Pourquoi faut-il se purifier au printemps ?

Chère lectrice, cher lecteur,

La détox est à la mode depuis quelques années.

Mais ce qu’on sait moins, c’est qu’il s’agit d’une technique vieille de plusieurs milliers d’années.

Toutes les grandes traditions ont compris l’importance de se « nettoyer » après l’hiver.

Ainsi on retrouve des rituels de purification dans toutes les religions, dont le plus connu est la pratique du jeûne que l’on retrouve dans le Christianisme (Carême), l’Islam (Ramadan) ou encore le Judaïsme (yom kippour).

Ces rituels étaient pratiqués pour des raisons spirituelles. Mais on sait aujourd’hui qu’ils agissent aussi à un niveau physiologique.

En principe, votre corps n’a pas besoin de vous pour se purifier. Mais lorsque les organes chargés de cette mission, le foie et les reins notamment, sont encrassés, c’est à nous de nous activer pour relancer la machine. Le but est qu’ils retrouvent leur pleine capacité à filtrer les déchets produits et assimilés par notre corps, créant ainsi un cercle vertueux.

C’est particulièrement important au début du printemps. Car en hiver, notre corps a d’importants besoins énergétiques pour supporter le froid et les affections hivernales. Nous nous tournons donc naturellement vers des aliments plus caloriques, gras ou sucré. Ce sont de bonnes sources d’énergie, mais qui ont tendance à « encrasser » notre organisme.

Autrement dit, quand on brûle du bois dans sa cheminée pendant tout l’hiver, au printemps, on a bien besoin de décrasser la suie des conduits.

Avec la détox, c’est comme si vous passiez un grand coup de nettoyage dans votre corps.

C’est donc une bonne nouvelle qu’elle revienne sur le devant de la scène ces derniers temps.

En revanche, je regrette que celle-ci soit souvent présentée comme une pratique bien-être « tendance », alors qu’il s’agit d’une démarche scientifique qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Mais si elle est bien menée, elle permet d’agir concrètement sur votre santé, de refaire le plein d’énergie à la sortie de l’hiver et de réduire les risques de maladies parfois graves.

Les Monsieur et Madame Détox de votre organisme

Une bonne détoxification doit agir sur l’ensemble de votre système de filtration et d’élimination des déchets.

C’est-à-dire sur :

  • Votre foie, responsable notamment de sécréter la bile et de métaboliser l’alcool, les drogues et les médicaments puis les éliminer. Il est capable de se nettoyer tout seul, mais il est facilement surchargé[1].
  • Vos reins qui filtrent les déchets du sang, éliminent ceux qu’ils jugent toxiques pour l’environnement et recyclent d’autres qui pourraient encore servir. Une déshydratation, des infections ou certains médicaments peuvent endommager les reins et causer de graves maladies (calculs rénaux, infections urinaires ou encore énurésie)[2].
  • La lymphe est une sorte de deuxième « voie de circulation » qui communique en permanence avec le sang. Si les déchets qui transitent par la lymphe ne sont pas bien traités, ils peuvent eux aussi entrer dans nos tissus et perturber notre ADN[3].

La détox, ce n’est pas comme déboucher ses toilettes

Dans les magazines bien-être, la détox est souvent présentée comme un simple nettoyage de l’organisme : on prend des plantes qui éliminent les déchets de notre corps et on en ressort « tout neufs ».

Vous vous en doutez, cette vision est un peu simpliste.

D’abord, vous devez savoir que le processus de détoxification du foie se fait en trois phases.

La phase 1 consiste à transformer les toxines et toxiques présents dans cet organe.

Paradoxalement, cette phase entraîne la production de radicaux libres. C’est comme si vous encrassiez davantage votre corps.

Ce n’est que lors de la phase 2 de la détoxification que ces radicaux libres seront neutralisés et éliminés.

La phase 3 consiste à évacuer les toxiques par la bile.

Quand vous faites une détox, vous devez impérativement prendre en compte ces paramètres, car certaines plantes, comme l’artichaut, n’agiraient que sur la phase 1.

Sinon, votre détox aurait alors l’effet contraire de celui que vous recherchez.

Il est donc important de bien comprendre les effets de chaque plante que vous utilisez et les synergies entre elles pour avoir une action globale sur vos organes.

Ne comptez pas sur les plantes pour faire le job à votre place

La dernière chose importante à savoir, c’est que ce ne sont pas les plantes elles-mêmes qui nettoient votre organisme.

En réalité, les plantes aident votre organisme à s’auto-nettoyer en stimulant les fonctions naturelles des organes.

Vous comprenez alors que vos organes doivent être en pleine forme pour que la détox soit vraiment efficace.

Avant de vous lancer dans une détox, il est donc primordial de commencer par vérifier l’état de vitalité de vos organes.

Si vous vous sentez fatigué ou épuisé, mieux vaut commencer par bien recharger vos batteries.

Prenez soin de vos surrénales

Les surrénales sont de petites glandes, de la taille d’une noix, situées juste au-dessus de vos reins (au niveau du bas du dos).

Ces glandes vous aident à gérer le stress en produisant des hormones vitales comme le cortisol.

Lorsque celles-ci sont trop sollicitées, nous nous sentons complètement épuisés.

Pour une bonne vitalité, vous pouvez aider vos surrénales à retrouver toute leur vigueur, notamment grâce à :

  • L’exercice physique, le yoga ou le tai chi, qui peuvent aider à réguler vos taux de cortisol
  • Le repos : n’hésitez pas à faire une sieste durant la journée, ou prendre un moment pour vous relaxer
  • Des infusions de plantes reminéralisantes comme l’ortie
  • Les graines germées et autres aliments riches en vitamines et minéraux (notamment magnésium, taurine et vitamines du groupe B)
  • Les huiles essentielles de conifères, en particulier l’épinette noire et le pin sylvestre : frictionnez une fois par jour le bas de votre dos ou la plante des pieds avec quelques gouttes (évitez de le faire juste avant de vous coucher)

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Pr. Jean-Charles Duclos-Vallée et Claire Mony, Les Fonctions du Foie, Centre Hépato-Biliaire Paul Brousse, octobre 2014.

[2] Bénédicte Stengel, Chronic kidney disease and cancer: a troubling connection, J Nephrol. 2010; 23(3): 253–262.

[3] De quoi se compose le système lymphatique ?, Cizeta Medicali France.

3 réponses à “Pourquoi faut-il se purifier au printemps ?”

  1. Pierre NALIN dit :

    Merci de noter que je ne désire pas être inscrit à la Minceur Magnétique.
    Salutations.

  2. PASCAL MAHE dit :

    Pourquoi faut-il se purifier au printemps ?
    Bonjour,
    Vous n’évoquez pas la sève de bouleau dans vos newsletter, que pensez vous de son utilisation sous forme de cure à cette période ?
    Cordialement.

    • Florent dit :

      Bonjour Pascal,
      La sève de bouleau est un produit extrêmement intéressant qui mériterait qu’on lui consacre un dossier entier. La difficulté est de trouver une sève de qualité, récoltée dans le respect de l’arbre et surtout très fraîche. Il existe quelques techniques naturelles intéressantes pour la conserver dont on parle peu. Nous aborderons ce sujet prochainement dans la revue La Pharmacie secrète de Dame Nature, et j’aurai peut-être l’occasion de vous en reparler dans une prochaine lettre PureSanté.
      Amicalement,
      Florent

Répondre à PASCAL MAHE Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *