Alzheimer : il monte 5 000 fois sur la même montagne… pour échapper à la maladie

Chère lectrice, cher lecteur,

Sion Jair, 68 ans est atteint de la maladie d’Alzheimer.

Il est monté 5 000 fois au sommet de la même montagne, The Old man of Coniston, en Angleterre.

Non pas parce qu’il ne se souvenait plus l’avoir déjà gravie…

Mais parce qu’il était convaincu qu’« un exercice régulier et vigoureux est aussi bénéfique que n’importe quoi[1] ».

Sûr de lui et soutenu par ses médecins, il continue de marcher, jour après jour, pour retarder l’avancée de la maladie.

Et il a bien raison.

La découverte scientifique qui lui donne raison

Une étude[2] menée par l’Université de Kansas en 2017 donne raison à Sion Jair.

Ainsi, pendant six mois, la moitié des 144 participants a suivi un programme spécial d’exercices d’aérobic. L’autre moitié suivait, quant à elle, des cours de stretching. Tous étaient atteints d’Alzheimer léger.

L’évolution des capacités cognitives a été contrôlée par des tests neuropsychologiques.

Les résultats sont stupéfiants : l’augmentation des capacités cardiorespiratoires améliore fortement les capacités de mémorisation et réduit les dommages causés à l’hippocampe par la maladie.

Du sport, mais pas seulement…

L’activité sportive serait donc primordiale pour ralentir l’avancée d’Alzheimer.

Mais cela ne suffit pas. D’autres habitudes de vie doivent être modifiées pour se prémunir contre la maladie ou améliorer le quotidien des personnes atteintes.

D’autant plus qu’on ne peut pas compter sur les médicaments couramment prescrits pour soigner Alzheimer (EbixaAricpetExcelonReminyl). En octobre 2016, la Haute autorité de santé avait d’ailleurs rendu un verdict bien sombre quant à leur efficacité : « Insuffisante pour être prise en charge par la solidarité nationale[3]. »

En revanche, les effets secondaires sont bien documentés : problèmes digestifs fréquents, graves troubles cardiovasculaires, crampes, rhinites, crises d’angoisses et cauchemars, entre autres joyeusetés.

Heureusement, il existe d’autres solutions, 100 % naturelles et garanties sans effets négatifs, qui permettent d’avoir un réel impact sur la santé de votre cerveau.

Comment la maladie « mange » votre cerveau

La maladie débute souvent dans le cerveau, bien avant les premiers symptômes (20 à 30 ans). Elle commence par s’attaquer à l’hippocampe, responsable de la mémoire.

Les liens entre la mémoire à court et long terme ne se font plus correctement et la personne oublie ses actions récentes. Puis Alzheimer grignote peu à peu d’autres organes cérébraux comme le cortex.

Progressivement, diverses capacités diminuent : langage, locomotion, reconnaissance, jugement, vision.

En France, près d’un million de patients sont atteints et ce nombre inquiétant augmente de 225 000 personnes chaque année. En 2020, un Français de plus de 65 ans sur quatre serait touché par Alzheimer.

L’âge est bien évidemment un facteur de risque mais c’est le mode de vie moderne qui serait le principal coupable.

L’alimentation qui vous protège

Des scientifiques ont récemment démontré l’importance de votre deuxième cerveau (l’intestin) pour prendre soin du premier.

Certains chercheurs n’hésitent d’ailleurs pas à affirmer qu’Alzheimer est une forme de diabète cérébral. Le processus de dégénérescence est le même que celui observé pour la résistance à l’insuline, chez les diabétiques de type 2.

Ainsi, une alimentation riche en glucides augmente de 89 % le risque de développer la maladie.

Les fortes variations du taux de glycémie – due à la consommation d’aliments à index glycémique élevé (IG) – nuisent à la structure biochimique du cerveau.

Évitez donc de manger régulièrement des sucres et des farines raffinées, viennoiseries, biscuits industriels. Mais aussi pain, pâtes, pommes de terre, riz blanc…

Soyez aussi mesuré avec la viande rouge et la charcuterie. Les protéines alimentaires et plus particulièrement celles d’origine animale font augmenter le taux d’homocystéine dans le sang. Or, en trop grande quantité, cet acide aminé est toxique.

Certaines personnes produisent trop d’homocystéine en raison d’une prédisposition génétique, elles ont donc plus de risques de développer de la démence.

Pour assurer un bon équilibre, il est nécessaire de prévoir un apport suffisant en folates (vitamine B9). On les trouve dans les légumes verts, le foie et la levure de bière.

Notez aussi qu’une alimentation riche en « bon gras » (oméga-3 et mono-insaturés : huile d’olive, de lin, de colza, avocat, poisson, noix) réduirait votre taux d’homocystéine.

Pour résumer, les mesures alimentaires suivantes vous aideront à garder un cerveau en bonne santé, même en prenant de l’âge :

  • Mangez des petits poissons gras deux fois par semaine (harengs, maquereaux, sardines).
  • Réduisez votre consommation de viande rouge, charcuterie et produits laitiers.
  • Évitez les aliments à indice glycémique élevé (viennoiseries, farine blanche, sucres, pain, pâtes, pommes de terre, riz blanc).
  • Remplacez les huiles de tournesol ou de maïs par l’huile de colza, d’olive et de coco.
  • Augmentez votre consommation de fruits et légumes frais.
  • Supprimez le gluten et les plats industriels.
  • Jeûnez pendant 12 heures après le dîner et ne mangez rien 3 heures avant de vous coucher.

Bougez et dormez suffisamment

Comme Sion Jair, pratiquez une activité physique régulière. Prévoyez des séances de 30 à 60 minutes, 4 à 6 jours par semaine. Le sport permet aussi de mieux dormir.

Or, la nuit, le cerveau se débarrasse des déchets emmagasinés durant la journée. Il faut donc dormir au minimum 7 heures par nuit. Si vous n’arrivez pas à dormir, prenez 0,5 g de mélatonine avant de vous coucher.

La qualité du sommeil et la santé physique ont aussi une influence sur le niveau de stress, et l’hippocampe est sensible au cortisol, hormone du stress.

Pour éviter une diminution de la neurogenèse et la formation de plaques amyloïdes, pensez à vous détendre régulièrement (méditation, yoga ou toute autre pratique artistique et sportive favorisant le bien-être).

Entraînez vos fonctions cognitives

Les activités créatrices stimulent le cerveau droit, mais il faut aussi penser à entraîner le cerveau gauche pour entretenir les connexions neuronales et la mémoire.

Une étude publiée dans le journal de l’American Academy of Neurology a démontré l’efficacité de la stimulation cognitive pour la préservation de la mémoire[4].

Ainsi, les scientifiques ont fait passer une batterie de tests à 488 personnes, initialement saines, tous les ans environs.

Le résultat est sans appel : pour chaque jour d’exercices intellectuels rapporté, le processus d’usure de la mémoire a reculé d’environ deux mois.

Lisez, faites des mots croisés ou toute autre activité intellectuelle.

Et si vous connaissez d’autres conseils, n’hésitez pas à les partager à la communauté PureSanté.

Laissez-moi un commentaire ci-dessous.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Tim Lewis, Meet the man living with Alzheimer’s who climbs the same mountain every day, The Guardian, March 2018.

[2] Morris JK and al., « Aerobic exercise for Alzheimer’s disease: A randomized controlled pilot trial », PLoS One. 2017 Feb 10;12(2), https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28187125.

[3]Favereau, Eric, « Alzheimer: « Les produits prescrits ne sont pas utiles » », Libération, 19. 10. 2016.

[4] CB. Hall and al., « Cognitive activities delay oneset of memory decline in person who develop dementia », Neurology. 2009 Aug 4; 73(5): 356–361,

10 réponses à “Alzheimer : il monte 5 000 fois sur la même montagne… pour échapper à la maladie”

  1. Rosane dit :

    Merci beaucoup pour les infos. Vraiment très très intéressants
    Pensez vous que Le Ginkgo Biloba ou le Huperzine peuvent faire l’affaires aussi bien sur tout en suivant vos suggestions qui ne sont pas négligeables et sans prendre de la chimie qui sont des placebos puisqu’ils n’y a pas d’amélioration avec ces traitements chimiques non remboursables ( d’après les infos)
    Ma belle mère à un début de la maladie et avec mon mari nous lui avons acheté du Ginkgo
    Pour l’instant elle n’a pas de traitement chimique. Merci beaucoup pour vos messages
    Cordialement. Une abonnée

  2. Degouve de Nuncques Agnès dit :

    Vous dites qu’il faut dormir suffisamment, mais,je suis réveillée plusieurs fois par nuit à cause de bouffées de chaleur. Très souvent,je n’arrive pas à le rendormir et je lis,parfois très longtemps si bien que mes heures de sommeil sont courtes.
    Que faire?
    J’ai essayé de nombreux traitement,tous aussi inefficaces les uns que les autres.
    J’ai 73 ans et ne peux pas prendre de traitements hormonaux ayant eu une double embolie pulmonaire.
    Merci à toutes les personnes qui pourront me donner des conseils pour des solutions anti- bouffées des chaleur.

    • Kacheroud dit :

      Mettez une serviette mouillée fraîche sur la nuque elle diminuera les effets des bouffées de chaleur et vous allez vous rendormir.
      Bonne santé !!

  3. DAHAN dit :

    Bonjour,
    Merci pour vos lettres-info pleines de bon sens, je les lis régulièrement ainsi que celles de collègues du net qui vont dans votre sens. Ces bons conseils que je glanne se recoupent de plus en plus quant à la nécessité d’une bonne hygiène de vie. J’y ai toujours été sensible moi même grace au yoga, ou à des amis qui pratiquent le jeune,régulier, et l’alimentation végane… Pourtant, si je réduis sucres et viennoiseries je mange trop de féculents et craque pour le chocolat. J’ai encore des progrès à faire.
    Mon propos actuel et ici est de proposer des activités efficaces contre la maladie d’alzheimer pour les résidents âgés de l’EHPAD que j’anime. Pouvez-vous me donner des sources ou un lien d’info à ce propos ou me citer quelques activités physiques ou psychiques qui maintiennent réellement cette maladie à distance? le Taî chi, peut-être, mais pour ceux qui se déplacent en fauteuil? quels types d’arts sollicitent la mémoire pleinement? la chanson, les arts plastiques, le théâtre, la danse, la photo, l’écriture?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Stéphane D

  4. nonotte dit :

    je crois avoir lu que de bonnes et nombreuses relations sociales font partie des recommandations à suivre pour espérer éviter cette maladie.

  5. Holistik* dit :

    Chélater doucement sur plusieurs années les métaux lourds (grace a la Chlorella Pyrenoidosa [de GSE] + OptiMSM + CamuCamu) pour les désincruster des tissus et surtout du système nerveux et du cerveau grace au R-ALA (dernière phase de chélation uniquement) // protocole dispo sur la Youtube channel de [Holistik*] // Pratique quotidienne du Yoga, de la musique, du jeune intermittent (sur 16 heures) en sautant le repas du matin inutile pour la plupart des gens …sauf si tu travailles sur les chantiers ou dans un métier tres physique… + tous les conseils de cet article tres juste ^^

  6. daniel demaurey dit :

    Bonjour,
    il y a 40 ans, ma mère est décédè de démence sénile à 72 ans. on ne parlait pas d’ Alzheimer.ce fût une énorme galère, pas de traitement,femme très très active…..
    elle consommait plus de sel que de sucre,elle était bonne cuisinière ( son métier.) mes parents ne consommaient que les légumes et fruits du jardin potager et la viande de leur élevage , poulets,pintades,lapins cochon.donc relativement sain
    Les études ont leurs utilités, méfiances tout de même , tous les 20 ans les scientifiques remettent en question leurs études.

  7. DIOURY Francois dit :

    J’ajouterai juste que nous devons aussi manger moins ! En fonction de l’âge et du lieu géographique, le corps doit être entendu, écouté, et respecté voire remercié chaque jour pour nous aider à cheminer durant notre vie charnelle. I utile de manger trop, et en effet le jeûne est aussi une clé essentielle….

  8. Francisco António Franco Patrício dit :

    Mon cher Florent
    Merci beaucoup pour vos précieuses informations, que m’aident à aider mes patients!
    Francisco Patrício

  9. bonnechere dit :

    une enquête de mon entourage montre que tous les gens atteints prennent des statines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *