Dents : mes conseils pour en prendre soin naturellement

Chère lectrice, cher lecteur,

En vieillissant, nous devenons particulièrement vulnérables aux problèmes bucco-dentaires.

Les tissus et organes de votre corps subissent de profondes transformations qui dégradent peu à peu leurs fonctions, mais aussi leur capacité à se protéger des agressions et à réparer les dégâts.

Et votre bouche n’échappe pas à cette dégradation progressive.

Des recherches ont montré que ce vieillissement des tissus augmentait notamment le risque de de maladies parodontales[1].

À cela s’ajoutent les maladies générales liées à l’âge, qui peuvent aggraver le risque de problèmes bucco-dentaires, de même que certains médicaments :

  • Certains anti-hypertenseurs pourraient provoquer une hyperplasie gingivale (développement anormal de la gencive)[2]
  • Les antibiotiques peuvent déséquilibrer votre microbiote buccal, et permettre à des bactéries pathogènes de se développer[3]

La plaque bactérienne s’accumule donc plus facilement avec l’âge, créant ainsi des conditions idéales au développement de maladies parodontales.

Comment prendre soin de vos dents après 50 ans

J’aimerais partager avec vous une série de solutions naturelles qui pourront vous aider à garder une bouche en bonne santé à tout âge.

Bien sûr, il est recommandé de se brosser les dents au minimum deux fois par jour. La façon dont vous vous les lavez peut aussi faire une grande différence (je reviendrai sur la technique adéquate dans une prochaine lettre).

Mais d’autres mesures peuvent contribuer à avoir des dents saines.

À commencer par l’alimentation…

Logiquement, l’alimentation est la première responsable et il faudrait éviter les aliments pro-inflammatoires :

  • Le sucre raffiné, le fructose transformé[4]
  • Les aliments cuits à haute température[5]
  • Les gras trans[6]
  • Les oméga-6 contenus dans les huiles végétales transformées[7]

À l’inverse, certains nutriments sont essentiels pour assurer une santé optimale des gencives.

Surveillez en particulier vos apports en vitamine C (un déficit est corrélé aux parodontopathies[8]) et en vitamine D (son insuffisance favorise les problèmes dentaires ; son apport renforce l’immunité et agit contre l’inflammation[9]).

Vérifiez aussi vos taux de coenzyme Q10, une molécule antioxydante qui joue un rôle clé dans la production d’énergie sur le plan cellulaire. Le saignement des gencives, par exemple, pourrait être un signe de carence en coenzyme Q10[10].

Problème avec certains bains de bouche chimiques

Contrairement à une croyance répandue, les agents antimicrobiens et certains bains de bouche d’alcool visant à « tuer les mauvaises bactéries » peuvent faire plus de mal que de bien.

La faute incombe souvent à la chlorhexidine, un agent antimicrobien à usage médical contre les problèmes de gingivite (inflammation de la gencive).

Non seulement il risque de tacher les dents, mais plus grave, une étude récente a montré que des bains de bouche chimiques trop fréquents pouvaient augmenter le risque de cancer de la bouche et de la gorge[11].

Votre microbiote buccal est très sensible et un bain antibactérien pourrait tuer les bonnes bactéries et faire ainsi de la place pour les mauvaises…

Mieux vaut donc privilégier d’autres techniques, moins invasives.

« Vidangez » votre bouche avec cette huile

Une alternative intéressante est ce qu’on appelle le « tirage d’huile », qui nous vient de la médecine ayurvédique (indienne).

Cela consiste à prendre une cuillerée à soupe d’huile ou de graisse dans la bouche, et à la faire circuler entre vos dents pendant une quinzaine de minutes avant de recracher.

Avec votre langue, vous « poussez », puis vous « tirez » l’huile en avant et en arrière de vos dents, d’où le nom de tirage d’huile.

Lorsque vous passez de l’huile sur vos dents, les bactéries se font emporter et se « dissolvent » dedans. Vous pouvez donc enlever de grandes quantités de bactéries.

Certains me feront remarquer que cela ressemble à la vidange du moteur d’une voiture. Tout à fait ! Lorsque vous vidangez l’huile, elle tire la saleté avec elle, laissant le moteur relativement propre.

Bien sûr, je précise qu’on n’utilise pas la même huile pour se « vidanger la bouche » …

L’huile de sésame est traditionnellement recommandée (c’est en tout cas celle qu’utilisent les Indiens) mais les grandes quantités de graisses insaturées la rendent particulièrement sensible à l’oxydation et au rancissement.

L’huile de noix de coco vierge est parfaite si l’on aime son goût. Mais l’huile d’olive peut aussi faire l’affaire.

L’huile de noix de coco étant solide à température ambiante (jusqu’à 23 °C), elle met quelques secondes à se liquéfier complètement dans la bouche. Elle a l’avantage d’être très riche en acide laurique, un triglycéride à chaîne moyenne (TCM) capable de combattre les virus, bactéries et levures.

Du point de vue des bienfaits contre la mauvaise haleine, la plaque dentaire, les maladies des gencives et les bactéries provoquant les caries, les bains de bouche d’huile seraient très efficaces et sans effets secondaires connus[12].

6 ans de vie en plus… avec du fil dentaire ?

L’utilisation d’un fil dentaire est largement sous-pratiquée.

Cela permet pourtant d’éliminer des bactéries qui sont les précurseurs de la plaque dentaire et du tartre.

Utilisez un morceau de fil d’une trentaine de centimètres de long, enveloppant chaque extrémité autour de votre index. Faites glisser le fil entre les dents et enroulez-le autour de la dent de façon à lui donner la forme d’un « C ».

Frottez la surface en déplaçant le fil vers le haut et vers le bas, et en arrière. Assurez-vous de bien frotter les deux côtés des dents adjacentes avant de passer à la prochaine rangée.

L’intérêt ? Une étude de la Harvard Medical School a montré que les personnes qui utilisent du fil dentaire vivraient en moyenne 6,4 ans de plus que les autres. Ce n’est pas seulement le fil qui explique ce résultat étonnant, mais le fait que cela témoigne aussi d’un mode de vie où l’on prend soin de soi, avec des comportements bénéfiques pour la santé[13].

Des probiotiques pour la bouche ? Oui, ça existe !

La bouche possède son propre microbiote, tout comme nos intestins.

Alors pourquoi ne pas prendre des probiotiques pour la bouche aussi ?

On trouve dans le commerce des probiotiques adaptés au microbiote buccal, par exemple Lactobacillus paracasei LA 802 (Lactibiane Buccodental® des laboratoires Pileje). Sa capacité d’adhésion sur les dents et les gencives a été confirmée par la faculté d’odontologie de Bordeaux[14].

Elle combat certains germes pathogènes[15] et peut aider à restaurer le microbiote buccal, en complément bien sûr des règles hygiéno-diététiques. Ce complément est présenté sous forme de comprimé à sucer après chaque soin d’hygiène buccale.

Lors d’une étude[16], des résultats encourageants ont été obtenus avec des lactobacillus. Cette souche probiotique a permis de lutter contre les caries, inhiber le développement intempestif de Candida albicans ou de Porphyromonas gingivalis.

Une autre souche de streptococcus, baptisée A12, produit de l’ammoniac, une substance capable de neutraliser l’acidité buccale. De plus, cette souche A12 entrave le développement de Streptococcus mutans, une bactérie pathogène[17].

Évitez l’alcool (ou alors seulement un peu de vin de temps en temps)

Une étude[18] portant sur plus de 1 000 Américains a montré que la consommation de boissons alcoolisées réduisait la quantité des lactobacilles, bactéries protectrices de la santé de la bouche, et favorisait la prolifération de bactéries pathogènes, notamment Actinomyces et LeptotrichiaCardiobacterium et Neisseria qui peuvent être responsables de certaines endocardites, abcès ou mycoses buccales.

La bactérie Neisseria fabrique même de l’acétaldéhyde, un produit cancérigène.

Durant cette expérience, les chercheurs ont réparti les personnes en trois groupes : les non-buveurs, les buveurs modérés et les gros buveurs. Plus la consommation d’alcool était élevée, plus les déséquilibres du microbiote buccal étaient importants.

Parmi les buveurs, on a étudié les différences entre les consommateurs d’alcool fort, de bière ou de vin. Les buveurs de vin présentaient la plus grande diversité microbienne, ce qui est favorable à un bon équilibre. À choisir, préférez donc le vin, et toujours avec modération.

7 huiles essentielles efficaces

Les propriétés anti-infectieuses de certaines huiles essentielles peuvent vous aider à réguler les bactéries du microbiote buccal. Elles peuvent favoriser les bonnes bactéries, stimuler l’immunité et freiner la prolifération des bactéries pathogènes.

Voici 7 huiles essentielles qui peuvent vous être utiles :

  • Le tea tree est la plante de la bouche par excellence : ses propriétés antibiotiques contribuent au maintien de l’immunité locale, tout en préservant votre flore bactérienne saine. Le tea tree aurait aussi des propriétés blanchissantes[19]
  • Le thym à thujanol stimule la microcirculation. Il ramène le sang et les nutriments au niveau des racines dentaires. Ses propriétés antimicrobiennes peuvent s’allier à celles du tea tree[20]
  • L’hélichryse italienne peut aider à réparer le tissu gingival au fil des utilisations. Elle apaise les petites lésions et décongestionne les gencives gonflées. Elle peut même aider à la cicatrisation des plaies et des gencives abîmées[21]
  • La menthe poivrée, en plus d’être agréable au goût, contribue à la bonne haleine instantanément et de manière durable par ses effets aseptisants. Pour votre haleine, vous pouvez également utiliser le citron jaune, la menthe verte, ou encore le basilic tropical[22]

Ces huiles essentielles sont contre-indiquées chez la femme enceinte et allaitante, en cas d’épilepsie, ainsi que pour les enfants de moins de 6 ans.

Pour les utiliser, veillez à toujours les diluer dans une huile végétale. Vous pouvez par exemple ajouter une goutte de ces essences dans votre bain de bouche à l’huile de sésame.

Encore un conseil pour votre prochaine consultation

Il est conseillé d’aller voir un dentiste au moins une fois par année, pour vérifier que tout est en ordre dans votre bouche et pour faire un détartrage si besoin.

Mais pour beaucoup, une visite chez le dentiste est source d’angoisse et de stress.

Et cela se comprend : ce n’est jamais très rassurant de laisser quelqu’un manipuler vos dents avec des outils plus ou moins impressionnants.

Les granules homéopathiques peuvent vous aider à vous détendre avant une consultation :

  • Aconit est utile pour les personnes qui paniquent brutalement à la vue de l’instrument ou de la seringue (inquiétude soudaine, agitation, envie de fuir). Prenez trois granules d’Aconit 7, 9, ou 15 CH, dans la salle d’attente, juste avant la consultation, pour vous aider à calmer cette inquiétude.
  • Gelsemium sempervirens peut vous aider en cas de faiblesse physique avec tremblements des membres, si vous avez l’impression que votre cœur va s’arrêter. Dans ce cas, prenez Gelsemium 15 CH une fois par jour dans la semaine qui précède votre consultation, ainsi que le matin avant la séance.
  • Ignatia amara s’adresse aux personnes émotives, qui peuvent passer rapidement du rire aux larmes. Ignata peut vous être utile si vous avez de la tachycardie ou une sensation de boule nerveuse dans l’œsophage. Prenez trois granules d’Ignata 7 CHdès que vous sentez la panique vous envahir. Vous pouvez aussi en prendre les jours qui précèdent votre rendez-vous.

Ce qu’il faut savoir avant d’accepter une opération

Toutes ces solutions naturelles pourront vous aider contre les maladies bucco-dentaires.

C’est un bon début pour commencer à prendre soin de vos dents et de votre bouche. Et je suis sûr que vous trouverez, parmi cette longue liste de conseils, ceux qui conviennent le mieux à votre situation.

En revanche, vous avez sans doute encore de nombreuses questions concernant votre santé buccale.

  • Y a-t-il des manières plus efficaces que d’autres de se brosser les dents?
  • Les amalgames dentaires sont-ils dangereux ? Faut-il les retirer dans tous les cas?
  • Quel matériau faudrait-il privilégier pour les couronnes dentaires? Céramique, nickel chrome, résine, or… ?
  • Que faire si je souffre de parodontite, de carie, de gingivite, d’abcès… ? Des solutions naturelles peuvent-elles m’aider en complément de mes traitements ?
  • D’autres techniques permettent-elles de combattre les maladies?
  • Quelles marques de dentifrices, fils dentaires, brosses à dents recommandez-vous ?
  • Existe-il une méthode pour garder une belle dentition toute sa vie (et préserver ses dents du vieillissement)
  • Etc.

Ce serait un peu compliqué de répondre à toutes ces questions dans ce message, surtout que certaines demandent une grande expertise.

C’est pour cette raison que j’ai pris contact avec une grande spécialiste de la bouche.

Demain, je vous révèle l’approche complète d’une pro

C’est l’une des rares chirurgiens-dentistes à proposer une approche globale et personnalisée de la dentisterie.

Dans ses soins, elle n’hésite d’ailleurs pas à mêler la chirurgie médicale à d’autres approches complémentaires, comme la bio-énergétique ou encore les huiles essentielles.

Cette spécialiste a gentiment accepté de m’aider à répondre à toutes ces questions (et bien d’autres). Dans ce but, elle a réalisé une approche complète pour permettre à chacun d’entre vous de prendre en main votre santé bucco-dentaire.

Vous découvrirez tous les détails de cette approche demain matin.

Vous aurez ainsi toutes les clés pour garder une belle dentition de manière durable.

Mais ce n’est pas tout : vous verrez aussi les dessous pas toujours très beaux du monde de la dentisterie… et les erreurs à éviter quand vous allez en consultation.

Surveillez bien votre boîte aux lettres.

À demain !

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Folliguet M. Prévention bucco-dentaire chez les personnes âgées: Direction Générale de la Santé;2006.

[2] K Breitung, T W Remmerbach, L’hyperplasie gingivale en tant qu’effet secondaire potentiel de l’amlodipine, un antagoniste calcique, Rev Mens Suisse Odontostomatol Vol. 120 6/2010

[3] Elena Sender, Gare au déséquilibre du microbiote buccal, Sciences et Avenir, décembre 2019.

[4] https://www.has-sante.fr/jcms/c_991247/fr/strategies-de-prevention-de-la-carie-dentaire

[5] https://extenso.org/article/est-ce-un-aliment-cariogene/

[6] Eric J. Brandt et al.,JAMA Cardiol.2017;2(6):627-634

[7] Iwasaki, M., Taylor, G. W., Moynihan, P., Yoshihara, A., Muramatsu, K., Watanabe, R. & Miyazaki, H. (2011) Dietary ratio of n-6 to n-3 polyunsaturated fatty acids and periodontal disease in community-based older Japanese: a 3-year follow-up study.

[8] Pescheux, Julie (2016) L’implication de la vitamine C dans la thérapeutique parodontale. Thèse d’exercice, Université Toulouse lll – Paul Sabatier.

[9] Dr. paul Dupont, PROBLÈMES DE DENTS ET VITAMINE D, Féminin Bio, mai 2011.

[10] Role of coenzyme Q(10) as an antioxidant and bioenergizer in periodontal diseases, Indian Journal of Pharmacology

[11] Oral Oncology March 28 2014 doi.org/10.1016/j.oraloncology.2014.03.00

[12] Effect of oil pulling on plaque induced gingivitis: a randomized, controlled, triple-blind study

[13] Michel Lejoyeux, Tout déprimé est un bien portant qui s’ignore, JC Lattès

[14] Louis Farina. Intérêt des probiotiques en parodontologie. Médecine humaine et pathologie. 2016. ffdumas-01320911f

[15] Streptococcus mutans, Actinomyces viscosus, Porphyromonas gingivalis, Fusobacterium nucleatum.

[16] Huang X. et al. « A highly arginolytic Streptococcus Species that potently antagonizes Streptococcus mutans ». Appl. Environ. Microbiol., 2016 Jan. 29, 82 (7) : 2187-2201. .

[17] K Lee, AR Walker, B Chakraborty, Exploring novel probiotic mechanisms of Streptococcus A12 with functional genomics

[18] Xiaozhou Fan and al. Drinking alcohol is associated with variation in the human oral microbiome in a large study of American adults. Microbiome20186:59. https://doi.org/10.1186/s40168-018-0448-x.

[19] Enas Ahmed Elgendy, Shereen Abdel-Moula Ali, Doaa Hussien Zineldeen, Effect of local application of tea tree (Melaleuca alternifolia) oil gel on long pentraxin level used as an adjunctive treatment of chronic periodontitis: A randomized controlled clinical study

[20] Nilima Thosar, Silpi Basak, Rakesh N. Bahadure, Monali Rajurkar, Antimicrobial efficacy of five essential oils against oral pathogens: An in vitro study

[21] Sagar Bansal, Shruti Rastogi,Meenakshi Bajpai, MECHANICAL, CHEMICAL AND HERBAL ASPECTS OF PERIODONTITIS: A REVIEW

[22] Charles E Argoff. A review of the use of topical analgesics for myofascial pain. Current Pain & Headache Reports. 2002;6:375–378.

5 réponses à “Dents : mes conseils pour en prendre soin naturellement”

  1. CONSTANT dit :

    Bonjour mince j’ai dû recevoir la suite de cette article avec la dentiste… et j’ai dû le supprimer par erreur! est-il possible de le recevoir à nouveau?! en vous remerciant par avance, bien cordialement

  2. Ruth Haziza dit :

    Je lis toujours avec grand intérêts vos articles sur l hygiène de vie et les diverses méthodes pour entretenir sa santé.
    Merci

  3. jeannette vincent dit :

    Merci pour toutes ces infos très utile

  4. Gay Jean dit :

    Bonjour,
    Votre commentaire et votre utilisation de l’huile de coco est très intéressante.
    j’espère que vous avez lu le livre de Mary T Newport
    qui prouve que l’huile de coco guérit Alzheimer, ses TCM vont nourrir directement les neurones par le sang ….exemple même aux USA de sortie du coma par l’huile de coco–essais réalisés sur des personnes en phase de dégénérescence très concluants rapidement ….

  5. DAUZON dit :

    bonjour,
    Je voudrais juste ajouter une précision, qui semble évidente quand on le sait mais à laquelle on ne pense pas forcément ; quand on fait un bain de bouche avec de l’huile de noix de coco il faut éviter de la cracher ensuite dans le lavabo car elle risque de se figer et au bout de plusieurs fois de boucher les canalisations. C’est un conseil que j’avais lu dans une revue de santé naturelle la première fois que j’ai découvert ces bains de bouche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *