Apnée du sommeil : ces appareils donnent-ils le cancer ?

Chère lectrice, cher lecteur,

370’000 Français seraient concernés par ce que certains qualifient déjà de « nouveau scandale sanitaire »[1].

Vous avez peut-être vu passer l’information dans les journaux.

En juin dernier, le fabricant Philips a annoncé le rappel d’appareils d’aide à la respiration utilisés par des personnes souffrant d’apnée du sommeil, de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou de bronchite chronique.

En cause : une mousse insonorisante présente dans l’appareil qui, en se dégradant, relâche des composés volatiles toxiques susceptibles de provoquer, selon le fabricant : irritation, maux de tête, asthme… et « effets cancérigènes »[2].

Ce retrait concerne 370’000 utilisateurs en France et plus de 5 millions de personnes dans le monde, sauf que…

8 mois après l’annonce, 93 % de ces utilisateurs n’ont pas encore remplacé leur respirateur !

Un malade soupçonne le fabricant d’être responsable de son cancer

Début janvier, Mathieu, 44 ans, apprend qu’il souffre d’un cancer des ganglions…

Quelques jours plus tard, il découvre par hasard que son appareil est défectueux et potentiellement cancérigène.

Durant ces huit derniers mois, Mathieu n’a pas reçu la moindre lettre de Philips pour le prévenir, et soupçonne désormais son appareil d’être responsable de son cancer :

« J’ai appris par hasard qu’il y avait une campagne de rappel de mon appareil d’apnée du sommeil. Je souhaiterais savoir pourquoi je n’ai pas été contacté depuis le mois de mai par Philips. Je n’ai reçu aucune lettre. Ils étaient au courant. Pourquoi on ne m’a pas prévenu ? Et bien évidemment, la question la plus importante, c’est savoir si la machine est responsable de mon cancer. J’ai l’impression d’être dans un film de science-fiction[3]. »

Mathieu ne serait pas le seul dans ce cas-là. Cinq utilisateurs ont déjà signalé des cancers et des investigations sont en cours pour déterminer un éventuel lien.

En tout, les autorités ont reçu 356 déclarations d’effets secondaires depuis l’annonce de retrait du fabricant[4], notamment des toux persistantes, maux de tête, infections pulmonaires à répétition…

Si vous ou une personne de votre entourage pensez être concernés, ces deux liens pourraient vous être utiles :

Philips prend-il vraiment au sérieux les risques pour la santé de ses clients ? !

On peut comprendre que Philips ne puisse pas remplacer 5 millions d’appareils du jour au lendemain…

Mais vu les problèmes graves que risquent les utilisateurs avec ces appareils défectueux, on se serait tout de même attendu à ce que ceux-ci soient au moins informés.

Or il semblerait que Philips n’ait pas daigné envoyer la moindre missive à ses clients[5].

Le fabricant aurait simplement publié un avis sur son site l’été dernier… et à l’heure actuelle, de nombreuses personnes ne seraient pas au courant du problème ou l’auraient appris par hasard dans les médias.

Et ce n’est pas tout.

À ce grave problème de communication s’ajoute un manque de clarté sur les vrais risques et la meilleure démarche à adopter pour les utilisateurs…

Cancer ou pas cancer… Le flou artistique de nos autorités

Sur le communiqué de son site officiel, Philips reconnaît qu’il existe bel et bien un risque cancérigène en utilisant ces appareils défectueux[6] :

 

Interviewée par RMC, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) confirme d’ailleurs qu’ « au vu des données transmises par Philips, un risque cancérigène ne peut être exclu[7] ».

Mais bizarrement, le fabricant et les autorités de santé font tout pour minimiser le risque.

Ainsi, le directeur médical de Philips, Jan Kimpen, affirme : « Nous n’avons aucune preuve que nos appareils donneraient le cancer, avec les dernières données que nous avons[8]. »

Du côté de l’ANSM, si le communiqué du mois de juin 2021 évoquait bien un risque cancérigène[9], celui de novembre avait gommé toute mention de cancer dans le texte, et ne mentionnait plus que les symptômes légers (irritation, asthme, toux…).

La dernière intervention de l’ANSM, datée du 8 février 2022, va encore plus loin en affirmant désormais que « le risque de cancer lié à l’utilisation de ces appareils n’est pas avéré[11]. »

Difficile de démêler le vrai du faux dans ces propos contradictoires, d’autant plus que ni l’ANSM, ni Philips, n’a publié le nom de la substance incriminée dans la mousse insonorisante, ni aucune étude scientifique sur son innocuité…

Imbroglio autour des recommandations pour les patients

La confusion ne s’arrête pas là, puisque l’ANSM recommande aux personnes concernées de poursuivre leur traitement malgré[12] les risques, alors que Philips conseillait à ses clients « l’arrêt d’utilisation de l’appareil au vu des risques identifiés[13] ».

Selon les autorités de santé, il y aurait en effet un risque plus grave à arrêter le traitement[14] :

  • Risque cardiovasculaire, somnolence et fatigue pour celles et ceux qui font de l’apnée du sommeil
  • Coma pour les patients souffrant d’insuffisance respiratoire

En clair, les malades sont pris au piège : ils sont contraints d’utiliser leur appareil défectueux tout en sachant qu’ils risquent des effets indésirables potentiellement graves.

Et on n’a toujours aucune solution valable à leur proposer !

Loin de rassurer, ces annonces ressemblent surtout à une tentative maladroite et désordonnée d’éviter un mouvement de panique et de colère après 8 mois d’inaction.

Mais pendant que nos autorités bégaient, les malades se mobilisent.

Coup de gueule des malades et des associations

Ce mois-ci, l’ANSM a enfin pris ses responsabilités.

Pas trop tôt !

Face à la lenteur de Philips à informer ses clients et à remplacer les appareils défectueux, l’Agence du médicament a annoncé une décision de police sanitaire[15].

Concrètement, cela signifie que si 75 % des appareils ne sont pas remplacés d’ici la fin du mois de juin, des mesures pénales pourront être prises[16].

En attendant, des milliers de malades ont déjà réagi sur les réseaux sociaux.

Certains utilisateurs ont aussi lancé une procédure collective en justice, avec l’aide de Maître Christophe Lèguevaques, avocat spécialisé dans les scandales sanitaires (il avait notamment obtenu la condamnation du laboratoire Merck dans l’affaire du Levothyrox).

Celles et ceux qui souhaiteraient participer à cette action peuvent le faire depuis la plateforme MyLeo jusqu’au 11 avril.

De leur côté, les associations de défense des patients sont elles aussi montées au créneau pour dénoncer ce qu’elles considèrent comme un scandale sanitaire digne du Médiator.

Le futur « Mediator de la respiration » ?

C’est le cas notamment de l’Association des insuffisants respiratoires et des apnéiques du sommeil (AIRAS) qui, par la voix de son président Christian Trouchot, a dénoncé « un scandale sanitaire qu’on étouffe pour des raisons financières. Philips deviendra le Médiator de la respiration, je le dis haut et fort[17]. »

Pour rappel, il aura fallu plus de trente ans et des milliers de morts pour que Mediator soit enfin retiré du marché !

On pense aussi plus récemment au scandale sanitaire autour du Levothyrox, ou encore à celui des aliments contaminés à l’oxyde d’éthylène (qui n’est d’ailleurs pas terminé, puisqu’on vient encore de détecter ce toxique dans des glaces en France[18]).

Comme quoi, nos autorités de santé sont toujours limitées dans leur capacité à éviter les scandales sanitaires et, de nos jours encore, il faut parfois attendre des mois, voire des années, avant qu’on reconnaisse enfin le problème et qu’on agisse.

Le profit des industries passerait-il avant la santé de la population ?

Cela devrait nous faire réfléchir à une période où, partout dans le monde, on administre massivement et sans recul des traitements expérimentaux à des millions de personnes…

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Emma Derome, Appareils contre l’apnée du sommeil : un nouveau scandale sanitaire ?, Le Progrès, 9 février 2022.
[2] Solenne Le Hen, Apnée du sommeil : l’Agence du médicament presse Philips de remplacer ses respirateurs défectueux, FranceInfo, 8 février 2022.
[3] Marie Dupin avec Joanna Chabas, Benoit Ballet et Ann Lyvia Tollinchi, Appareils contre l’apnée du sommeil: un malade soupçonne Philips d’être à l’origine de son cancer, RMC, 7 février 2022.
[4] TOUT COMPRENDRE – Apnée du sommeil: pourquoi des appareils Philips inquiètent énormément des malades, BFMTV, 10 février 2022.
[5] Idem.
[6] Notification de sécurité assortie d’une action corrective*, Philips, mis à jour le 29 décembre 2021.
[7] Marie Dupin avec Joanna Chabas, Benoit Ballet et Ann Lyvia Tollinchi, Appareils contre l’apnée du sommeil: un malade soupçonne Philips d’être à l’origine de son cancer, RMC, 7 février 2022.
[8] Idem.
[9] Point de situation sur les dispositifs de ventilation et PPC de la société Philips, ANSM, 18 juin 2021.
[10] Conduite à tenir pour les patients, ANSM, 4 novembre 2021.
[11] Appareils de ventilation Philips : l’ANSM souhaite contraindre Philips à accélérer le remplacement des appareils défectueux, ANSM, 8 février 2022.
[12] Idem.
[13] Notification de sécurité assortie d’une action corrective*, Philips, mis à jour le 29 décembre 2021.
[14] Yasmina Kattou et Victor Pourcher, Respirateurs Philips défectueux : pourquoi l’ANSM recommande de continuer à les utiliser ?, Europe 1, 10 février 2022.
[15] Appareils de ventilation Philips : l’ANSM souhaite contraindre Philips à accélérer le remplacement des appareils défectueux, ANSM, 8 février 2022.
[16] TOUT COMPRENDRE – Apnée du sommeil: pourquoi des appareils Philips inquiètent énormément des malades, BFMTV, 10 février 2022.
[17] Marie Dupin avec Joanna Chabas, Benoit Ballet et Ann Lyvia Tollinchi, Appareils contre l’apnée du sommeil: un malade soupçonne Philips d’être à l’origine de son cancer, RMC, 7 février 2022.
[18] Laurent Roustan, Nouveau rappel massif de glaces dans toute la France : le retour de l’oxyde d’éthylène, Centre Presse, 10 février 2022.

12 réponses à “Apnée du sommeil : ces appareils donnent-ils le cancer ?”

  1. Boulanger Marie Christine dit :

    Bonjour, Des maux de tête le matin au réveil, mal à la gorge et démangeaisons dans le nez. On soigne l’apnée et on nous pourrit le reste. SYMPA !!!!

  2. Nicole Scarsini dit :

    Bonjour,
    Je penses que les personnes souffrant de l’apnée du sommeil, devrait aussi se pencher sur leur thyroïde.
    Celle-ci pourrait être en cause.

  3. Olivier Aguirre dit :

    Il y a longtemps que le profit des industries passe avant la santé. Il n y a qu’a lire les étiquettes des produits transformé au super marché. Comment en 2022 peut on encore laisser mettre du sucre dans la mayonnaise , d’utiliser l’huile de palme dans le nutela et autres produits prisé par nos plus jeunes. Et ça sans parler de l’utilisation encore massive du glyphosate dans nos culture. Franchement…. Bonne journée

  4. Vaugeois dit :

    Bonjour .je souffre depuis de nombreuses années d’apnée du sommeil et je dors avec une orthèse d’avancée mandibulaire(2 gouttières en résine) fabriqué par un prothésiste dentaire et je trouve ça efficace.

  5. Dominique dit :

    J’ai résolu mon problème d’apnée en apprenant à dormir sur un côté seulement et jamais sur le dos. J’ai posé dans mon dos une balle de tennis, et chaque fois que je me tournais sur le dos, la gêne provoqué par la balle était suffisante pour me faire tourner sur le côté. Maintenant, avec le temps, je n’ai plus besoin de cette aide.

  6. didier dit :

    En France, les utilisateurs de ces appareils les louent à un prestataire médical. Personne n’achète son appareil. La location est payée par la sécurité sociale et la mutuelle. Philips ne sait pas qui utilise ces appareils. En revanche, les prestataires le savent parfaitement. Tous les ans, ils viennent chez les malades pour vérifier l’appareil. Donc, il suffit que la sécurité sociale arrête de rembourser ces machines pour que tout s’arrête. Info : il n’y a pas que Philips qui fabrique ces appareil. Il y a d’autres fabricants sur le marché.

  7. HOFFMANN dit :

    Attention! Il ne faut pas déformer les faits et ne pas tomber dans le piège des exagérations agressives à la mode dans tous les domaines actuellement ! L’organisme qui me loue mon appareil avait bien envoyé un courrier avec copie de celui qu’ils avaient reçu de PHILIPS ! J’ai seulement trouvé le délai pour changer l’appareil trop long donc je les ai appelés et ils sont venus m’en donner un aussitôt d’une autre marque.
    Les effets secondaires étaient effectivement très inconfortables : toux, inflammation de la langue et glandes salivaires, maux de tête (du au système wifi qui était intégré..…sans doute)
    Pure santé doit être informée et juste sinon elle perd sa crédibilité.
    Si les organismes qui louent le matériel PHILIPS n’ont pas retransmis le courrier de cette société à leurs clients, ce sont eux les coupables. J’ai été informée il y a plus de 4 mois.

  8. Maflor dit :

    Pour bien s’endormir, une action dont on ne parle pas souvent mais qui peut s’avérer très efficace : étirer langoureusement chaque articulation du corps, dans différentes directions, à commencer par exemple avec chaque articulation des doigts puis le poignet et remonter progressivement vers l’épaule.
    Ces étirements permettent de rétablir tant la circulation nerveuse que sanguine et lymphatique.
    Pour approcher la cause de l’apnée du sommeil, un bon bilan voire quelques séances d’ostéopathie crânienne peuvent permettre de ressentir ce qui se « trame » dans cette zone.

  9. sylvie PETON dit :

    Je souffre d’apnée du sommeil et suis appareillée depuis plus de 10 ans. Je rencontre des soucis avec mon appareil, j’ai des maux de tête le matin et des quintes de toux nocturnes et ce sans raison et depuis plus d’un an. Avt je n’avais pas ça, mon appareil a déjà été changé par le passé, problème sur la turbine.Mais au vu de ce qui vient de sortir je soupçonne fortement mon appareil, je l’ai donc signalé à mon prestataire de service, ils m’ont rappelé 2 jours après et mon appareil fait partie des appareils à changer (ds les semaines à venir m’a t’on répondu). Ils ont tenu compte de tout ce que je leur ai dit. J’ai su du coup qu’ils travaillaient avec plusieurs fabricants. Et j’ai demandé pourquoi j’avais celui-ci et pas un autre et pour toute réponse cela dépend du pneumologue, j’ai tout de même un doute. Vu que je la voies une fois par an je ne me générai pas de lui poser la question. En attendant, je dois continuer avec ma machine en me posant des questions tous les soirs. Tout ce qui pouvait être changé (filtres) mais je le fais régulièrement et lavé certains joints , chose que je ne faisais pas, les techniciens qui viennent me disaient que ce n’était pas la peine. C’est comme ça que j’ai vu qu’ils étaient sales. J’ai même remis un filtre supplémentaire à l’arrière qu’ils jugeaient inutiles. Et un scandale de plus, jusqu’où va t’on aller. Il tourne vraiment pas rond notre système de santé, on est toujours pris en otage et pas considéré. Pour tous ces fabricants il n’y a que leurs intérêts financiers. Nous sommes vraiment tombés très bas dans notre pays.

  10. ARES dit :

    Bonjour,

    Merci pour ces précieuses informations !
    Je voulais vous signaler que selon le Dr Cleys l’apnée du sommeil pourrait être un symptôme d’hypothyroïdie. Ce serait dommage de passer à coté alors qu’un test sanguin peut le confirmer ou pas.

    Cordialement !

  11. Le Gall dit :

    Bonjour
    Mon mari a reçu une lettre de Philips en juin lui signalant que la mousse de son appareil pouvait donner le cancer et d’autres effets secondaires, du coup il a arrêté de le mettre et Philips lui a changé en octobre ou novembre.Cordialement

  12. Céline dit :

    Bonjour,
    Ici on parle de Philips, mais qu’en est il des autres marques de machines contre les apnées du sommeil ?
    Mon époux a une Resmed.
    Y’en a vraiment marre de cette société menée par l’argent !
    Merci pour vos informations.
    Cordialement,
    Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *