3 bonnes nouvelles autour du coronavirus

Chère lectrice, cher lecteur,

Chaque jour, les experts en apprennent un peu plus sur le fonctionnement du coronavirus et les moyens d’y faire face.

Hier, je vous parlais des résultats prometteurs d’une étude menée par le Pr Raoult sur traitement à base de chloroquine (vous pouvez relire ma lettre ici).

Le gouvernement a donc décidé d’étendre ces essais cliniques sur un plus grand nombre de patients. Une étude indépendante du Pr Raoult va tenter de confirmer ces premiers résultats.

Nous devrions donc en savoir plus d’ici une à deux semaines.

C’est une première bonne nouvelle. Mais ce n’est pas la seule.

Voici 3 autres informations rassurantes sur la suite de l’épidémie.

1. L’épidémie ralentit dans plusieurs endroits du monde

En Chine, il semblerait que le confinement fasse ses preuves.

Hier, le pays n’a enregistré qu’une seule nouvelle contamination au coronavirus et 12 cas importés, selon les autorités chinoises[1].

Pour rappel, il y a quelques semaines, les contaminations quotidiennes se comptaient encore par milliers.

Les mesures de confinement commencent d’ailleurs à être levées dans certaines régions[2].

En Corée du sud, premier pays après la Chine à avoir été massivement contaminé par le coronavirus, le nombre de cas a aussi chuté. Les autorités font état de 93 nouveaux cas hier (contre 909 le 29 février)[3].

Même en Italie, où la situation reste critique, une première éclaircie semble se dessiner.

En effet, les données de la protection civile italienne montrent que l’augmentation des nouveaux cas commencerait peut-être à ralentir, en particulier dans les premières régions placées en confinement, dans le nord du pays.

Depuis deux jours, la courbe de progression ne semble plus exponentielle. Nous verrons ces prochains jours si cette tendance se confirme.

2. Le coronavirus pourrait être ralenti par l’arrivée des beaux jours

Jusqu’à maintenant, nous n’avions aucune idée de comment évoluerait le coronavirus avec l’arrivée des beaux jours.

On sait que le début de l’été rime chaque année avec la fin de l’épidémie de grippe saisonnière. Mais cela ne veut pas dire que ce sera aussi le cas du coronavirus.

Tous les virus réagissent différemment à la chaleur. On sait par exemple que le MERS-covid, un autre type de coronavirus apparu en 2012, est encore actif dans certaines régions chaudes du Moyen-Orient.

Mais qu’en est-il du Covid-19 ?

Il y a quelques jours, une étude de l’université chinoise de Beihang a modélisé les contacts entre les habitants des grandes villes chinoises en fonction des données météorologiques[4].

Les chercheurs concluent qu’une température et une humidité élevée « réduiraient considérablement la transmission du covid-19 ». D’après eux, la contagiosité du virus devrait chuter de 48 % entre mars et juillet[5].

Même si la chaleur ne devrait pas empêcher le virus de se transmettre, sa propagation pourrait donc être ralentie par l’arrivée de l’été.

En Australie, par exemple, où le climat ressemble actuellement à celui que nous aurons ces prochains mois, le coronavirus semble effectivement se répandre plus lentement.

Attention, ces chiffres doivent être pris avec des pincettes, car le virus peut encore évoluer. Mais restons optimistes, et espérons que nous pourrons à nouveau sortir de chez nous et profiter du soleil quand l’été arrivera.

3. Les enfants ne propageraient pas le virus comme pour la grippe saisonnière

Dans le cas de la grippe, les enfants sont particulièrement contagieux et sont donc un important vecteur de contagion.

Mais cela ne semble pas être le cas pour le coronavirus, contrairement à ce que l’on croyait au début.

C’est ce qu’a annoncé le Pr Raoult dans sa dernière vidéo[6]. Avec son équipe, il a passé 15 853 tests et détectés 311 personnes atteintes du coronavirus. En s’appuyant sur ces chiffres, il a déclaré que les enfants ne seraient pratiquement pas infectés par le coronavirus.

Voici la proportion de porteurs chez les enfants selon les données des chercheurs :

  • Entre 0 à 1 an : 0 % de porteurs
  • De 1 à 5 ans : 1,1 % de porteurs
  • De 5 à 10 ans : 3,6 % de porteurs

Bien sûr, il faut continuer de prendre toutes les mesures nécessaires pour vous protéger, vous et vos enfants.

Mais ces nouvelles vous permettront, je l’espère, de reprendre un peu votre souffle au milieu de toutes les informations pessimistes qui circulent sur Internet.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Chine : une seule contamination locale au coronavirus, 12 cas importés, Europe1, 18 mars 2020.

[2] Adélaïde Tenaglia, Coronavirus : Italie, Chine, Espagne… les règles du confinement à l’étranger, Le Parisien, 16 mars 2020.

[3] Coronavirus-La Corée du Sud fait état de 93 nouveaux cas, Reuters, 18 mars 2020.

[4] Jingyuan Wang, Ke Tang, Kai Feng, Weifeng Lv, High Temperature and High Humidity Reduce the Transmission of COVID-19, SSRN, 10 Mar 2020.

[5] Céline Deluzarche, Coronavirus : l’épidémie disparaîtra-t-elle avec l’arrivée des beaux jours ?, Futura Sciences, 17/03/2020.

[6] https://www.youtube.com/watch?time_continue=489&v=n4J8kydOvbc&feature=emb_logo

9 réponses à “3 bonnes nouvelles autour du coronavirus”

  1. Bâcher karima dit :

    Merci pour ses informations rassurantes et pleines d’espoirs et de positivité .
    Ce sont des messages qui adoucissent notre quotidien !
    Qui nous permettent des jours à venir meilleur!
    J’ai de la gratitude pour des personnes qui lancent des messages réfléchis avec bienveillance.

  2. Brigitte CANONNE dit :

    Merci beaucoup Monsieur pour ces messages réconfortants, au milieu de ces flots d’articles alarmants ou de conseils qui finissent bien souvent par une proposition d’achats ou d’abonnement à une revue pour bénéficier des meilleurs remèdes.
    Je fais suivre votre lettre à tous mes amis car des nouvelles positives, engendrent des pensées positives, qui sont les tous premiers alliés de nos défenses immunitaires, qui s’affaissent dans un contexte de peur ou de panique.
    Bien à vous et encore merci !
    Brigitte Canonne

  3. guy jacquet dit :

    Merci pour ce bol d’air frais dans un contexte bien particulier où les médias prennent un malin plaisir à augmenter la peur et le stress…. LAMENTABLE !

  4. Maflor dit :

    Merci de nous apporter des infos permettant de percevoir des facteurs améliorant la situation!
    Pour les comparaisons d’un endroit à l’autre de la Chine, il faudrait aussi tenir compte des paramètres de la pollution qui ont une part importante dans l’ambiance de Wuhan, probablement aussi dans d’autres villes. On peut également imaginer qu’il y ait d’autres polluants qui affectent différemment les poumons..

  5. André dit :

    Merci pour tous les infos que vous nous donnez et sur tout sur les bons conseils

  6. navas dit :

    Merci pour tous les infos que vous nous donnez, et sur tout les bons conseils

  7. Martin dit :

    Merci pour la bonne information que vous partagez avec nous autres !!

  8. Mireille dit :

    Bonjour,
    Pourquoi ne faites vous pas un comparatif d’évolution du virus avec simplement nos départements français d’outre mer ? Chaud toute l’année et humide, mais pourtant on nous a confiné aussi , en Martinique où je réside. Et la peur a envahi l’île , comme dans l’hexagone ! Les cas rapportés sont des cas importés, par bateau croisière, parait il, sans propagation locale .
    Autre petit point que vous pourriez diffuser : la propolis ! J’ai de la propolis pure en bloc , fournie par un apiculteur bio, et je l’ai testée par radiesthesie, pour en connaître l’éventuelle capacité à se défendre contre le virus , ça m’a donné 20/20, c’est le seul produit, parmi tous ceux que j’ai testé,, (comme huiles essentielles, hydrolats, différents formes de vitamines et compléments, plantes et tisanes) qui m’a donné un résultat aussi impressionnant. Donc , je mâche des petites boulettes de propolis comme du chewing-gum. Je n’ai pas testé les propolis préparées vendues dans les pharmacies, mais bien de la récolte directe de la ruche.
    Bien à vous

  9. BRIANE dit :

    Merci…. vous nous redonnez du baume au cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *