en écoutant les bruits fabuleux qui résonnent dans votre bouche, amplifiés par votre boîte crânienne. La rétro-olfaction projette vers votre arrière-bouche de nouvelles effluves, accentuées par la chaleur ; les arômes se développent. Dégustez ainsi votre bouchée jusqu’à la fin, afin qu’il n’en reste plus aucune trace. Enfin, prenez quelques instants pour vous remémorer toutes ces sensations : visuelles, tactiles, olfactives, auditives, gustatives. »

Regardez votre montre : plus de 10 minutes se sont écoulées. Vous n’avez mangé qu’un seul carré, mais qui sait jusqu’où vous êtes allé…

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Jean-Paul Curtay, les Dossiers de Santé et Nutrition, Décembre 2015.

[2] http://www.espaceducalme.fr/laurence-roux-fouillet/

24 réponses à “L’exercice du carré de chocolat : comment méditer quand vous mangez”

  1. evelyne dit :

    J’adore faire cala aussi. Ca s’appelle, Lla DE GUS TA TION.! bref, profitons des beaux et bons moments, c’est ce qu’on a de plus precieux

  2. Peltier dit :

    Merci pour tous ces rappels , cette bienveillance que j oublie trop souvent
    Moi ,pour cette année ma pensée
    « Accepte ce qui est
    Laisse aller ce qui était
    Aie confiance en ce qui sera
    Bouddha « 

  3. Texier Michèle dit :

    Très intuitif votre article sur le carré de chocolat.
    Mais je ne sais que dire à toutes les personnes qui veulent acheter votre curcumine. Personnellement je l’ai commandée quand vous en faisiez la publicité mais, depuis, même en regardant sur votre site, je ne vois rien au sujet des petits pots de curcumine que j’ai commandés. Comment faut-il faire pour que d’autres personnes en commandent?

  4. Bourgois Evelyne dit :

    Génial merci pour cette proposition de voyage olfactif, je dois avouer que je suis hyper gourmande de chocolat et qu’en effet je suis capable d’en manger 3 où 4 à la suite, sans vraiment Les déguster.. je vais dès demain tenter l’expérience….

  5. Réjean Bussière dit :

    Il est vrai que si l’on prends plus de temps pour manger comme les habitants d’Okinawa et qu’on se donne la peine de déguster au lieu d’.engloutir, on mange moins de morceaux de chocolat. Étant donné que je fais du sport régulièrement, je mange pour vivre et non vivre pour manger. Ceci dit, j’apprécie tout de même les petits plats mijotés avec soin..

  6. Jacques Marsan dit :

    Mercoi

  7. Chantal dit :

    Merci beaucoup Florent,

    Cette approche « méditative » de la nourriture est très intéressante.
    Elle élargit la conscience à tout ce qui est en jeu quand un aliment arrive dans notre assiette, et à sa qualité,
    et elle est un plus considérable pour bien digérer.
    Dans le même esprit, il m’arrive de rendre grâce pour toutes les personnes qui on contribué à cette nourriture dans mon assiette,

  8. Pivoine dit :

    C’est ce que je fais avec les chips artisanaux, entre autres. Au lieu de croquer et de mâcher tout de suite, on les laisse dans la bouche pendant quelques secondes, le temps que ça fonde, et on constate que cela a un bien meilleur goût !

  9. marsonet liliane dit :

    J’ai bien lue votre lettre, vous m’avez fait penser, au film(le hérisson) il y a la même scène de dégustation d’un carré de chocolat, avec Balasco, qui est sublime dans ce film.J’adore le chocolat. je suis née en 1941, pendant la guerre pas de chocolat. J’ai le souvenir de mon père en l »an 1946, qui était allé faire les provisions, et qui avait trouvé dans la petite épicerie habituelle, des tablettes de chocolat, il avait acheté tout ce que l’épicière avait bien voulu lui vendre, et d’un geste théâtral il avait ouvert ça musette de l’armée, et avait laisser glisser toutes ces tablettes de chocolat sur la table, que de plaisir un carré de chocolat peut procurer.Merci, je vous laisse, je vais en déguster un. bonne année

  10. anny Dubouillon dit :

    Excellente appeichz

  11. marcus antonius dit :

    Ca marche avec du 100% cacao, diabétique je mange plus que cela ?

  12. Ange dit :

    Merci pour ce voyage degustatif, je partage chaque carré de chocolat en 4 avant de deguster ,ça laisse le temps au cerveau de se satisfaire de cette onde d’émotions que je ressens a chaque fois que le chocolat commence a fondre sur ma langue. On devrait faire des formation pour apprendre à deguster le chocolat 😁😁

  13. Jousset dit :

    Votre message me conforte dans ma façon de manger du chocolat
    Je ne mange que du chocolat à 100%, donc assez amer.
    Le laisser fondre dans la bouche développe bien tous les arômes, le petit carré dure un bon moment, et j’ai l’impression quand il est fini d’avoir un léger goût sucré dans la bouche.
    Grâce à vous je vais faire encore plus attention
    Merci

  14. Florence C dit :

    bonjour je suis d’accord avec vous à 100% . La pleine conscience en mangeant est très important. Cela permet de découvrir le plat, le ressentir, l’humer, oublier le stress aux alentours et qu’au bout de 20mn le cerveau nous envoie le message « stop tu es rassasié arrete de manger ». Ce sont les conseils que je prodigue en tant que conseillère en hygiène de vie. Si chacun prenait conscience de manger bon nombre de maladie pourrait être évité

  15. Jean pierre Dunand dit :

    Le chocolat en mode économie , pourvu que mon cerveau y trouve son compte , moi qui m’arrêtais au 12ème carreau « noir bien entendu » , !! , si ça marche pour le chocolat , ça doit aussi marcher pour la cigarette , mais alors encore des chômeurs chez philip Moris et chez Lindt ou cémoi , décidément ces addictions en tout genre font tourner l’économie , méditez sur tout , n’abusez de rien , oui à condition d’avoir un cerveau rompu à ce genre d’exercice !!
    Alors ce 2ème carreau , il arrive quand ??

  16. Danon dit :

    Merci de nous aider à prendre conscience des 1000 choses de la vie qui sont à notre portée sans que nous prenions conscience de leur importance et de leur beauté (en matière alimentaire j’appelle ça le Prana)
    Une Belle fleur qui s’ouvre , une feuille qui tremble le petit oiseau qui chante à l’heure bleue , un coucher de soleil a deauville, la lecture de Gibran , l amitié a recevoir et a donner, bref tellement de petits bonheurs qui en ce moment nous permettent d’oublier le Covid le temps d’un instant

    Merci pour tout
    Mes voeux a tous
    Nicole Danon
    danonnicole@gmail.com

  17. Sandrine dit :

    Il n’y a qu’un mot à dire pour tous vos messages plein d’espoir, de bienveillance et d’astuces pour nous aider à supporter cette période, si difficile pour beaucoup. Vous êtes un grand homme, vous savez vous entourer de belles personnes et nous en faire profiter. Encore merci, je suis persuadée que les bonnes actions de ce genre seront récompensées un jour…

  18. Giuseppe Lupis dit :

    Grazie e auguri per un nuovo anno felice
    Giuseppe

  19. eric Bertier dit :

    Hi Florent ,

    Un grand merci pour votre inépuisable enthousiasme , votre optimisme en ces temps improbables ……et les belles rencontres que vous nous avez offertes en invitant telle ou telle sommité.
    Je vais essayer votre exercice du Carré de Chocolat….. Quant à s’asseoir non stressé pour prendre son repas , c’est sans doute le bon sens qui le commande car – à défaut – la digestion sera sans doute perturbée et les aliments moins profitables. Bien à vous

  20. Herve Delmaestro dit :

    Bonjour,tres bien explique pour prendre le temps de manger!il faut regulierement » se reequilibrer »certains ,c est le joga,moi c est le velo pour equilibrer la respiration et enlever une forme de  » stress » merci pour vos  » chronique »!

  21. DONNA dit :

    GRANDIOSE!!

  22. Barreau dit :

    Rien que le fait de lire ce mail j’ai l’impressions d’avoir mangée un carré de chocolat je me suis juste imaginer en train de faire toutes les séquences et je me suis senti sustenté

  23. Bassi dit :

    SUPER votre méditation du carré de chocolat. MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *