Le business des eaux en bouteille (et ses conséquences sur notre santé)

Chère lectrice, Cher lecteur,

Hier, je vous ai montré pourquoi nous ne pouvons pas nous fier à l’eau du robinet (vous pouvez relire ma lettre ici). Malgré des réglementations strictes, l’eau contient des dizaines de substances toxiques qui peuvent avoir, sur le long terme, de graves effets sur notre santé.

C’est pour cette raison que de nombreuses personnes préfèrent acheter de l’eau en bouteille au supermarché plutôt qu’utiliser celle de leur robinet.

L’eau en bouteille est-elle une alternative sûre à celle du robinet ? Est-il plus sain d’acheter votre eau au supermarché ? Le prix plus élevé est-il justifié ?

C’est ce que nous allons voir ensemble aujourd’hui.

Un marché à 100 milliards d’euros !

L’eau en bouteille est un marché à plus de 100 milliards d’euros par année. Le chiffre d’affaire du leader Nestlé sur les eaux minérales dépasse les 80 milliards d’euros par an[1] !

Autant dire que le marché de l’eau est un gigantesque business extrêmement lucratif pour l’industrie agro-alimentaire.

Je ne veux pas m’étendre sur les polémiques autour de la privatisation des sources. De nombreux journalistes dénoncent la mainmise des grandes entreprises sur les sources d’eau au détriment des populations locales, sauvent pauvres, privées de cette ressource vitale et obligées de la racheter à prix d’or aux industriels.

Dans cette lettre je m’attarderai principalement sur les liens entre l’eau et la santé.

Mais avant, j’aimerais simplement préciser deux choses importantes sur le marché de l’eau :

  • Le marché de l’eau minérale est une catastrophe écologique : embouteillage, transport, déchets… Des chercheurs ont trouvé qu’un litre d’eau en bouteille consommerait 1 000 fois plus d’énergie qu’un litre d’eau du robinet[2].
  • L’eau en bouteille coûte 100 à 300 fois plus cher que l’eau du robinet : un litre d’eau du robinet à Paris coûte 0,003 euro le litre contre 0,3 euro minimum pour un litre d’eau en bouteille (beaucoup plus selon les marques[3]).

La question qui en résulte est la suivante :

Les bienfaits de l’eau en bouteille sur la santé valent-ils qu’on dépense autant d’argent et d’énergie ?

Pour justifier que nous dépensions autant pour de l’eau en bouteille, il faut que les avantages de celle-ci soient nettement supérieurs à ceux de l’eau du robinet.

Et vous allez voir que ce n’est pas forcément le cas.

Le plus gros problème avec l’eau en bouteille

Vous le savez sans doute, le gros problème avec l’eau en bouteille, c’est la bouteille.

Pas seulement pour des questions écologiques, mais surtout parce que celle-ci relâche des microparticules de plastiques dans l’eau, qui peuvent être problématiques pour la santé.

Il y aurait ainsi deux fois plus de perturbateurs endocriniens et de polyesters nocifs dans les eaux minérales contenues dans des bouteilles en plastique que dans celles en verre[4].

Cela dit, tous les plastiques ne se valent pas.

Il existe 7 types de plastiques, dont les niveaux de toxicité diffèrent. La plupart des bouteilles d’eau minérale sont fabriquées en PET. Cette matière est la plus recyclable et ne contient ni bisphénol A ni phtalates. Mais elle n’est pas sans risque pour autant et pourrait contenir d’autres perturbateurs endocriniens.

Pour bien choisir le type de plastique de votre bouteille, il vous faut décoder le pictogramme au fond de votre bouteille. Il s’agit d’un triangle au centre duquel se trouve un chiffre. Ce dernier correspond aux différents produits chimiques qui ont servi à produire le plastique.

Pour vous aider, je partage avec vous un tableau que nous avions initialement publié dans la revue Révélations Santé & Bien-Être[5].

Voici leur classement du moins au plus dangereux[6] :

*Attention, parmi les plastiques 7 se trouvent aussi des plastiques parmi les moins nocifs, comme le 7 other qui regroupe les bioplastiques composés à 100 % de végétaux et le 7 PLA. À ne pas confondre, donc, avec les « 7 PC ».

Notez cependant que cette « échelle de toxicité » est indicative : aucun type de plastique ne permet de préserver l’eau d’une contamination, même ceux qui figurent au somment de ce classement.

2 conseils pour limiter la casse

D’une manière générale, évitez de laisser vos bouteilles en plastique au soleil ou près d’une source de chaleur, car ceux-ci peuvent accélérer la libération de particules de plastique dans l’eau.

Ne réutilisez pas une bouteille en plastique une fois vide. Selon les tests d’une entreprise de sport anglaise, les bouteilles en plastique réutilisées et les gourdes réutilisables contiendraient 60 % de germes pathogènes (c’est plus que la cuvette des toilettes[7] !).

Ces différents conseils, ainsi que le choix du type de plastique, pourront vous aider à « limiter la casse ». Mais quoi que vous fassiez, toutes les bouteilles en plastique rejettent des résidus potentiellement toxiques dans l’eau que vous buvez.

La meilleure alternative reste les bouteilles en verre, qui en plus d’avoir un impact écologique plus faible, ne libèrent aucune substance dans l’eau.

Le problème, c’est que les eaux dans les bouteilles en verre sont difficiles à trouver en magasin et coûtent souvent très cher.

Par ailleurs, ce n’est pas parce que l’eau est « minérale » ou « de source » qu’elle est dépourvue de pesticides, médicaments et métaux lourds.

L’eau en bouteille est-elle vraiment épargnée par la pollution ?

Contrairement aux idées reçues, les eaux minérales ne seraient pas spécialement épargnées par la pollution.

En 2013, une enquête du magazine 60 millions de consommateurs[8] a retrouvé des résidus de médicaments et de pesticides dans de nombreuses grandes marques d’eaux minérales.

Quatre ans plus tard, une vaste étude[9] de l’université de Bordeaux et du CNRS a découvert, dans 9 échantillons d’eau minérale, des herbicides interdits ainsi que des substances issues de l’industrie.

Ces éléments viennent rappeler que dans la nature, rien n’est totalement étanche et qu’il est quasiment impossible d’être épargné par les contaminants quels qu’ils soient.

Et les minéraux, un bienfait pour la santé ?

L’eau minérale est souvent privilégiée pour sa richesse en minéraux. Les grandes marques l’ont bien compris, et vantent désormais les bienfaits du calcium, potassium, sodium…

Mais malgré ces promesses marketing, l’intérêt des minéraux dans l’eau est contesté. Bien sûr, la plupart de ces minéraux sont utiles à notre santé.

Pour certains experts, il faudrait d’ailleurs boire des eaux riches en minéraux pour combler des carences éventuelles[10]. Les eaux faiblement minéralisées pourraient à l’inverse diluer les minéraux déjà présents dans l’organisme.

Mais pour d’autres, moins l’eau est minéralisée, mieux c’est. Car c’est aux plantes, fruits et légumes d’apporter les minéraux. Il faudrait notamment éviter les eaux trop riches en cuivre, en fer, en fluor, sodium.

Une eau trop minéralisée serait susceptible de provoquer certains excès chez les personnes ayant une alimentation riche en minéraux. Par exemple :

  • Une eau trop riche en sodium pourrait favoriser l’hypertension artérielle[11].
  • De trop fortes concentrations de fluor pourraient fragiliser les os et augmenter le risque de fracture (ostéoporose)[12].
  • Par ailleurs, les eaux trop minéralisées peuvent surcharger les reins des personnes ayant des problèmes rénaux[13].

Dans l’état actuel des recherches, il n’est donc pas possible de déterminer avec certitude si les eaux minérales sont un vrai atout pour la santé.

Notez encore que la principale différence entre une eau de source et une eau minérale est que la première vient des nappes phréatiques. Elle a une origine souterraine plus profonde que les eaux minérales.

Mais la mention « eau de source » est plus un argument marketing qu’autre chose : elle est souvent plus pauvre en minéraux qu’une eau minérale et n’est pas pour autant préservée de la pollution.

Bien qu’elle soit protégée des microbes et de la pollution, l’industrie et les pompages dans les nappes phréatiques de plus en plus fréquents permettent aux substances toxiques de s’infiltrer dans les sols, polluant ainsi les surfaces supérieures de ces réserves[14].

Faut-il alors se tourner vers un système de filtration ?

Les eaux en bouteille ne sont donc pas forcément une vraie alternative à l’eau du robinet. Si elles contiennent souvent moins de métaux lourds et de pesticides que l’eau du robinet, elles sont néanmoins plus riches en résidus plastiques.

Sommes-nous donc contraints de choisir entre la peste et le choléra ?

En fait, il existe une troisième piste, c’est celle des systèmes de filtration.

Mais comme pour les eaux en bouteille, le marché des filtres est un business très lucratif.

On y trouve de tout, des gadgets douteux aux systèmes perfectionnés à plusieurs milliers d’euros. Difficile de s’y retrouver dans cette jungle de produits à la qualité et aux prix très variables.

Mon prochain message vous aidera à y voir plus clair. Vous saurez notamment si ces systèmes sont vraiment fiables et, le cas échéant, vers quels filtres il vaut mieux se tourner en fonction de vos besoins et de votre budget.

Je vous révélerai également le gros secret qui se cache derrière tous les filtres, du plus simple appareil au plus perfectionné.

Vous verrez que c’est assez surprenant. Mais je ne vous en dis pas plus pour le moment. Vous saurez tout dans mon prochain message.

À bientôt !

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Albelle Di Napoli, Nestlé et le business de l’eau en bouteille, Le Monde, 11 septembre 2012.

[2] L’eau potable: 1000 fois plus écologique que l’eau minérale, document officielle de la Société Suisse de l’industrie du Gaz et des Eaux (SSIG).

[3] LA QUESTION « L’EAU-GIQUE » : au fait, pourquoi paie-t-on  ?, Veolia.

[4] Wagner M., Oelhmann J., « Endocrine disruptors in bottled mineral water : total estrogenic burden and migration from plastic bottles », Environmental Science and Pollution Research, 16, 278-286, 2009

[5] Sabrina Debusquat, Intoxication générale : vous êtes en danger, Révélations Santé & Bien-Être N°26, novembre 2018.

[6]Inspiré d’une fiche pratique réalisée par le comité d’experts de l’association WECF France (Women Engage for a Common Future).

[7] www.treadmillreviews.net/water-bottle-germs-revealed-2019/

[8] Qualité de l’eau, à qui faire confiance ?, 60 Millions de consommateurs N°481, avril 2013.

[9] Laurine Le Coadou, Karyn Le Ménach, Pierre Labadie, Marie-Hélène Dévier, Patrick Pardon, Sylvie Augagneur, Hélène Budzinski, Quality Survey of Natural Mineral Water and Spring Water Sold in France: Monitoring, of Hormones, Pharmaceuticals, Pesticides, Perfluoroalkyl Substances, Phthalates, and Alkylphenols at the Ultra-Trace Level, Sci Total Environ . 2017 Dec 15;603-604:651-662.

[10]. Ceci est le cas après un effort physique intense et prolongé, car on perd énormément de sels minéraux via la transpiration.

[11] Guidelines for drinking-water quality, 2nd ed. Vol. 2. Health criteria and other supporting information. World Health Organization, Geneva, 1996 / Sodium, chlorides and conductivity in drinking water. Copenhagen, WHO Regional Office for Europe, 1979 (EURO Reports and Studies No. 2)

[12] Turner CH, Akhter MP, Heaney RP. The effects of fluoridated water on bone strength. J Orthop Res. 1992

[13] Bull. Acad. Natle Méd., 2006, 190, no 8, 2013-2021, séance du 14 novembre 2006

[14] « Les nappes phréatiques, réserves d’eau potable de la planète », Géo, 13 janvier 2017, consulté le 6 juin 2019, disponible sur https://www.geo.fr/environnement/ les-nappes-phreatiques-reserves-d-eau-potable-de-notre-planete-166943 et BLUM Ariane et al., « L’état des eaux souterraines en France : aspects quantitatifs et qualitatifs », 2004, Institut français de l’environnement.

53 réponses à “Le business des eaux en bouteille (et ses conséquences sur notre santé)”

  1. Daguerre dit :

    Bonjour,
    Au lancement du sujet sur l eau, vous avez sollicité de la part des lecteurs de vous soumettre nos questions.
    Sauf erreur, vous n avez pas abordé la possibilité de distiller l eau, des machines sont en vente pour cela à prix abordable.
    J ai pu goûter cette eau qui est très agréable à boire.
    Qu en pensez vous svp ?
    Cordialement,
    Stéphane Daguerre
    stephane.daguerre@wanadoo.fr

  2. Lynda dit :

    Tres intéressant tout ceci , moi qui justement suis en démarche pour acheter un appareil a purifier l’eau.Vos articles me seront d’une précieuse guidance.

  3. malicK DEBHI dit :

    Bonjour , vous ne m’avez toujours pas répondu à mon dernier message , pouvez vous y remédier , merci ?
    Cordialement , Mr DEBHI .

  4. Anibal Domingues dit :

    Sur trois bouteilles de marques différentes que j’ai chez moi, aucune porte de signalétique concernant la nature du plastique utilisé…

  5. Lefèvre michel dit :

    je NE doute pas que tout ce que vous Ecrivez est vrai, mais soyons pragmatique ! tout le monde consomme des eaux « minérales » personnellement je reconnais ma consommation de ses eaux ! de plus j’aime les eaux pétillantes….alors ?

  6. Jean-Marc dit :

    Je croyais que les eaux dites « minérales » hors des normes eaux potables devaient être vendues uniquement en pharmacie .

  7. Jacqueline Sintès dit :

    un grand merci de traiter ce sujet premier et vital
    (quoique l’eau de Nouméa est meilleure que celle de Paris !)

  8. cervo dit :

    mais alors on doit boire par jour 1l1/2 si l eau du robinet est dangereux our notre santé si l’eau en bouteille roucousse watwiller est également contaminée quelle eau faut il boire svp sinon vous nous faites trés peur mais ous ne nous donnez pas de solution alors!!!!

  9. veronique DEVEZ dit :

    Bonjour,
    Je tiens à rectifier une énormité que je ne peux laisser passer dans votre article pourtant très sérieux et très instructif.
    Etant moi-même informée et utilisatrice je confirme qu’un osmoseur ne gaspille pas l’eau, comme vous le soutenez, et que les nouveaux modèles conçus depuis plus d’une décennie ne consomme au maximum que 4l pour un litre d’eau purifiée, si vous avez très peu de pression de départ. La majorité avec pompe booster consomme 2l pour 1l et maintenant vous avez carrément des membranes conçues pour ne plus rejeter. Ce procédé reste, malgré cela, le meilleur moyen de bénéficier d’une eau de très grande qualité.
    J’invite tous les intéressés à se pencher sur les travaux de la bio électronique de lOUIS CLAUDE VINCENT qui parle, entre autre, de l’eau de manière très sérieuse.
    Enfin pour répondre à « Cariou », d’après mes propres tests, je confirme que le « PET » des bouteilles est très polluant pour l’eau, quelque soit, hélas, l’origine de cette eau je vous conseille fortement de préserver votre eau dans des bouteilles en verre.

  10. Laetitia Tordelli dit :

    Bonjour.Merci pour tout vos articles ,ils sont très intéressants.Merci de nous informer de tout ce qui se passe. J ai lu vos trois articles sur l eau.Je pense que l’eau en bouteille est à éliminer. Mais alors que choisir la filtration ou l eau du robinet?je ne sais plus quoi faire dans ce monde si beau mais tellement pollué. Merci pour votre réponse. Belle journée.

  11. françoise dit :

    Merci mille fois, renseignements très précieux. je vais transmettre à mon entourage tout ceci. F B A

  12. MONIQUE DE SEABRA dit :

    Finalement, ni l’eau du robinet ni l’eau en bouteille ne sont fiables . Alors que faut-il boire ?
    Par contre j’aimerais bien savoir où trou er ce produit qui recrée un bon Microsoft.
    Merci quand même à vous pour nous confirmer que dans ce monde actuel il n’y a rien de bon.
    Je continuerai de lire vos articles et je retiens ce qui m’intéresse et reste équilibré.
    Je suis déjà inscrite

  13. Karl Ammack dit :

    Merci Florent pour le super article sur les eaux en bouteille! Scary, horrible ce qu’on boit pour un prix astronomique qui « leur » assure des profits indécents.
    Je ne trouve pas le classement des types de plastique.
    Merci

  14. Neige MARTIN dit :

    Bonjour,
    Je bois de l’Hépar en bouteille plastique. J’ai lu votre article fort intéressant mais comment savoir quelle est la catégorie du plastique puisqu’il n’y rien d’indiqué? PAS de triangle sur la bouteille ???
    Merci de votre réponse.
    Cordialement.
    Neige Martin

  15. Marie dit :

    Merci pour ces informations. Pourriez vous evoquer également le problème du PH de l’eau qui serait aussi loin d’être anodin.

  16. Cariou dit :

    Bonjour,
    Très intéressante newsletter, mais impossible de trouver le triangle sur les bouteilles d’eau de source ou minérale que vous consommons.
    Donc impossible de savoir si le plastique est vraiment nocif ou non.
    Cristaline, Volcania, Rozana…

  17. Bossard dit :

    Bonjour,
    Pouvez vous préciser quelles marques utilisent les bouteilles dont le plastiques est préférable? Merci beaucoup

  18. TEINAORE dit :

    Mille merci pour ces informations et le travail que vous faites . Encore merci pour ces partages .

  19. DALO dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces informations très intéressantes sur l’eau.
    Je voulais votre avis sur le système d’eau Kangen. qui rend l’eau plus basique avec un PH de 8,5 à 9,5.
    Ce système est utilisé dans différents hôpitaux au Japon et est populaire chez les Japonais.

    Merci.
    Cordialement,
    Raphaël Dalo

  20. jacqueline piron dit :

    Comme toujours votre article très très intéressant…. MAIS CETTE FOIS JE NE SAIS PLUS QUELLE. EAU BOIRE ??
    J’HABITE À BRUXELLES ET NOUS CONSOMMONS EZU EN BOUTEILLE SPA REINE… très neutre…
    Mais après votre article je ne sais P’lus

  21. SALOMON NIMPA dit :

    Finalement où se trouvent vos conseils? Votre conclusion, elle est où?

  22. VZE dit :

    Bouteilles en plastique c’est la facilité .Nos dirigeants et les industriels s’en foutent .
    Il n’y a qu’a revenir à la bouteille en verre et consigner les bouteilles ,comme au bon vieux temps ..

  23. liliane barry dit :

    Merci,je suis ravie de cette enquête que vous menez.Elle va me permettre de faire le bon choix,pour filtrer et dynamiser l’eau du robinet.Encore merci!

  24. Marius dit :

    Les filtres à charbon sont valables

  25. Marius dit :

    Les filtres à charbon et les filtres par osmose
    Inverse

  26. Vuille Jean-Claude dit :

    Nous avons un filtre de la marque Filopur depuis des années et nous en somme très content

  27. Francoise MICHEL dit :

    mM

  28. chaleat dit :

    Merci pour cet accompagnement pour nous aider à eviter tous ces poisons, il y a dejà quelque’s temps que je pense à installer un système de filtration au robinet ou je ne sais ou, mais certains sont hors de prix et difficile de faire un choix, donc, merci, merci à vous.

  29. Javier Garcia dit :

    merci pour cet article qui met la lumiere sur les eaux en bouteille. Bien que l’eau de robinet a ses defauts, je ne peux pas croire que l’eau en bouteille vaille 300 plus (dans mon pays 500 fois et jusqu’a 1.000 fois ; vous achetierez une bagette a 300 ou 500 euros ?). A la maison nous avons adopté deux reflets : laisser reposer l’eau du robinet pour evaporer le chlore et utiliser un filtre. Merci encore.

  30. NOEL LAURENCE dit :

    Bonjour,
    merci beaucoup pour vos courriers si enrichissant!
    Que pensez-vous de l’eau Kangen?
    Cette eau est elle vraiment très bénéfique?
    Avec mes remerciements,
    Laurence

  31. Réjean Simard dit :

    Vous ne parlez pas de l’eau distillée. Qu’en pensez-vous?
    C’est l’eau que nous buvons depuis 30 ans. N’est-elle pas plus pure que l’eau du robinet, qui a un arrière-goût?

  32. Drezet dit :

    Merci beaucoup pour vos infos. En effet, je me tord les neurones pour savoir quelle eau consommer!!!
    Sous ma bouteille de volvic, il est indiqué VOLVIC F18
    Sous ma bouteille de Laqueille, rien, absolument rien, ni sur un autre endroit…
    Bien cordialement,
    Marie-Dominique

  33. Jacques Houle dit :

    Bonjour
    J’ai 72 ans et à l’age de 20 ans j’ai fait une première colique néfratique et j’ai été diagnostiqué avec le rein gauche éponge et des milliers de pierres dans ce rein. Mon médecin spécialiste m’avait dit que la quantité de ces pierres ne dimunurait pas beaucoup malgré quelques aliments à éviter. J’ai depuis fait plusieurs coliques néphrétiques (une à deux par année) et passé plusieurs centaines de pierres sans douleur. À la grande surprise de mon médecin, j’ai maintenant seulement une centaine de pierres restantes dans le rein et je fait beaucoup moins de coliques. Selon moi j’ai accumulé ces pierres en buvant de l’eau du robinet provenant d’une ville avec de l’eau tellement minéralisée que même les renvois des lave vaisselle bouchaient après un an d’usage. Je bois depuis plusieurs années seulement de l’eau filtrée avec les filtres Zerowater et je pense que ces filtres sont les meilleurs sur le marché. Voir le lien suivant:
    https://www.yourbestdigs.com/reviews/zerowater-vs-brita/
    Jacques

  34. Lucienne Esnault dit :

    Merci pour cette très intéressante infiltration. J attends la suite avec impatience .JaIl un osmoseur régulièrement entretenu mais il paraît que cette eau devrait être revivifiee avec un Vortex. Qu en pensez vous?

  35. Danila dit :

    Bonjour,
    Je suis personnellement très mitigée.
    Si les eaux en bouteilles plastique posent problème, mon naturopathe déconseille cependant l’eau du robinet (filtrée ou non par nos soins) tout simplement parce qu’aucun système de filtration ne peut enlever les traces d’antibiotiques et de traitements lourds (médicaments anticancéreux par exemple).
    Le choix reste très compliqué !

  36. MICHÈLE ALLAG dit :

    Bonjour, Suis désolée mais je n’ai pas trouvé le fameux pictogramme sur les bouteilles d’eau (en l’occurrence, Contrex et Hépar)
    Merci de me renseigner où le trouver !!

  37. Vincent dit :

    Au niveau des filtres, je suis très satisfait du Berkey
    Onéreux et mal connu en France

  38. Dufraisse dit :

    Pouvez-vous me donner les noms des bouteilles d’eau à privilégier pour ma santé , svp ?!

  39. GLAIN dit :

    bonjour
    J adhère complètement à tout ce que vous avez commenté sur le sujet de l’eau:bouteilles en plastique, systèmes de filtres….alors, on fait comment? j’habite tout près de la Beauce (nombreux pesticides dans l’eau du robinet) et près de centrales nucléaires.L été dernier en juillet dans ma région des produits radioactifs se sont retrouvés dans l’eau du robinet et on l’a su après et bien sûr c’était dans le cadre de normes .acceptées. J’ai acheté en 2015 un distillateur d’eau sur conseil d’une hygiéniste, c’est très énergivore niveau électricité et j’ai entendu beaucoup de commentaires négatifs concernant l’eau obtenue…(sans vie, ni minéraux etc..), j’ai donc abandonnée le procédé.J’aimerais bien que vous essayez d’aborder le sujet du distillateur…et quelle eau boire…Merci beaucoup. Coridalement

  40. Martine Chaland dit :

    Bonjour
    Le fait de bouillir l,eau du robinet elimine le fluor et autres toxiques?

  41. Labat. dit :

    Y a t il une possibilité de lutter contre cette eau polluée.?….au moins dans trace de médicaments ,etc , sans vouloir qu ‘elle soit minérale..
    Où l ‘eau est elle la plus saine en France?( autre pays,?) Qu’ ajouter dans
    l eau qu’ on boit pour ne pas être empoisonnés? quel groupe faut il rejoindre pour lutter pour cette cause qui m ‘est chère?

  42. Faraut dit :

    Bonjour. Votre article sur les eaux en bouteille m’a intéressé mais sur celle que je consomme (Hépar) j’ai trouvé le symbole dans le bouchon. Le site suivant m’a beaucoup mieux renseigné, peut-être devriez-vous revenir sur le sujet. Codialement
    https://www.santescience.fr/flacon/

  43. DI BENEDETTO dit :

    Merci pour ces infos sur l’eau, il faut tout d’abord regarder,le taux de résidu sec à 180 degrés qui donne une information sur des éléments contenus dans l’eau. Moins le taux est élevé plus l’eau est de meilleur qualité, exemple : l’eau minérale MONT ROUCOUS dont le gtaux de résidu sec à 180° est 22 mg/litre, ce qui en fait une eau tout à fait acceptable.
    Par ailleurs il est certain que l’on peut obtenir une eau de meilleur qualité encore en filtrant l’eau du robinet avec un système d’osmose inverse, qui permet d’éliminer un maximum de substances indésirables.

  44. Gilles de La Buharaye dit :

    histoire d’eau, très intéressant !

  45. MARC dit :

    Bonjour,
    Votre article est intéressant, et je vous en remercie. Et selon le regard que l’on porte, du verre à moitié vide ou plein, la question ultime est:
    Quelle est la meilleure ou la moins mauvaise solution?
    Car il nous faut indispensablement boire de l’eau.

    Il reste toutefois une autre question que je souhaiterais voir abordée, est celle du pH de cette Eau qu’il nous faudrait boire. Il règne dans ce domaine un évidente cacophonie. Il doit bien exister des bio-chimistes, biologistes, (nécessairement indépendants) pour répondre à cette question. Je pense au Pr Marc Henry, Jacques Collin, par exemple. Mais il serait toutefois indispensable d’avoir d’autres avis scientifiquement éclairés sur le sujet…
    Bien à vous.
    Cordialement.
    Marc

  46. Brigitte Ndaye Bwambayi dit :

    Bonjour M. Calvet,
    C’est la toute première fois que je vous laisse un petit message.
    Cela fait un moment que je vous lis et je trouve vos lettres très intéressantes les unes que les autres.
    L’information est complète et succincte surtout. On apprend et on retient facilement. Les ouvrages proposés ou conseils sont tous aussi intéressants.

    Merci pour tout et merci pour PureSanté.

  47. DAMIEN MEUNIER dit :

    Bonne « analyse » sur l’eau en bouteille .
    J’attend votre prochain article sur la filtration étant moi-même dans ce secteur avec notre partenaire https://www.amilo.earth/

  48. Martine dit :

    Merci pour ces informations toujours intéressantes, mais le budget compte aussi beaucoup dans les choix que nous faisons, donc si je comprend bien, nous n’avons pas finis de nous empoisonner. Lol
    Passez une belle journée et je continuerai de lire la suite.
    Martine

  49. Lefrancq Pierre dit :

    Bonjour à vous,

    Depuis plusieurs années, j’utilise un filtre à eau de marque Doulton dont je remplace la cartouche chaque année que je paye 54,50 redu TTC
    Meilleurs sentiments
    P.ierre L.

  50. Baradat Jean Philippe dit :

    Bonjour
    Je filtre mon eau depuis plus de 20 ans et mon dernier filtre est par osmose !!!
    4 filtres don’t trois sous éviers et ensuite je mets l’eau dans des carafes BRITTA…
    MAIS LE PLUS RÉVÉLATEUR DE CETTE POLLUTION EST LE PROCÉDÉ SUIVANT. VOUS METTEZ DANS UN GRAND RÉCIPIENT BLANC EN PORCELAINE DE L’EAU NON FILTRÉE QUE VOUS POSEZ SUR VOTRE RADIATEUR AU BOUT DE 8/12 JOURS PLUS D’EAU MAIS UNE SUBSTANCE JAUNÂTRE TAPISSÉ LE PLAT PROUVANT TOUT CE QUE VOUS DÎTES… J’AI DES PHOTOS

  51. Pinel dit :

    J’ai eu beau chercher je n’aI trouvé aucun symbole sur le fond de la bouteille permettant de savoir quel était le composant utilisé ,?

  52. Dou dit :

    Merci encore pour cette série de lettre autour de l’eau. Pas très rassurant mais enfin des informations claires.

Répondre à chaleat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *