Ses douleurs à la bouche venaient d’un trouble… de l’humeur ?!

Ce « médecin-détective » vous écrit chaque mois sur PureSanté

Chère lectrice, cher lecteur,

J’ai encore un peu de mal à y croire…

Un grand médecin a accepté d’écrire régulièrement sur la lettre PureSanté.

À partir de maintenant, vous profiterez de son expertise une fois par mois, sans avoir besoin de vous rendre à son cabinet.

Avec mon métier, j’ai la chance de collaborer avec la crème de la crème des médecins et thérapeutes de France.

Parmi ceux-ci, le Professeur Philippe Humbert est sans doute l’un des plus impressionnants.

Pas seulement pour son CV long comme un bras (il est notamment spécialisé en médecine interne, endocrinologie, dermatologie et oncologie… rien que ça !).

Mais surtout pour ce qu’il fait concrètement pour ses patients.

Le Pr Humbert a la réputation de trouver des réponses là où tout le monde à échoué. C’est lui que les malades viennent consulter après des années d’errances médicales, quand ils pensent avoir tout essayé en vain (certains font jusqu’à 700 km de route pour le voir, et sont prêts à attendre 4 mois qu’un rendez-vous se libère).

Sa force ?

Une grande empathie et un esprit d’analyse hors du commun !

Le Pr Humbert prend le temps d’écouter chacun de ses patients. Quand il les ausculte, il est attentif au moindre détail… Il pratique la médecine comme un détective à la recherche d’indices. Et sa méthode lui permet, presqu’à tous les coups, de trouver la cause du problème.

Avec lui, des signes a priori banals peuvent révéler des causes plus profondes, parfois graves :

  • Une rougeur au niveau des joues le mettra sur la piste d’une maladie cardiaque très dangereuse
  • À partir d’un eczéma chronique, il découvrira un trouble digestif chronique
  • Un simple test sur votre poignet lui permettra de suspecter une intolérance alimentaire
  • Ce que vous preniez pour des mycoses pourraient venir en réalité d’un parasite
  • Etc.

Si vous ne le connaissez pas encore, je vous invite à vous inscrire à ma lettre d’informations sur les secrets de la peau et à visionner l’entretien que ma collègue Caroline a récemment tourné avec lui, en cliquant ici.

Vous ferez mieux connaissance avec cet homme exceptionnel et comprendrez pourquoi son approche est aussi puissante.

Mais ce n’est pas tout.

Comme je vous le disais, Philippe Humbert a accepté d’écrire sur la lettre PureSanté.

Une fois par mois, il reviendra sur une « affaire médicale non classée », un patient que personne n’a pu soigner, qui erre de médecin en médecin… jusqu’au jour où il passe la porte du cabinet du Pr Humbert.

Vous le verrez, ses lettres se lisent comme un roman policier, sauf que tout est vrai. Vous suivrez le Pr Humbert dans ses enquêtes palpitantes, jusqu’à la résolution inattendue de « l’affaire ».

J’ai donc le grand plaisir et l’honneur d’accueillir le Pr Humbert sur PureSanté et de partager avec vous sa première lettre ci-dessous (une étonnante histoire… de bouche).

Faites-lui bon accueil… et je vous souhaite une excellente lecture.

Amicalement,

Florent Cavaler


Ses douleurs à la bouche venaient d’un trouble… de l’humeur ?!

Cela faisait des années que Sonia[1] avait mal, terriblement mal, dans la bouche.

Sa souffrance durait au moins depuis 3 ou 4 ans, peut-être même une dizaine d’années ? Elle ne se souvenait plus exactement…

Chaque matin, Sonia était réveillée par des sensations de brûlures intenses sur la langue, les gencives et la face interne des joues.

« Qu’est-ce que ça peut bien être ? » se disait-elle souvent en examinant l’intérieur de la bouche devant son miroir.

Car elle ne décelait rien. Pas de rougeur, pas de trace de brûlures, pas d’érosion, pas d’aphtes.

Elle ne pensait pas qu’il s’agissait d’une maladie. Tout juste d’un ressenti.

Sonia avait déjà vu tant de médecins ! Et à chaque fois qu’elle voyait son médecin généraliste pour le renouvellement de son traitement contre la tension artérielle, elle lui en parlait : « Docteur, vous n’avez rien pour les brûlures dans la bouche » disait-elle, sans même attendre de réponse.

Elle avait consulté son dentiste, soupçonnant son dentier d’en être la cause. Mais au fond, elle savait bien que ce n’était pas cela. Pendant des week-ends entiers, elle l’avait retiré et elle ressentait toujours la même chose.

Faux espoir

Une de ses amies lui avait dit de voir un dermatologue. Celui-ci lui fit pratiquer des prélèvements de bouche… et que n’a-t-on trouvé ?

Du candida albicans !

« Ça y est ! Je tiens la raison de mes brûlures. J’ai une mycose », pensa-t-elle.

Elle déchanta bien vite : après des semaines et des semaines de bains de bouche elle ne voyait aucun changement.

Et puis un jour, on lui parla d’un médecin qui avait la réputation d’écouter longuement ses malades et de trouver des réponses là où les autres échouaient.

Sonia chercha fébrilement au fond de son sac à main le petit papier où elle avait noté un numéro de téléphone. Elle se dépêcha d’appeler :

– Vite s’il-vous-plaît, donnez-moi un rendez-vous, c’est urgent !
– Mais Madame, les prochains rendez-vous sont dans quatre mois…
– C’est horrible, je ne peux pas attendre, je dois vous voir en urgence.
– Mais enfin Madame, depuis combien de temps souffrez-vous ?

À ce moment-là, elle se rendit compte que cela faisait tellement d’années qu’elle souffrait, que d’attendre quatre mois de plus, ce n’était pas la mer à boire.

À sa surprise, le dermato ne jeta pas le moindre regard à sa bouche 

Puis vint le jour du rendez-vous. Sonia partit à sa consultation en oubliant le dossier qu’on lui avait dit d’apporter, toutes les prises de sang qu’elle avait soigneusement répertoriées et classées.

Heureusement, ce jour-là, j’avais un tel retard que je ne pus la prendre qu’en milieu d’après-midi.

Sonia fut contrariée. Mais en même temps, elle était soulagée, car elle pourrait repasser chez elle chercher le précieux dossier.

Lorsque vint son tour, elle s’apprêtait à ouvrir la bouche et à montrer cet intérieur en espérant que je pourrais y voir la cause de ces brûlures.

Mais elle se rendit compte que je n’avais que faire de sa cavité buccale et que je préférais lui poser tant et tant de questions.

Elle était pressée de me dire qu’on avait trouvé un champignon dans sa bouche.

La poussière sur l’écran de votre ordinateur n’est pas la raison de sa panne

Alors je me tournai vers mon ordinateur, coupai l’écran, et lui dis : « vous voyez Madame, mon écran vient de tomber en panneQue doit-je faire ? »

À ce moment-là, mon étudiant en médecine préféré, qui connaissait la plaisanterie que j’allais faire me répondit : « Monsieur, il faut faire un prélèvement ! »

Alors, je pris un coton-tige, frottai sur l’écran et le montrai aussitôt à la patiente. Je lui dis : « Vous voyez, j’ai trouvé la cause, il y a de la poussière ! »

Les étudiants en médecine se mirent à réfléchir. Tout comme la patiente, ils comprirent qu’il était ridicule d’attribuer à la présence d’un champignon les douleurs de la patiente.

Et pourquoi donc ?

Parce que d’une part, la présence d’un champignon donne des traces sur la langue dans la bouche ce qui n’était pas le cas, et d’autre part la présence d’un champignon ne donne aucune brûlure ni aucune sensation particulière.

Ainsi, cette piste devait-elle être abandonnée…

Des anti-dépresseurs pour soigner une douleur dans la bouche ?

Sonia fut étonnée de voir que je lui demandais si elle avait un sentiment de dévalorisation, si elle avait une baisse de l’estime de soi, si elle avait un sentiment de culpabilité, si elle avait de la tristesse, ou encore des troubles du sommeil.

Il s’avère qu’elle répondit oui à chacune de ces questions et je lui dis alors : « Eh bien Madame, vous avez un syndrome dépressif ».

« Comment ? Docteur, ce n’est pas possible, je ne suis pas dépressive », s’empressa-t-elle de répondre, comme si un diagnostic médical pouvait se comparer à une appréciation de comptoir de café !

En réalité, les questions qui lui ont été posées ont été validées par des psychiatres renommés et permettent à coup sûr de poser le diagnostic d’une souffrance psychique liée à un trouble des récepteurs entre les cellules neuronales.

Sonia finit donc par accepter ce diagnostic à contrecœur : « mais à quoi bon, Docteur ? »

« Madame, parce que c’est le traitement sérotoninergique, c’est-à-dire que ce sont les molécules que l’on donne dans les états dépressifs, qui va guérir votre maladie de bouche, qui s’appelle une glossodynie. »

Enfin un nom sur ce syndrome. « Au moins ça, c’est une avancée », pensa la patiente !

Et comme elle se croyait plus fine que moi et qu’elle avait du mal d’accepter son diagnostic, elle rechercha « glossodynie » sur Internet pour y trouver des solutions.

Ne faites pas le travail du médecin à sa place

Cette patiente faisait partie de ces personnes qui supposent que les médecins ne connaissent pas leur médecine.

Lorsqu’elle lut le premier article sur ce syndrome et qu’elle vit que le seul traitement efficace était la prise d’une molécule appelée Paroxetine, ou une autre Escitalopram, ou tout autre molécule de la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, elle se dit qu’elle venait encore de perdre trois semaines à ne pas avoir écouté mes recommandations.

Cependant, je lui avais bien dit que si je prenais autant de temps avec mes patients, si le prix de la consultation était plus élevé que celui de son médecin généraliste, c’est bien parce que j’avais à la fois des compétences supplémentaires, mais aussi que j’avais passé dans mon esprit tous les diagnostics différentiels, c’est-à-dire toutes les autres causes de douleur buccale avant de retenir celui-ci.

Et ce qui devait arriver arriva.

Comment Sonia guérit en seulement 2 semaines

15 jours après le début du traitement, la malade se réveilla un matin avec surprise : elle ne ressentait aucune douleur.

Cet état de quiétude durait maintenant depuis plusieurs mois et désormais, tout le monde autour d’elle lui disait combien elle était mieux, plus agréable, moins irritable… bref, moins dépressive.

Ainsi, si un médicament qualifié d’antidépresseur est capable de combattre une glossodynie, cela signifie que cette pathologie emprunte à la dépression des mécanismes communs jusqu’à même avoir des signes cliniques partagés.

Il faut donc savoir accepter des diagnostics parfois difficiles à entendre, mais il faut faire confiance aux professionnels et se dire que le combat qui n’est pas engagé est perdu d’avance, c’est-à-dire que tout traitement qui n’est pas réalisé n’aura aucune chance d’être efficace.

Bien à vous,

Professeur Philippe Humbert





13 réponses à “Ses douleurs à la bouche venaient d’un trouble… de l’humeur ?!”

  1. max AUTIN dit :

    merci pour cette excellente publication. Je suis dans un cas un peu similaire : je n ai aucune acidité dans
    l estomac (test au bicarbonate sans réaction ) et j ai trané depuis ma naissance une montagne de pb santé jusque une découverte vers le 40 ans ( 77 a ce jour ) que je ne digérais pas du tout la viande rouge ( pustules et démangaisons sur tout le corps et perte de poids ) depuis cette époque je ne consomme plus de viande et me porte a peu près bien en soignant mon alimentation!…

  2. EDITH JOLY dit :

    Bonjour
    J’ai lu votre commentaire et je suis ravi de voir qu’il existe des médecins comme vous.
    J’ai une question !
    Mon taux de plaquette est passé de 245 à 475 en 6 mois .je me demande si cela peux avoir un rapport avec les vaccins J’ai fais 2 vaccins pfizer et je dois faire ma 3eme dose avant le 15 février je suis agent technique de laboratoire. Mes mon taux de plaquette m’inquiète. Puis-je faire ma 3eme dose ou est-ce un risque?
    Cordialement
    Joly Edith

  3. Madeleine dit :

    Ma fille a des infections urinaires depuis environ 5 ou 6 ans………….Les médecins ne trouvent pas la cause, et lui prescrivent des antibiothiques à répétition!!! Cela m’inquiète, la prise de tous ces médicaments qui ne semblent pas l’aider, puisque à chaque fois qu’elle les cesse, les infections reviennent…………………….Avez-vous une suggestion?…………..Nous vivons en banlieue de Montréal, au Canada…………………….Merci de bien vouloir nous aider.

  4. Chantal dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article où peut-on trouver ce livre?
    Merci d’avance pour votre réponse
    Cordialement
    Chantal

  5. Monique dit :

    Bonjour,
    Merci pour le témoignage fort de ce médecin généraliste qui a tout compris, à savoir que, tout ce que l’on ressent et tout ce que l’on vit sur un plan émotionnel qui n’est pas exprimé, c’est le corps qui exprime la maladie « le mal a dit »…. Ça demande d’être à l’écoute,de soi, à défaut, ce médecin prend le temps d’écouter alors qu’une visite chez un généraliste ne doit pas durer plus de 15mn…….
    Il en faudrait beaucoup comme lui qui exerce une médecine basée sur l’humain et non sur la rentabilité…..

  6. Vallegeas Michele dit :

    Ah oui, comme j’ aimerais pouvoir être suivie par un médecin comme vous! Je n’ ai plus du tout confiance en la médecine ,et ce n’ est pas facile à vivre…D’ abord, parce que je pense qu’ en 10 mn , montre en main ,un médecin ne peut pas vraiment « considérer « son patient.
    J ‘ avais un vrai médecin de famille qui a rendu son tablier avant la retraite, car en toute conscience , elle ne pouvait plus pratiquer ainsi.
    Celui que j’ ai trouvé ensuite n’ a trouvé pas pendant 3ans, les causes d’ un urticaire géant qui nécessitait le SAMU pour chocs anaphylactiques.. En fait , du à une allergie à la coloration pour cheveux Loreal…..c’ est juste si il ne m’ a pas traitée de folle…..Il a fini par me dire d’ aller voir ailleurs quand je lui ai dit que j’ avais trouvé la cause de ces réactions, et fais le lien de cause à effet..
    Cependant, J’ ai perdu 3ans de vie.
    Victime du mediator, du changement de formule du Levothyrox, oui, j’ ai perdu confiance , et me forme depuis 6ans aux médecines alternatives, par Webinaires entre autres…et mon médecin est en Suisse..il brasse toutes les médecines..mais je paie 180 euros par consultation..
    J’ ai 73 ans .Refusée à la vaccination Covid a cause de mes antécédents……..Pas facile à vivre…
    J’ en viens à penser qu’ il n’ est pas tout à fait normal, que les médecins dont la France paie les études refusent de travailler dans les déserts médicaux, et se soucient avant tout de leur chiffre d’ affaires, plutôt que du vrai sens que devrait avoir eu leurs engagements.

  7. PITON dit :

    Rectite Chronique Hémorragique depuis 2013
    Quels conseils – à faire ou pas faire
    Quelle peut-être son origine ?
    Alimentation ? Hygiène de vie ? Gestion des crises ?
    Echec de la médecine traditionnelle !!
    Merci pour votre réponse

  8. Béatrice dit :

    Bienvenue au Professeur Philippe Humbert. Je lis la revue Pure Santé depuis fort longtemps et j’aime les conseils qu’on y découvre. Ce sera donc un plaisir de lire ceux du Professeur Humbert.

  9. MICHEL GILBERT dit :

    Bonjour
    Le titre de votre livre est un peu dépassé aujourd’hui.
    Il aurait été plus juste de l’intituler : avez vous un médecin ? Ou pouvez vous avoir un médecin ?
    On en est à cette question très basique . Quant à savoir s’il est bon ou pas, il suffit des prendre en compte le temps qu’il vous consacre et les questions qu’il va poser.
    J’ai déménagé et pas possible de trouver un médecin qui accepte de prendre de nouveaux patients ,idem pour les dentistes .Nous sommes dans la déchéance du système de santé ! Et j’ajouterai que c’est très vraisemblablement programmé depuis des années !
    Heureusement il nous reste les médecines dites alternatives et le fait de se prendre en main soi-même
    M GILBERT

  10. Cecile BONIFACIO dit :

    Bonjour, Merci beaucoup au Dr Humbert de partager la page de Pure santé. C’est une très belle initiative.

  11. Rina Houde dit :

    J ai des champignons dans la bouche jusqu a la gorgé et au mâchoire rt au.palais j ai reçu un traitement d antifonqique pour 14 jours et une semaine de plus par la suite et je suis au même point et mêmes douleurs et pleines d allergies aux médicaments et autres et bcp de maladie la j ai été voir un spécialiste en ORL y a 2 semaines et me revois le 3 mars Vec 2 traitement plus polypes nasales et ganglions à la gorgé je duis asthmatique e épileptique fibromyalgie atte ente de la vessie 2 tumeurs et cystite intercystiellr problemed sévères d estomac et lr reste fibromyalgie rt +++

  12. LORRAIN dit :

    Les personnes comme le Professeur Philippe Humbert sont rares et précieuses. Merci de votre info à son sujet j’apprécie beaucoup.

  13. ARAM MARIA dit :

    Bonjour Docteur,

    j’ai lu avec très grand intérêt votre article et suis ravie de constater que des médecins qomme vous existent !
    Peut-on trouver votre livre facilement ?
    Merci et bonne journée – cordialement
    maria aram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *